Importance de l’équilibre acide / base pour l’organisme

Le : 4 novembre, 2017 |

importance equilibre acide base

Mieux comprendre l’importance de la balance acido-basique

Cet article est un peu technique, mais il permet de mieux comprendre l’enjeu essentiel de maintenir un équilibre acide / base cohérent dans l’organisme. C’est la pierre d’achoppement d’un corps en bonne santé. L’article est un peu difficile dans les premiers paragraphes, mais lisez-le jusqu’au bout pour avoir une meilleure compréhension du sujet, bonne lecture.


De l’électricité dans nos cellules…

L’organisme humain est un système biologique très complexe composé de plus de 100 trillions de cellules (100 milliards de milliards, vertigineux !). On estime qu’environ 300 millions de nouvelles cellules sont produites chaque minute. On estime en outre que dans chaque cellule, 40 000 réactions biochimiques ont lieu à la seconde. Toutes ces réactions impliquent un flux constant d’électrons (particules subatomiques négatives) et de protons (particules subatomiques positives). Ceci conduit à la formation de faibles courants électriques.

Chaque cellule saine a un potentiel membranaire normal de -85 mV. Ce potentiel est nécessaire à la vie et permet la perpétuation normale de toutes les réactions cellulaires biochimiques. Si le potentiel de cette membrane cellulaire normale diminue (les cellules cancéreuses ont un potentiel de -20mV à -30 mV), le système métabolique cellulaire est perturbé. L’apport de nutriments et la production de déchets métaboliques deviennent inefficaces. La cellule commencera à dégénérer et finira par mourir.

acide base, cellule humaine

Cellule humaine

La bioélectricité est un élément essentiel au fonctionnement et à la vie de l’organisme humain. Cette électricité implique tous les tissus de l’organisme et peut être mesurée objectivement. Pour pouvoir produire et conduire librement l’électricité dans tout le corps (nerfs, cerveau, sang, muscles, matrice intercellulaire), l’organisme doit être alimenté en quantités suffisantes de minéraux. Les ions (atomes ou groupes atomiques chargés positivement ou négativement) sont des conducteurs d’électricité. Les ions minéraux les plus importants sont le calcium, le magnésium, le sodium, le potassium, le phosphore et le chlorure. Afin de bien conduire l’électricité, les tissus et liquides corporels spécifiques nécessitent des concentrations très précises de différents minéraux.

---

La matrice extracellulaire (tissu interstitiel ou intercellulaire, terrain biologique) représente l’environnement des cellules. Elle est principalement composée de biopolymères de sucre – protéoglycanes et glucosaminoglycanes. Dans ce réseau de biopolymères, en plus de l’eau, il existe différents types de protéines (collagène, élastine, fibronectine, laminine), des fibrocites ioniques, de l’acide hyaluronique, des terminaisons terminales du système nerveux autonome, des cellules immunitaires, des métabolites et des catabolites. On peut dire que les cellules sont “trempées” dans la matrice comme des îlots dans la mer.

A travers la matrice (voie de transit), les cellules reçoivent tous les nutriments nécessaires à la vie. C’est la matrice qui est responsable des déchets métaboliques lorsqu’ils sont expulsés des cellules et qu’ils passent dans les capillaires et le système lymphatique. La fonctionnalité des cellules dépend directement de la fonctionnalité de la matrice. La matrice est responsable des principales fonctions métaboliques telles que la régulation du pH, l’utilisation de l’oxygène et l’équilibre électrolytique.

Le traitement de l’information et les boucles de rétroaction psycho-neuro-hormonales sont activés en libérant des neurotransmetteurs dans l’espace intercellulaire par les terminaisons nerveuses terminales. La matrice entoure l’organisme et crée l’unification de toutes les cellules (principe holographique). Le plasma sanguin, la lymphe et la salive sont formés à partir du liquide interstitiel. Le fonctionnement de la matrice et, par conséquent, le fonctionnement des cellules dépend fortement de la valeur pH du liquide interstitiel, en particulier de la polarité de la fibrocite (la cellule matricielle la plus importante).

L’équilibre acido-basique c’est quoi ?

balance acide base

Equilibre acido-basique

L’équilibre acido-basique est l’un des facteurs cruciaux du fonctionnement normal du corps et de la préservation de la santé. Tout facteur qui peut entraîner des changements significatifs du pH du système écologique de l’organisme (pollution) prédispose le milieu interne à être un lieu de reproduction pour la prolifération microbienne pathologique. L’organisme humain a été conçu pour fonctionner normalement à l’intérieur de valeurs de pH spécifiques. C’est particulièrement important lorsque l’on examine le pH du sang, qui varie de 7,30 à 7,45. Si, pour quelque raison que ce soit, le pH du sang devient trop alcalin ou trop acide, l’organisme humain peut être menacé.

Permettez-moi d’expliquer les termes pH, acidité et alcalinité !

Le pH est la mesure de l’acidité d’une solution. C’est formellement une mesure de l’activité des ions hydrogène dissous (H+). Dans les solutions aqueuses, les ions hydrogène se présentent sous la forme d’un certain nombre de cations, dont les ions hydronium (H3O+). Pour les solutions très diluées, le pH est défini comme un logarithme négatif de concentration des ions hydrogène: pH = – log c (H+). Les valeurs du pH peuvent varier de 0 à 14. Plus la concentration d’ions hydrogène est élevée, plus le pH est bas et une valeur de pH=7 représente une solution neutre (ni acide ni alcaline).

Toutes les valeurs de 0 à 7 représentent l’acidité. Toutes les valeurs de 7 à 14 représentent l’alcalinité. Il est très important de se rappeler que le pH est lié logarithmiquement à une concentration de H+. Par exemple, un pH=3 de n’importe quelle solution représente une concentration de H+ de 1×10-3 mol/dm3 (numériquement 0,001 mol/dm3) alors qu’un pH=4 représente 1×10-4 1×10-3 mol/dm3 (0,0001 1×10-3 mol/dm3) ions hydrogène. Ainsi, la solution avec pH=3 a numériquement dix fois plus d’ions hydrogène qu’une solution avec pH=4 ! Cela nous aide à comprendre et à nous rappeler qu’un changement de pH, même minime, représente en fait une augmentation ou une diminution significative du nombre d’ions hydrogène !

échelle pH

Une molécule d’eau dans des conditions normales (température de 25°C et pression de 1 atm) se dissocie en un ion de l’ion H+ et un ion hydroxyle OH-. On peut en déduire que l’acide est chaque ion ou molécule qui fonctionne comme un donneur de protons (H+) ou un accepteur de paires d’électrons. De plus, l’acide est chaque ion ou molécule qui peut relâcher un ion hydrogène (H+) dans une solution (par exemple l’acide chlorhydrique, HCl).

La base (substance alcaline) de chaque ion ou molécule fonctionne comme un accepteur de protons (OH-) ou un donneur de paires d’électrons. La base est aussi tout ion ou molécule qui peut se lier à l’ion hydrogène et le retirer de la solution (i. e. ion bicarbonate, HCO3-).

L’acidose peut être définie comme un état où une concentration d’acide prédomine par rapport à la concentration des bases (une accumulation d’ions H+ dans le corps). Si l’acidose est liée à une respiration réduite ou obstruée, nous l’appelons acidose respiratoire. Si elle est liée à une perturbation métabolique, on l’appelle acidose métabolique. Au contraire, l’alcalose est un état où la concentration des bases est supérieure à la concentration des acides (déficit en ions H+ dans l’organisme). Tout comme l’acidose, l’alcalose peut aussi être qualifiée de respiratoire (causée par l’hyperventilation) ou métabolique.

Les différents tissus ou liquides du corps ont des niveaux de pH différents

  • Dans des conditions normales, le pH de la salive devrait être de 6,5-6,8.
  • Le pH de l’urine devrait être de 6,5 à 7,0.
  • Le pH du sang veineux doit être compris entre 7,30 et 7,35.
  • Le pH du sang artériel doit être compris entre 7,40 et 7,45.
  • Le jus gastrique normal a un pH de 1,0 à 3,5.
  • La sécrétion pancréatique a un pH de 8,0-8,3, etc…

Ces valeurs de pH spécifiques sont importantes pour permettre une activité électrique normale du corps ainsi que des fonctions enzymatiques normales. Toutes les enzymes ne peuvent agir que sous des valeurs de pH spécifiques (par exemple, la pepsine – une enzyme protéolitique qui dégrade les protéines de l’estomac, ne peut agir que si la sécrétion de l’estomac est très acide !

Il est d’une importance cruciale pour l’organisme de pouvoir maintenir toutes les valeurs du pH dans la plage normale et de compenser les éventuels changements qui peuvent entraîner une diminution des fonctions normales. Pour cela, le corps humain est équipé de systèmes de tampon acido-basique spéciaux. Les systèmes tampon sont des solutions qui résistent au changement d’ion hydrogène et à la concentration d’ion hydroxyde (et par conséquent au pH) lors de l’addition de petites quantités d’acide ou de base forte ou lors de la dilution. Les solutions tampons sont constituées d’un acide ou d’une base faible et du sel correspondant. Le corps humain possède plusieurs systèmes tampon importants et d’autres systèmes qui jouent un rôle important dans le maintien de la valeur du pH constante :

  • a) tampon bicarbonate
  • b) tampons de phosphate extracellulaire et d’ammoniac
  • c) tampons protéiques intracellulaires (glutathion, hémoglobine, méthionine, taurine…)
  • d) système tampon de sels carboniques – calcium, sodium, potassium, magnésium, fer
  • e) système tampon hormonal – ADH (hormone antidiurétique – régulation de l’eau) – aldostérone (régulation du sodium et du potassium)
  • f) les tampons graisseux – LDL (lipoprotéines de faible densité) – lient l’acide et les stockent dans le tissu adipeux si l’élimination par les reins est compromise
  • g) effet eau – effet de dilution (par addition d’eau, la concentration diminue) et effet de dissolution; après dissociation peut agir comme donneur de proton (H+) ou comme accepteur de proton (OH-)
  • Tous ces systèmes sont utilisés par le sang, le système respiratoire, la lymphe, les tissus liquides, les reins et les os qui représentent les principaux organes de la régulation acido-basique.

Pendant le métabolisme normal de l’aliment, l’organisme est exposé à des acides en excès tels que le dioxyde de carbone (CO2), qui se dissout dans l’eau et donne de l’acide carbonique. Ceci peut être facilement géré par des systèmes tampon dans des conditions normales saines. La ventilation au-dessus des voies respiratoires peut facilement réduire la concentration de CO2 dans le sang. Des concentrations plus élevées de H+ (acidité) stimulent directement le centre de contrôle respiratoire cérébral et provoquent une augmentation de la ventilation pulmonaire. Le système respiratoire agit comme régulateur rapide d’un déséquilibre de pH.

Si le système respiratoire a échoué dans sa régulation du pH, les reins prennent un contrôle régulateur du pH grâce à leur capacité de contrôler la sécrétion d’hydrogène et d’ions bicarbonate. Le système de régulation rénale n’est pas aussi rapide que le système de régulation respiratoire et il faut de 12 à 48 heures pour compléter le système de régulation rénale.

Dans la pratique clinique, nous sommes souvent confrontés à la situation où le corps humain présente des signes biochimiques de déséquilibre du pH et une tendance au stress acide. Il faut différencier ce phénomène de l’acidose sanguine, qui est une perturbation métabolique grave pouvant avoir des conséquences potentiellement mortelles. Le stress acide est principalement causé par le style de vie moderne avec beaucoup de stress, de mauvaises habitudes alimentaires (sucre blanc, graisses saturées, glucides raffinés, huiles hydrogénées, additifs, trop de protéines…), la surconsommation de différents médicaments, drogues récréatives, alcool, pollutions écologiques, émotions et pensées toxiques, etc.

Une mauvaise nutrition représente l’une des plus importantes sources d’excès d’acide dans l’organisme

malbouffe acide

La malbouffe, une des grande responsables des déséquilibres acido-basique…

Le mode de vie moderne nous a amenés au point où nous sommes souvent confrontés au fait que nos systèmes digestif et métabolique sont insuffisants. Le manque d’oxygène, les enzymes et l’activité inadéquate de l’insuline conduisent à une oxydation incomplète des nutriments.

  • L’oxydation incomplète des hydrates de carbone entraîne une surproduction d’acide lactique.
  • Une mauvaise oxydation des graisses produit un excès d’acides cétoniques.
  • Une digestion perturbée des protéines entraîne une surproduction d’acide nitrique, sulfurique et phosphorique.

Tous ces facteurs peuvent causer une mauvaise digestion et un métabolisme inadéquat et sont considérés comme des sources de toxicité et d’acidité excessive.

Selon les théories fondées sur les travaux des docteurs Bechamp, Bernard, Enderlein, Wheeler, Royal Rife et d’autres, l’une des conséquences les plus importantes de l’acidité excessive du corps est la modification de son milieu interne. C’est un point de départ pour le développement de différents types d’infections microbiennes. Basé sur ces théories, le corps humain vit en parfaite symbiose avec des entités biologiques non pathogènes, appelées protistes, mycrozymas ou spermatozoïdes, selon différentes sources.

L’acidification des tissus et du liquide interstitiel entraîne des modifications pléomorphes de ces entités biologiques et la formation de microbes très développés, y compris des bactéries et des champignons. Ces agents pathogènes peuvent causer différents types de maladies, y compris le cancer. Grâce à la microscopie du sang vivant en champ noir, ces changements pléomorphiques et les différents stades de la croissance microbienne, avec leurs conséquences toxiques dans le sang, peuvent être facilement observés.

Lorsque le corps atteint le point d’être incapable d’éliminer les acides supplémentaires, il commence à les stocker

Le premier stockage est dans le tissu interstitiel (matrice), ce qui conduit à la détérioration du processus métabolique et de la respiration intracellulaire des cellules. Une acidité plus élevée est liée à un stress oxydatif plus élevé et à la formation de radicaux libres qui sont considérés comme une cause majeure des maladies dégénératives chroniques.

Si cette situation persiste, les cellules peuvent devenir compromises, dégénérer et mourir. En plus de la matrice, le fonctionnement du système digestif (sécrétion gastrique, sécrétion pancréatique et bile) avec toutes ses importantes actions enzymatiques, le système immunitaire et surtout le système lymphatique avec ses propriétés détoxifiantes peuvent être altérés par des déséquilibres de pH. Pour compenser et maintenir l’équilibre, le corps a besoin de quantités plus élevées de tampons, en particulier les minéraux sous forme de sels carboniques – Na, K, Ca, Ca, Mg – et une plus grande dépense de l’énergie. Grâce à la combinaison avec des acides forts et la formation de sels moins toxiques – sulfates, phosphates, etc.

Si l’organisme utilise trop de minéraux pour neutraliser les acides, en particulier le calcium qui est principalement stocké dans les os, différents types de maladies peuvent se développer. L’ostéoporose étant l’une des plus importantes. La nutrition moderne manque de minéraux et d’antioxydants. C’est la raison principale pour laquelle une supplémentation en minéraux chélatés et en antioxydants – les éliminateurs de radicaux libres – est absolument recommandée.

Chaque aliment après avoir été digéré et métabolisé laisse ses cendres. Il s’agit de résidus chimiques et minéraux qui peuvent être combinés avec l’eau et les fluides du corps et former des acides ou des bases. Certains minéraux – calcium, sodium, potassium, magnésium – sont alcalins. Certains, comme le phosphore, le soufre, le chlore ou l’iode, sont acides. En se basant sur ce fait, certains groupes d’aliments sont appelés la formation d’alcalins et d’autres d’acides.

Aliments alcalins et acides

acides alcalins aliments

Tableau des aliments acido-basiques

  • Tous les légumes, graines, germes et fruits sont alcalins.
  • Les produits de la viande, le poisson, le lait, les œufs, les noix et les céréales sont acides.

Afin de maintenir l’équilibre normal du pH, les humains devraient consommer au moins 2/3 (parfois même 3) d’aliments alcalins et 1/3 (à 1) d’aliments acides. Comme les différents types d’aliments exigent des conditions de pH différentes pour être digérés correctement (c’est-à-dire que les glucides sont digérés sous un pH alcalin alors que les protéines ont besoin d’un pH acide fort), les principes de la combinaison des aliments dans nos repas sont d’une grande importance. Les règles de combinaison alimentaire les plus importantes sont :

  • a) Manger des fruits à jeun sans autre aliment (au moins 1 heure avant ou 4 heures après l’autre repas)
  • b) Ne pas combiner protéines et amidons
  • c) Ne pas combiner les amidons et les acides
  • d) Éviter de manger plus d’un type de protéines pendant un repas
  • e) Combiner les protéines avec les légumes (pas avec les légumes amylacés comme la pomme de terre et la carotte)
  • f) Mélanger les amidons et les légumes

bonnes combinaisons alimentaires

Une bonne combinaison d’aliments permet au corps de mieux digérer, absorber et utiliser les nutriments essentiels. Un mauvais brossage des aliments crée un environnement toxique et acide où les déchets métaboliques peuvent se former.

En résumé, les faits les plus importants liés à l’équilibre du pH sont les suivants :

  • a) L’organisme humain ne peut fonctionner que sous des niveaux stricts de pH qui permettent aux processus normaux, électriques et biochimiques de se produire.
  • b) L’espace intercellulaire (matrice) joue un rôle important en tant que régulateur du fonctionnement normal de la cellule et sa propre fonction dépend fortement du pH.
  • c) Afin de fonctionner correctement, différents tissus spécifiques ont des niveaux de pH différents.
  • d) Pour compenser les déséquilibres de pH, le corps humain dispose de plusieurs systèmes tampons dans le sang, les voies respiratoires, les reins, le système lymphatique, les tissus intercellulaires et les os.
  • e) En raison de son style de vie moderne, d’une alimentation insuffisante, du stress et de la toxicité, le corps a tendance à être trop acide.
  • f) L’acidité excessive dans l’organisme humain peut produire différents types de problèmes (taux élevé d’oxydation et de dégénérescence tissulaire, développement microbien pléomorphique, insuffisance digestive, ostéoporose, dépression, etc.
  • g) Une nutrition adéquate, équilibrée et bien combinée, associée à une bonne oxygénation, à une bonne consommation d’eau et à des compléments alimentaires (minéraux, antioxydants, enzymes) jouent un rôle important dans le maintien d’un milieu interne sain.

Article traduit de l’anglais : HOLISTIC MEDICINE CENTER DR MED DARKO MARĐETKO

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !


Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *