dans

Coronavirus : Ozonothérapie un Traitement Plausible et Peu Cher ?

L’ozonothérapie n’est pas une pratique médicale nouvelle, elle a été découverte il y a 100 ans et a même été récompensée d’un prix Nobel. Pourrait-elle aider à la prise en charge dans le covid -19 ?

coronavirus et ozonotherapie
()

Article traduit de l'original rédigé par : Robert Jay Rowen, MD1,* and Howard Robins, DPM2
1Private Medical Practice, 2200 County Center Dr. Ste C, Santa Rosa, California, 95403, USA
2Private Medical Practice, 200 West 57th Street 203, New York, NY 10019, USA

De nombreux virus ont besoin de groupes sulfhydryles réduits pour la fusion et l'entrée dans les cellules. Les coronavirus, dont le SRAS-CoV-2 (à l'origine de l'affection désormais appelée maladie coronavirale 2019 ou COVID-19), sont riches en cystéine, dont les résidus doivent être intacts pour qu'il y ait activité virale.

Les groupes sulfhydryles sont vulnérables à l'oxydation. L'ozonothérapie, une modalité très peu coûteuse et sûre, pourraît permettre d'exploiter sans risque cette vulnérabilité critique de nombreux virus, y compris le SRAS-CoV-2.

En d'autres termes, L'ozonothérapie pourrait permettre d'altérer les clés du virus qui ouvrent les serrures des cellules et l'empêcher de rentrer et de contaminer l'organisme. C'est du moins ce que pensent R.J Rowen en H. Robins.

à lire aussi : L'ozone qui tue 99% des pathogènes : un traitement potentiel contre le cancer ?

Covid-19 : quelles sont ses failles ?

Le "nouveau coronavirus" SARS-CoV-2 se propage rapidement dans le monde entier avec un taux de mortalité important. Cette pandémie mondiale inédite d'une maladie facilement transmissible, avec une morbidité et une mortalité importantes, serait la première d'une série selon plusieurs spécialistes.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le CoV-2 du SRAS a une période d'incubation d'au moins 14 jours [1]. Les personnes infectées échapperont à la simple détection par la température, ce qui permettra une transmission rapide à l'échelle mondiale. Au moins 50% de la population mondiale est placée en confinement pour répondre à l'épidémie.

La médecine conventionnelle dispose de peu de moyens pour lutter contre les maladies virales, et ses traitements contre les infections bactériennes sont également en déclin. Les coronavirus ont une abondance de cystéine dans leurs protéines de pointe qui peuvent être facilement et sûrement exploitées avec une thérapie à l'ozone (ou autre oxydation). Les résidus de cystéine sont également abondants dans les protéines membranaires virales et doivent être "conservés" pour l'entrée des cellules virales. L'objectif de cet article est d'attirer l'attention sur l'ozonothérapie en tant que potentiel traitement des maladies virales "conventionnellement" incurables.

à lire aussi : NON il n'existe pas de remèdes de grand-mères contre COVID-19

La science de l'ozone

L'ozone est de l'oxygène triatomique (O3), l'oxydant le plus puissant que l'on trouve dans la nature. Notre corps produit en fait de l'ozone, comme l'a montré une découverte étonnante au Scripps Institute [2]. La thérapie par l'ozone (OT) utilise 1 à 5 % d'ozone dans 95 à 99 % d'oxygène sous forme gazeuse (~10 à 70 mcg d'ozone par cc de gaz). Ce mélange est appelé "ozone médical".

La thérapie à l'ozone est utilisée depuis la fin des années 1800, mais elle est peu connue. Elle n'est pas brevetable à des fins lucratives ; ainsi, les intérêts des entreprises n'ont aucune incitation à la développer et à la diffuser. Par conséquent, peu d'études formelles ont été réalisées. Pourtant, de nombreux articles scientifiques ont été publiés sur des recherches menées en Allemagne, en Russie, en Italie, à Cuba et ailleurs, démontrant de puissants effets biochimiques. Bocci et Menendez ont tous deux publié des livres résumant les résultats des sciences fondamentales publiés par leurs groupes de recherche [3,4].

En bref, l'OT améliore la rhéologie du sang, la distribution et l'utilisation de l'oxygène, la production endothéliale d'oxyde nitrique et la modulation immunitaire par induction de cytokines. Bocci considérait en privé que l'OT créait des "globules rouges surdoués" avec un apport accru d'oxygène par l'augmentation du 2,3 diglycérophosphate. Il considérait l'OT comme "l'inducteur de cytokines idéal". Son travail a permis de découvrir que l'ozone induisait l'interféron gamma [5], connu pour être un élément essentiel de la défense antivirale de l'organisme [6].

Lorsque le sang est traité à l'ozone, il réagit instantanément avec les doubles liaisons riches en électrons des lipides et d'autres molécules. Cela crée en aval des métabolites oxydants plus faibles et plus durables appelés ozonides : des espèces réactives d'oxygène et des produits d'oxydation des lipides, y compris des peroxydes, des alcènes et des alcanes.

Ces molécules semblent agir comme des messagers pour les principaux effets biochimiques et de modulation immunitaire de la thérapie. Le groupe cubain Menendez a découvert que le préconditionnement des animaux à l'ozone est aussi puissant que la dexaméthasone pour réduire le facteur de nécrose tumorale α lors du choc endotoxique ultérieur [7].

Sur le même sujet : Coronavirus : Test des masques de fortune, lesquels protègent le mieux

Cela pourrait être exceptionnellement utile pour contrer en toute sécurité la "tempête de cytokines", qui est souvent la cause de la létalité finale d'une infection virale pulmonaire [8], y compris les coronavirus [9,10].

Elvis et Etka ont résumé la thérapie à l'ozone : "...les effets sont prouvés, constants, sûrs et avec des effets secondaires minimaux et évitables. L'O3 médical est utilisé pour désinfecter et traiter les maladies. Les mécanismes d'action sont l'inactivation des bactéries, des virus, des champignons, des levures et des protozoaires, la stimulation du métabolisme de l'oxygène, l'activation du système immunitaire [11]".

Vulnérabilité virale

Dans son récent article de synthèse [12], Rowen déclare "L'OT peut être la thérapie idéale pour les virus. Afin de pénétrer avec succès dans les cellules, de nombreux virus ont besoin de glycoprotéines membranaires sous forme réduite plutôt qu'oxydée (R-S-S-R)". L'ozone inactive directement de nombreux virus. Le Norwalk, le collophage MS3, l'hépatite A et le poliovirus dépendent de groupes sulfhydryles réduits [13-18]. "En réfléchissant à la réduction des liaisons disulfure "critiques" pour l'entrée cellulaire du virus de la vaccine, Ryser a découvert que les inhibiteurs de la protéine disulfure isomérase limitaient l'entrée du VIH-1 dans les cellules T [19]".

Mirazmi, et al. ont découvert que le cytomégalovirus perd son infectivité si ses groupes thiol sont oxydés [20]. La réduction des thiols oxydés (par le dithiothréitol) a permis au virus de retrouver 65 % de son infectivité. Le VIH est dépendant des groupes sulfhydryles réduits pour l'infectivité [21], comme on l'a également signalé pour le virus Ebola qui pénètre dans les cellules [22].

Comme le virus Ebola, la structure du coronavirus comporte également des régions riches en cystéine [23], y compris les protéines de pointe et d'enveloppe [24]. La cystéine est un acide aminé portant un résidu sulfhydryle (R-S-H), également appelé groupe "thiol". On a constaté que l'altération de ces résidus "handicape" les propriétés de croissance du virus d'au moins 2 logs de moins que le virus de type sauvage. La cystéine active est essentielle pour la fusion des membranes [25].

Cela correspond aux recherches sur les virus sulfhydryles non corona évoqués ci-dessus. Le statut redox (résidus de cystéine réduits par rapport aux résidus oxydés) peut "activer" ou "désactiver" l'activité de la protéine [26]. Les liaisons S-H des thiols sont beaucoup plus faibles que les liaisons O-H dans les alcools, et vulnérables aux oxydants à base d'oxygène, qui peuvent oxyder le soufre en résidus d'acide sulfonique (R-SO3-H).

Les virus ont une "durée de conservation" limitée sur les surfaces. Les coronavirus conserveraient une infectivité jusqu'à 9 jours sur les surfaces, en fonction de la température, et sont rapidement inactivés par les désinfectants oxydants [27]. L'oxygène atmosphérique peut dégrader lentement les groupes thiols, et le faire plus rapidement à des températures plus élevées.

à lire aussi : Coronavirus, comment désinfecter ses habits

La cystéine est très vulnérable à l'oxydation en disulfure (R-S-S-R) ou autres résidus ; cet effet paralysera son activité biochimique dans les protéines, altérant leur structure tridimensionnelle. Les enzymes peuvent devenir inactives lorsque les thiols réduits sont oxydés. L'ozone lui-même oxydera les groupes SH instantanément à son contact.

Sachant que l'ozone s'éteint pratiquement instantanément au contact du sang, créant ainsi des ozonides, on pourrait alors se demander : "Comment l'ozone atteindra-t-il les réservoirs profonds de virus ? Les ozonides sont des oxydants à part entière. Ils ont une durée de vie prolongée selon les travaux de Bocci et Menendez, assurant une protection continue après un seul traitement. Ces molécules sont moins réactives que l'ozone, mais possèdent toujours un pouvoir oxydant et servent de molécules de signalisation biochimique modulant le système immunitaire.

En créant un environnement plus "oxydé", l'ozonothérapie peut aider l'organisme à inactiver les thiols des virus dans le sang et les tissus. (Notre système immunitaire est bien connu pour créer des espèces oxydantes réactives, telles que le peroxyde d'hydrogène, le superoxyde, l'oxyde nitrique, l'acide hypochloreux, etc. et même l'ozone lui-même, comme mentionné précédemment, pour se défendre contre les infections). Les virus, contrairement aux cellules "vivantes", n'ont aucun mécanisme d'autoréparation.

à lire aussi : Coronavirus, méthode rapide pour décontaminer sa baguette de pain

La capacité de l'ozone à inactiver les protéines dépendantes de la cystéine a été signalée comme une attaque par l'ozonide de la papaïne dépendante de la cystéine, censée inactiver l'enzyme en oxydant le groupe sulfhydryle actif en sulfenate ou acide sulfénique [28]. De plus, la protéine de pointe du coronavirus est également riche en tryptophane[29], qui est le deuxième produit après la cystéine en termes de vulnérabilité à l'oxydation [30].

Sur la base de ce qui précède, Rowen a supposé que l'ozonothérapie pourrait être le traitement idéal pour le virus mortel Ebola. À l'invitation du président de la Sierra Leone, nous nous sommes rendus dans le pays en octobre 2014 pour apporter l'ozonothérapie à l'épidémie. Notre équipe a traité cinq cas d'Ebola, deux chez des médecins, une chez la compagne d'un médecin décédé de la maladie et deux aides exposées. Tous ont survécu sans aucune détérioration des symptômes après le début de la thérapie à l'ozone, ni aucune complication post-Ebola. L'épidémie a fait 60 % de victimes et a laissé des cicatrices sur les survivants, avec un taux de complications de plus de 70 % [31].

La principale méthode consistait à administrer directement de l'oxygène/ozone gazeux par voie intraveineuse (DIV), 20 cc à 30-55 mcg d'ozone/cc de gaz en quelques minutes. Le coût du matériel est négligeable, et ne laisse pratiquement aucun déchet médical - seulement une petite aiguille papillon de 27 g et son court tube attaché.

Le traitement nécessite un générateur d'ozone, de l'oxygène comprimé de qualité médicale, une seringue (et une aiguille papillon pour la méthode DIV). Le générateur peut être alimenté par une batterie de voiture dans les régions éloignées. L'ozonothérapie est exceptionnellement sûre, avec un taux de complications rapporté de seulement 0,7 pour 100 000 traitements. La plupart des effets indésirables sont dus à une mauvaise administration [32].

L'administration directe de gaz par voie intraveineuse comporte un risque d'oppression thoracique et de toux temporaires, et peut irriter les veines. Par rapport à une maladie mortelle, cependant, c'est un prix négligeable à payer. L'oxygène DIV est utilisé de façon routinière (et sûre) dans le monde entier depuis des générations, avec des effets positifs significatifs sur la modulation de l'inflammation [33,34]. L'oxygène est un gaz métabolique et se consomme rapidement, contrairement à "l'air" qui est composé à 80% d'azote.

Une autre méthode d'administration est appelée "auto-hémothérapie majeure" (MAH). Le sang est prélevé dans une bouteille, de l'ozone est ajouté, mélangé et le sang ozonisé est réinfusé. Cependant, étant donné que cette méthode est à la fois longue, qu'elle nécessite de grosses veines et qu'elle laisse une quantité modeste de déchets médicaux, la méthode DIV peut être préférable en cas d'épidémie. La méthode DIV ne laisse que des déchets médicaux négligeables.

Commentaires

Les médicaments à base d'ozonide sont maintenant considérés comme pouvant remédier à la résistance croissante du plasmodium à l'artémisinine, dont la molécule porte sur son site actif un rare pont d'endoperoxyde oxydant naturel. L'industrie est à la recherche de médicaments de cette classe [35]. Entre-temps, l'ozonothérapie, une méthode directe de création d'ozonides endogènes, est utilisée depuis un siècle avec d'excellents antécédents en matière d'effets recherchés, de sécurité et de coûts minimaux, selon la méthode et le lieu où elle est administrée. L'ozonothérapie a été signalée comme exceptionnellement sûre [32].

La thérapie à l'ozone est polyvalente et peut être utilisée pour la prévention et le traitement des maladies aiguës et chroniques. Nos bureaux traitent à la fois les maladies aiguës (cas non hospitalisés) et les maladies virales et bactériennes chroniques à l'aide de l'ozone. Aucun conflit avec les soins médicaux habituels, y compris la pharmacothérapie, n'a été signalé.

Le dosage dépend du mode d'application. La DIV ozone commence généralement par 1100 mcg d'ozone (20 cc de gaz à 30-55 mcg d'ozone par cc de gaz) avec des augmentations jusqu'à 6600 mcg (120 cc de gaz) selon les besoins et la tolérance du patient. La durée du traitement est de quelques minutes à plusieurs minutes. Une innovation plus récente en matière d'ozone est une variante de la technique MAH, appelée ozone hyperbare. Deux cents ml de sang sont ozonisés avec 200 cc de gaz d'ozone médical à 70 mcg/cc sous pression et retournés sous pression.

Cela constitue une seule "passe" (environ 15 minutes pour un traitement). Une pratique courante en Europe et dans les cliniques américaines consiste à répéter cette opération pendant 10 passages en une seule séance (45 à 90 minutes pour un traitement, selon la "coopération" des veines). Cela permet de délivrer 144 000 µg d'ozone en une seule séance de traitement. Nos cliniques utilisent cette dernière méthode, qui semble favoriser un rétablissement rapide de la maladie de Lyme, même chez les patients dont le traitement antibiotique a échoué. M. Rowen forme des médecins du monde entier à cette méthode et les a interrogés sur leur sécurité. Sur les 4 000 traitements en "dix passes" connus, aucun effet indésirable significatif ou durable n'a été signalé en raison de la thérapie [36]. Nous avons observé des réactions de "Herxheimer", probablement dues à la "mort" des organismes infectants.

Rares sont ceux qui, dans notre domaine, ne connaissent pas la grande pandémie de grippe de 1918. Cependant, peu savent que le médecin britannique Oliver a utilisé du peroxyde d'hydrogène intraveineux bon marché, ce qui a permis de réduire de moitié le taux de mortalité dû à la pneumonie grippale en Inde [37].

De même, une autre thérapie d'oxydation, la thérapie d'irradiation sanguine par ultraviolets, a été utilisée avec succès pour guérir 15 cas de pneumonie virale sur 15 chez des patients hospitalisés dans les années 1940 [38]. L'énergie ultraviolette est bien acceptée pour détruire les microorganismes, et est utilisée comme agent stérilisant, et dans la purification de l'air. L'énergie ultraviolette détruit la cystéine des micro-organismes [39].

Le défi de l'ozone est qu'il n'apporte pas de profit justifiant la recherche privée pour le faire avancer vers l'"approbation" des agences de régulation, un processus nécessitant des dizaines de millions d'USD. Par conséquent, peu de personnes dans le domaine médical en sont conscientes, et peu d'entre elles envisageront une thérapie "non approuvée", même pour sauver des vies [40]. Elle souffre de l'"effet tomate" [41], car nombre de ses réalisations sont considérées comme impossibles à croire. Pratiquement toutes les utilisations se font dans des bureaux privés, où la plupart des praticiens n'ont pas accès à un comité d'examen institutionnel, ce qui est désormais une condition pour faire accepter la recherche en vue de sa publication. Par conséquent, l'avancement de l'ozonothérapie dans la médecine conventionnelle languit et la plupart des patients, qui n'ont pas d'alternative aux thérapies conventionnelles, en souffrent.

Conclusion

Le monde dispose déjà d'un remède très peu coûteux, sûr et probablement efficace contre les maladies virales mortelles, qui exploite leur vulnérabilité redox au niveau des sites critiques de fusion cystéine/tryptophane des membranes. La thérapie à l'ozone pourrait être facilement déployée dans le monde entier, même dans les pays très pauvres. Avec peu de traitements conventionnels pour la pneumonie virale, cette épidémie pourrait inciter à étudier la thérapie à l'ozone de manière très éthique sous les auspices d'un comité d'examen d'une institution pour traiter, avec la thérapie à l'ozone, des patients gravement malades, qui pourraient autrement mourir.

Des cas plus légers pourraient également être traités pour étudier la capacité de l'ozonothérapie à ralentir ou à arrêter la détérioration clinique. Une telle étude pourrait placer l'ozonothérapie au premier plan de la gestion globale des maladies infectieuses, en apportant des réponses à nos problèmes croissants d'infection résistante. Les gouvernements devraient en tenir compte.

Conflits d'intérêts

Ce manuscrit n'a bénéficié d'aucun financement. Les auteurs n'ont aucun conflit d'intérêt à signaler.

Remerciements
À Terri Su, MD, épouse et partenaire clinique de Robert Rowen pour son soutien indéfectible aux pratiques de l'ozonothérapie et pour avoir édité ce manuscrit.

Références
  1. Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : questions-réponses
  2. Babior BM, Takeuchi C, Ruedi J, Gutierrez A, Wentworth P Jr (2003) Investigating antibody-catalyzed ozone generation by human neutrophils. Proc Natl Acad Sci USA 100: 3031-3034.
  3. Bocci V (2011) A new medical drug. (2nd edn), Springer, Netherlands.
  4. Menendez, Weiser M (2016) Advances of ozone therapy in medicine and dentistry. Havana, Cuba.
  5. Bocci V, Paulesu L (1990) Studies on the biological effects of ozone 1. Induction of interferon gamma on human leucocytes. Haematologica 75: 510-515.
  6. Kang S, Brown H, Hwang S (2018) Direct antiviral mechanisms of interferon-gamma. Immune Netw 18: e33.
  7. Zamora A, Borrego A, Lopez O, Delgado R, Gonzalez R, et al. (2005) Effects of ozone oxidative preconditioning on TNF-α release and antioxidant-prooxidant intracellular balance in mice during endotoxic shock. Mediators Inflamm 2005: 16-22.
  8. Liu Q, Zhou YH, Yang ZQ (2016) The cytokine storm of severe influenza and development of immunomodulatory therapy. Cell Mol Immunol 13: 3-10.
  9. Tetro JA (2020) Is COVID-19 receiving ADE from other coronaviruses? Microbes Infect. 22: 72-73.
  10. Huang C, Wang Y, Li X, Ren L, Zhao J, et al. (2020) Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. Lancet 395: 497-506.
  11. Elvis, Etka A (2011) Ozone therapy: A clinical review. J Nat Sci Biol Med 2: 66-70.
  12. Rowen RJ (2019) Ozone and oxidation therapies as a solution to the emerging crisis in infectious disease management: A review of current knowledge and experience. Med Gas Res 9: 232-237.
  13. Kekez MM, Sattar SA (1997) A new ozone-based method for virus inactivation: Preliminary study. Phys Med Biol 42: 2027-2039.
  14. Shin GA, Sobsey MD (2003) Reduction of Norwalk virus, poliovirus 1, and bacteriophage MS2 by ozone disinfection of water. Appl Environ Microbiol 69: 3975-3978.
  15. Herbold K, Flehmig B, Botzenhart K (1989) Comparison of ozone inactivation, in flowing water, of hepatitis A virus, poliovirus 1, and indicator organisms. Appl Environ Microbiol 55: 2949-2953.
  16. Emerson MA, Sproul OJ, Buck CE (1982) Ozone inactivation of cell-associated viruses. Appl Environ Microbiol 43: 603-608.
  17. Katzenelson E, Koerner G, Biedermann N, Peleg M, Shuval HI (1979) Measurement of the inactivation kinetics of polio virus by ozone in a fast-flow mixer. Appl Environ Microbiol 37: 715-718.
  18. Roy D, Wong PK, Engelbrecht RS, Chian ES (1981) Mechanism of enteroviral inactivation by ozone. Appl Environ Microbiol 41: 718-723.
  19. Ryser H, Levy E, Mandel R, Disciullo G (1994) Inhibition of human immunodeficiency virus infection by agents that interfere with thiol-disulfide interchange upon virus-receptor interaction. Proc Natl Acad Sci USA 91: 4559-4563.
  20. Mirazimi A, Mousavi-Jazi M, Sundqvist VA, Svensson L (1999) Free thiol groups are essential for infectivity of human cytomegalovirus. J Gen Virol 80: 2861-2865.
  21. Markovic I, Stantchev TS, Fields KH, Tiffany LJ, Tomic M, et al. (2004) Thiol/disulfide exchange is a prerequisite for CXCR4-tropic HIV-1 envelope-mediated T-cell fusion during viral entry. Blood 103: 1586-1594.
  22. Lee JE, Saphire EO (2009) Ebolavirus glycoprotein structure and mechanism of entry. Future Virol 4: 621-635.
  23. Lopez L, Riffle A, Pike S, Gardner D, Hogue B (2008) Importance of conserved cysteine residues in the coronavirus envelope protein. J Virol 82: 3000-3010.
  24. Schoeman D, Fielding BC (2019) Coronavirus envelope protein: Current knowledge. Virol J 16: 69.
  25. Madu IG, Belouzard S, Whittaker GR (2009) SARS-coronavirus spike S2 domain flanked by cysteine residues C822 and C833 is important for activation of membrane fusion. Virology 393: 265-271.
  26. Klomsiri C, Karplus PA, Poole L (2011) Cysteine-based redox switches in enzymes. Antioxid Redox Signal 14: 1065-1077.
  27. https://www.journalofhospitalinfection.com/article/S0195-6701(20)30046-3/fulltext
  28. Dussault PH, George AD, Trullinger TK (1999) Peroxides as oxidative enzyme inhibitors: Mechanism-based inhibition of a cysteine protease by an amino acid ozonide. Bioorg Med Chem Lett 9: 3255-3258.
  29. Broer R, Boson B, Spaan W, Cosset FL, Corver J (2006) Important role for the transmembrane domain of severe acute respiratory syndrome coronavirus spike protein during entry. J Virol 80: 1302-1310.
  30. Virender K Sharma, Nigel JD Graham (2010) Oxidation of amino acids, peptides and proteins by ozone: A Review. Ozone: Science & Engineering 32: 81-90.
  31. Rowen R, Robins H, Carew K, Kamara M, Jalloh M (2016) Rapid resolution of hemorrhagic fever (Ebola) in Sierra Leone with ozone therapy. Afr J Infect Dis 10: 49-54.
  32. Jacobs M (1982) Zwischenfalle und typische Komplikationen in der Ozone-Sauerstoff-Therapie. OzoNachrichten 1: 5.
  33. Schmidt H (2002) Regelsberger’s intravenous oxygen therapy–an interpretation of results in practice from a biochemical and physiological point of view. Forsch Komplementarmed Klass Naturheilkd 9: 7-18.
  34. Chaitidis P, Kreutzer FJ, Gerth C, Janata P, Kuhn H (2004) Impact of intravenous oxygen therapy on the expression of reticulocyte-type 15-lipoxygenase in human volunteers. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 71: 271-276.
  35. Giannangelo C, Fowkes FJI, Simpson JA, Charman SA, Creek DJ (2019) Ozonide antimalarial activity in the context of artemisinin-resistant malaria. Trends Parasitol 35: 529-543.
  36. (2017) American Academy of Ozonotherapy annual meeting, Dallas Texas, USA.
  37. Oliver TH, Cantab BC, Murphy DV (1920) Influenzal pneumonia: The intravenous injection of hydrogen peroxide. Lancet 1: 432-433.
  38. Miley G, Christensen J (1948) Ultraviolet blood irradiation therapy in acute virus and virus-like infections. Rev Gastroenterol 15: 271-283.
  39. Noaman N (2007) Ultraviolet-B irradiation alters amino acids, proteins, fatty acids contents and enzyme activities of synechococcusleopoliensis. International Journal of Botany 3: 109-113.
  40. Clinical Research Support Center, Office of Regulatory Compliance, University of Colorado (2020) The Clinical Use of non-FDA-Ap- proved Drugs and Devices (Includes the terms « Emergency Use, » « Compassionate Use, » « Expanded Access, » and « Right to Try »).
  41. Goodwin JS, Goodwin JM (1984) The tomato effect. Rejection of highly efficacious therapies. JAMA 251: 2387-2390.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Aucun vote pour le moment, soyez le 1er à voter !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Dites-nous comment nous pourrions l'enrichir ?