Histoire de sel

0 Commentaires | avril 21, 2013

le selDepuis les époques les plus reculées, le sel est connu pour ses facultés de conservation et d’assaisonnement des aliments et pour le bétail. Il semblerait même avoir été utilisé pendant la préhistoire. Bien après, les Grecs et les Romains l’utilisaient aussi lors de rites religieux.
Très vite, les hommes lui attribuent une valeur marchande, de part sa relative rareté et il devient un élément majeur sur le plan économique et stratégique.
Les Romains par exemple décident de le substituer à leur monnaie et il n’est pas rare à cette époque que les militaires romains reçoivent une partie de leur solde sous forme de sel. Le mot salarium est le nom donné au départ à la ration de sel donnée aux soldats, puis il désigna l’indemnité en argent versé pour acheter le sel (salarium argentum). Dans toutes les langues romanes, le terme est resté : salaire (français), salario (italien, espagnol, portuguais), salar (catalan), salariu (roumain).
Cette pratique est aussi utilisée dans beaucoup d’autres contrées, telles que l’Éthiopie, le Tibet, la Chine (XIè siècle).
Symbole de vie et de puissance, il fait rapidement l’objet de nombreuses transactions commerciales, de cette manière sont apparues les “routes du sel”.



Sel naturel ou sel raffiné ?

Le sel naturel : (sel des marais salants, sel de gemme et fleur de sel), n’est pas raffiné, entendre par là qu’il contient encore tous ses minéraux naturels. Hormis ses qualités gustatives indéniables puisque qu’il possède une saveur unique liée à son terroir, le sel naturel est nettement plus riche en magnésium (chlorure de magnésium) et en oligoéléments. En plus il n’est pas embarrassé des substances chimiques et toxiques que contient le sel raffiné (sel de table).

Le sel raffiné : Ironie du language, le sel raffiné manque de raffinement face au sel naturel. Il est obtenu par le biais d’opérations de raffinage qui lui confèrent cette couleur blanche aseptisée. On y trouve des traces plus ou moins importantes de divers adjuvants (composés iodés ou fluorés, antiagglomérants toxico-chimiques). A éviter en cuisine, son utilisation industrielle couvre des domaines comme la fabrication de la pâte à papier, fixes les teintes des textiles, savons, détergents…

> Tous les remèdes de grands-mères à base de sel



Ne Ratez Pas…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.