Achillée millefeuilles

0 Commentaires | 31/10/2013

achillée millefeuilles

Achillée millefeuille – Achillea millefolium

Composées – Herbe aux charpentiers, herbe au coupures, herbe d’Achille, herbe du soldat.

Achilée millefeuille (Achilea millefolium)

Achillée millefeuille (Achilea millefolium)

Description

Plante herbacée dont le cycle de vie s’étend sur plus d’un an, car de sa racine – transformée en rhizome – naissent plusieurs tiges qui se dressent sur le sol, dépassant parfois les 40 cm de hauteur lorsque les conditions de développement sont propices à sa croissance parfaite. Les tiges sont recouvertes d’une série de poils qui les recouvrent presque entièrement, ce qui leur donne des tons blanchâtres quelque peu rougeâtres. Dans les premiers stades de la croissance sont plutôt des tiges roulées et acquièrent plus tard une consistance plus robuste. Les feuilles sont lamellaires et ont des dents très profondes.

Histoire de l’Achillée millefeuille

La légende mythologique raconte qu’Achille, suivant les conseils du centaure Chirone, un expert en arts, science et médecine, utilisa le millefeuille d’achillée pour traiter et guérir les blessures de son ami Telèphe et de tous ses soldats pendant la guerre de Troie.

La légende a un fond de vérité parce que la plante a toujours été considérée comme une plante médicinale d’excellence, connue et utilisée au cours des siècles pour ses propres propriétés curatives. Le jus frais de la plante, en effet, appliqué sur les plaies agit comme un désinfectant et antihémorragique. Dans la médecine moderne, l’extrait de plante est encore utilisé aujourd’hui en raison de son pouvoir coagulant. Conscients de ses qualités, les agriculteurs avaient l’habitude d’emporter avec eux des tiges d’achillée, afin de les avoir à leur disposition en cas de blessures mineures au travail.

Chirone et Achile

Chirone et Achille

Dans le passé, la collecte de l’achillée était effectuée sous des formes très limitées pour la préparation de tisanes, dont la valeur curative était reconnue. La récolte de cette plante était en fait en opposition à la récolte de la muscade d’achillée, pour laquelle il y avait la possibilité d’une commercialisation limitée mais significative pour les maigres budgets familiaux. L’achillée de muscade, plus aromatique, était considérée comme la plante aux propriétés curatives et digestives spécifiques, tandis que les propriétés de l’achillée millefolium, non exploitable commercialement, étaient inconnues. Contrairement à l’achillée de muscade, cette achillée était appelée ivona (parce qu’elle était plus grande) ou iva matta.



Au lieu de cela, un curieux revirement de jugement est en train de se produire. La plus grande diffusion d’une connaissance scientifique sur les plantes, à travers des brochures, des publications scientifiques et des cours spéciaux, a souligné combien le millefolium d’achillée a des propriétés plus curatives tandis que les propriétés de la moscata d’achillée sont avant tout aromatiques. Il convient également de noter qu’une consommation élevée de moscata d’achillée peut faire baisser la pression de façon excessive.

L’achillée est utilisée comme tisane aux propriétés calmantes. Elle est également utilisée pour faire des enveloppements, contre les hémorroïdes. La dissémination de la plante est large. Contrairement à A. moscata, elle n’est pas protégée et n’a pas été inclue dans la liste des plantes médicinales. Les parties utilisées sont les fleurs et les parties aériennes qui sont séchées puis consommées en infusion. La plante atteint une hauteur supérieure à celle de la brouette et est plus robuste, la récolte est donc moins critique que celle de la noix de muscade.

Comme pour les autres plantes utilisées localement, la diffusion de l’utilisation de cette espèce est liée non seulement à la transmission des connaissances au sein des réseaux familiaux ou amicaux, mais aussi à la diffusion des publications sur l’utilisation des plantes médicinales et des connaissances traditionnelles. C’est précisément cette circulation qui a augmenté l’utilisation locale du millefolium d’achillée ces derniers temps.

La floraison a lieu pendant les mois d’été, donnant naissance à de très petites fleurs qui sont disposées en forme de têtes, disposées tour à tour dans la partie terminale de la tige, de sorte que toutes sont à la même hauteur, sans qu’aucune d’elles ne dépasse.

Les capitules sont composés de deux types de fleurs : les fleurs extérieures, qui ont des luths qui les rendent semblables aux pétales des fleurs conventionnelles – à ne pas confondre avec celles-ci – et les fleurs intérieures, qui manquent de ligules et ont cinq dents sur leur bord extérieur.

Sa couleur est blanchâtre bien qu’en de rares occasions ils présentent une certaine coloration sonrosada. Au moment de la récolte, il est nécessaire de choisir le sommet de floraison, juste au moment de la floraison, en séchant le produit récolté le plus rapidement possible ; le processus est plus favorable s’il est effectué dans des conditions où le soleil n’affecte pas directement la partie à sécher.

La reproduction se fait en semant des graines, bien qu’il soit également possible de le faire en utilisant des portions de rhizome.

La partie supérieure florale contient peu de tanins, mais suffisamment pour lui conférer des propriétés cicatrisantes, extrêmement utiles en cas de plaies, brûlures, ulcères et plaies. Elle contient de l’aquicilline, de l’azulène et du lactose, grâce auxquels elle a une activité anti-inflammatoire, ce qui renforce considérablement son activité cicatrisante et la rend très intéressante dans le traitement des hémorroïdes. Elle est très riche en flavonoïdes, qui sont responsables de l’utilisation principale de cette plante comme antispasmodique, utilisée dans les processus qui fonctionnent avec des spasmes digestifs. Elle possède également des propriétés diurétiques, cholérétiques, hémostatiques et antipyrétiques, c’est pourquoi elle est utilisée en cas de dysménorrhée et d’insuffisance hépatique.

Infusion : 20 grammes de fleurs sont infusés dans un litre d’eau pendant un quart d’heure. Cette préparation peut être prise à raison de trois cents millilitres par jour.

Jus de plantes fraîches : Utilisé en usage externe pour combattre efficacement les ulcères et les hémorroïdes.

Poudre de plante : 2 grammes de plante séchée, qui peut être prise trois fois par jour.

Emploi courant

Les sommités entrent dans la composition du thé suisse.

PRÉCAUTIONS

  • Cette plante ne doit jamais faire l’objet d’abus, car de fortes doses provoquent des vertiges et des maux de tête.

 

Sources :

  • Treben M., 2000. The Health from the Pharmacy of the Lord, tips and experiences with medicinal herbs, Ennsthaler Publisher
  • Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.