Caille-lait blanc

0 Commentaires | 08/08/2013

Caille-lait blanc - Galium Mollugo

Caille-lait blanc – Galium Mollugo

Rubiacées – Gaillet, gaillet dressé, gaillet mollugine, bon sang, grosse croisette.

Caillelait blanc (Galium Mollugo)

Caillelait blanc (Galium Mollugo)

 

Description

Plante vivace, dépassant souvent 1 mètre, glabre ou pubescente, verte, ne noircissant pas ; tiges décombantes ou ascendantes, quadrangulaires, lisses, renflées aux noeuds ; feuilles verticillées par 6-8, assez courtes, obovales ou oblongues, mucronées, minces, veinées, à nervure dorsale peu saillante ; fleurs d’un blanc sale, petites (3 mm), très nombreuses, en panicule très ample, lâche, à rameaux étalés ou déjetés ; pédicelles fructifères divariqués ; corolle à lobes aristés ; fruits petites, glabres, chagrinés.

Origine supposée de son nom

Leur signification n’est souvent que symbolique et peut ne pas aider à la détermination

  • générique : du grec γάλα (gala), le lait, plusieurs espèces de Galium ayant, disait-on, la propriété de faire cailler le lait.
  • spécifique : encore un terme que Linné a dû tirer de ses lectures de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien (Tome second, livre XXVI).

Habitat

On en trouve partout en France dans les prairies, les long des haies, au bord des chemins où il fleurit de mai en août. On récolte les sommités à cette époque et on les fait sécher vivement, car elles noircissent en vieillissant et perdent leurs propriétés.

Propriétés

Le Caillelait blanc est antispasmodique et astringent. Il calme les irritations nerveuses.



Emploi

S’emploie contre les engorgements scrofuleux sous forme de cataplasme de la plante pilée.

 

 


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.