Digitale - Digitalis purpurea

Digitale – Digitalis purpurea

Scrofulariées – Doigt de Notre-Dame, Gantelée, Doigtier.

PUBLICITÉ

Histoire

Digitalis était l’un des nombreux remèdes à base de plantes utilisés par les anciens Romains. Bien que son utilisation pour le traitement de l’insuffisance cardiaque remonte au 10e siècle en Europe, la digitale n’a pas été largement utilisée pour cette indication jusqu’à son investigation scientifique par le médecin britannique William Withering à la fin des années 1700.

Pendant la majeure partie des années 1800, la digitale a été utilisée pour traiter une grande variété de maladies et de troubles. En 1875, le chimiste allemand Oswald Schmiedeberg a d’abord isolé la digitoxine pure de la digitale, ce qui en a amené d’autres à extraire et identifier d’autres glycosides de diverses espèces de digitales. En 1957, la digoxine a été isolée de D. lanata et est maintenant un glycoside cardiaque majeur commercialisé sous forme de comprimés.

Digitale (Digitalis purpurea)
Digitale (Digitalis purpurea)

Digitalis a été admis dans la première édition de la Pharmacopée des États-Unis (1820) et est actuellement reconnu par toutes les pharmacopées majeures. En Amérique du Sud, les préparations de feuilles en poudre sont utilisées pour soulager l’asthme, comme sédatifs et comme diurétiques/cardiotoniques. En Inde, un onguent contenant des glycosides digitaliques est utilisé pour traiter les plaies et les brûlures.

PUBLICITÉ

Description

La digitale est typiquement une plante bisannuelle mais peut être annuelle ou vivace selon l’espèce. Elle se caractérise par une tige épaisse, cylindrique et duveteuse qui peut atteindre une hauteur de 2 m. Les feuilles forment une rosette épaisse pendant la première année de croissance. Les feuilles, laineuses, nervurées et couvertes de poils blancs sur la face inférieure, ont un goût très amer. Les fleurs poussent la première ou la deuxième année, selon l’espèce, et sont tubulaires et en forme de cloche, atteignant 8 cm de long. De nombreuses couleurs de fleurs ont été créées à partir de digitales, et elles sont rarement blanches. La digitale est originaire des îles britanniques, de l’Europe occidentale et de certaines parties de l’Afrique, mais on la trouve aujourd’hui comme plante ornementale dans le monde entier. Les espèces apparentées qui ont trouvé une certaine utilisation dans la médecine traditionnelle comprennent Digitalis lutea (digitale), Digitalis grandiflora et Digitalis ambigua (digitale jaune), et Digitalis ferriginea (digitale rouille).

Chimie

Les souches ornementales de D. purpurea ont généralement de faibles concentrations de composés actifs. Les feuilles des variétés sauvages qui ont été utilisées à des fins médicinales contiennent au moins 30 glycosides différents en quantités totales comprises entre 0,1 % et 0,6 % ; il s’agit principalement du glycoside A purpurea (donnant la digitoxine) et du glycoside B, le précurseur de la gitoxine. Lors de l’hydrolyse, la digitoxine et la gitoxine perdent des fragments de sucre, produisant leurs aglycones respectifs, la digitoxigénine et la gitoxigénine. Les voies biosynthétiques dans la production de cardénolides dépendent des enzymes de la malonyltransférase et de la progestérone 5 bêta-réductase.

Les principaux glycosides de D. lanata sont les lanatosides, désignés de A à E. L’élimination des groupes acétate et des sucres entraîne la formation de digitoxine, gitoxine, digoxine, digitaline et gitaloxine. D. lanata n’est généralement pas utilisé sous forme de poudre aux Etats-Unis, mais sert de source majeure de lanatoside C et de digoxine (300 fois plus puissante que la poudre préparée à partir de D. purpurea). La digitoxine isolée est 1 000 fois plus puissante que les feuilles entières en poudre et est complètement et rapidement absorbée par le tube digestif.

PUBLICITÉ

Les graines contiennent également des glycosides digitaliques, tandis que des saponines stéroïdiennes, des flavones, le chrysoeriol flavonoïde, des anthraquinones et des acides organiques ont été identifiés dans les feuilles.

Floraison

La floraison a lieu entre la fin du printemps et le milieu de l’été. Les fleurs, auxquelles la plante doit son nom, ont une forme très particulière : il s’agit d’une sorte de doigt d’une belle couleur pourpre, avec des taches rougeâtres à l’intérieur. La première année elles apparaissent comme des feuilles sans tige, qui peuvent être facilement confondues avec d’autres espèces ; pour cette raison, malgré le fait d’être dans cette première année quand des principes plus actifs a la plante, il est attendu jusqu’à la deuxième année pour procéder à sa collecte afin d’éviter des erreurs dans la sélection.

Celles-ci sont utilisés pour la collecte, qui est effectuée avant la floraison. Les feuilles sont recouvertes d’un peu de poil, donc son ton est plus clair, avec des nervures bien définies dans l’enves. Il y a aussi une autre espèce dont les fleurs sont blanches, avec beaucoup de poils sur les feuilles ; elle reçoit le nom de digitalis lanata. La déshydratation doit se faire rapidement, à une température maximale de 50 degrés C.

Grâce à sa teneur en hétérosides cardiotoniques, elle a une action marquée sur le cœur, capable de modifier le rythme en augmentant la contractibilité cardiaque. Elle est utilisé avec prudence dans les cardiopathies décompensées, les insuffisances cardiaques et les arythmies.

Elle a également une action diurétique en contenant des flavonoïdes et des saponines. C’est une plante très toxique, il faut donc l’utiliser exclusivement sous la surveillance d’un médecin spécialiste. En cas d’intoxication, des nausées, des vomissements, une vision trouble et des altérations cardiaques apparaissent, entraînant la mort par syncope cardiaque. La possession d’hétérosides cardiotoniques dans sa composition engendre tous ces effets.

Compte tenu de la variation de puissance de cette plante en fonction de la zone de culture, du moment de la récolte, de la forme de séchage, etc., ainsi que de sa forte activité, tend actuellement à utiliser des semi-synthétiques numériques provenant de la plante elle-même mais sont soumis à certains traitements afin de leur donner une activité homogène et définie, seul moyen de parvenir à un traitement rationnel.

Bienfaits de la digitale pour la santé

Effets cardiovasculaires

Les glycosides cardiaques possèdent des effets inotropes positifs dus à l’inhibition de l’adénosine triphosphatase sodium-potassium, qui permet au calcium de s’accumuler dans les myocytes, ce qui améliore la contractilité cardiaque. Ces médicaments possèdent également une certaine activité antiarythmique, mais induisent des arythmies à des doses plus élevées.

Données sur les animaux

Les études chez l’animal portent principalement sur l’évaluation de composés chimiques individuels sur des tissus cardiaques et d’autres tissus isolés. Hauptman 1999, Keenan 2005, Navarro 2000

Données cliniques

Les glycosides digitaliques sont utilisés cliniquement pour le traitement de l’insuffisance cardiaque depuis plus de 200 ans et demeurent la source des préparations commerciales de digoxine ; cependant, une place définie dans le traitement fait encore l’objet de débats. Les examens de l’important essai multicentrique Digitalis Investigation Group et d’autres essais cliniques n’ont révélé aucun effet clair de la digitaline sur la mortalité liée à l’insuffisance cardiaque. Pour de plus amples renseignements, consulter les références pharmacologiques standard.

Autres effets

Cancer

Des expériences in vitro et des études de criblage ont montré les propriétés cytotoxiques des glycosides et des flavonoïdes de D. purpurea et D. lantana. L’activité contre les lignées cellulaires cancéreuses humaines, y compris les lignées tumorales solides, a été démontrée. Les mécanismes comprennent la cytotoxicité directe entraînant l’apoptose, l’inhibition de la cytotoxicité induite par l’aflatoxine, l’inhibition de l’induction de l’oxyde nitrique synthase et l’augmentation du glutathion.

Diabète

Une étude chez des rats hyperglycémiques et dyslipidémiques a démontré une tolérance accrue au glucose 2 heures après l’administration d’une dose unique de saponine digitonine à ces rats. Des effets positifs sur le profil lipidique ont également été observés.

Dosage

La feuille Digitalis a un index thérapeutique étroit, nécessitant une surveillance médicale étroite pour une utilisation sûre. Le dosage traditionnel commence à 1,5 g de feuille divisé en 2 doses quotidiennes. La digoxine purifiée est généralement utilisée à des doses quotidiennes de 0,125 à 0,25 mg

Grossesse / Allaitement

Réactions cardiaques indésirables documentées. Éviter d’utiliser.

Interactions

Il existe de nombreuses interactions avec la digoxine et les glycosides digitaliques, allant de relativement mineures (cimétidine, triamtérène, etc.) à potentiellement mortelles. Bon nombre des interactions mettant la vie en danger sont dues à des taux sériques élevés de digoxine (p. ex. amiodarone, cyclosporine, macrolide et tétracycline, propafénone, quinidine, vérapamil) ou à des troubles électrolytiques (diurétiques).Pour de plus amples renseignements sur les interactions médicamenteuses numériques, consulter les textes standard des interactions médicamenteuses.

Réactions indésirables

Les effets indésirables sont généralement liés à la toxicité.

Toxicologie

Toutes les parties de la plante sont toxiques. La toxicité pour les animaux se produit pendant le pâturage. Les enfants sont tombés malades en suçant les fleurs ou en ingérant des graines ou des parties des feuilles. Des décès ont été signalés chez des personnes ayant bu du thé à base de digitaline identifiée à tort comme étant de la consoude, bien que son goût amer décourage souvent l’ingestion et que ses propriétés émétiques puissent provoquer des vomissements, limitant ainsi son absorption générale. L’empoisonnement digitalique est également associé à l’ingestion intentionnelle avec intention suicidaire.

Les glycosides digitaliques s’accumulent et sont excrétés lentement ; par conséquent, les intoxications pendant le traitement sont fréquentes. L’incidence de la toxicité de la digitaline a été estimée entre 5% et 23%. Des directives posologiques et des techniques de surveillance plus strictes ont considérablement réduit l’incidence de surdosage thérapeutique.

Les signes d’empoisonnement aux plantes ou aux médicaments purifiés comprennent une vision trouble, des pupilles contractées, des étourdissements, des mictions excessives, de la fatigue, une faiblesse musculaire, des nausées, un pouls fort mais ralenti, des tremblements et des vomissements ; dans les cas graves, il peut y avoir stupeur, confusion, convulsions et décès. Les signes cardiaques comprennent des arythmies auriculaires et un bloc auriculo-ventriculaire. L’intoxication digitale chronique se caractérise par des halos visuels, une vision jaune-vert et des troubles.

Dans les cas de toxicité légère (fibrillation auriculaire avec réponse ventriculaire lente ou battements ectopiques occasionnels), le retrait temporaire du médicament et la surveillance par électrocardiogramme sont suffisants. 1989 Trease lavage gastrique ou vomissements ainsi que des mesures de soutien, comme les remplacements électrolytiques, les antiarythmiques (par exemple, lidocaïne, phénytoïne) et atropine, ont servi à traiter les intoxications aiguës. Les fragments d’anticorps Fab spécifiques de la digoxine peuvent être utilisés dans la prise en charge des intoxications aiguës causées par la digitaline et les glycosides cardioactifs apparentés ; toutefois, leur efficacité n’a pas encore été démontrée par des essais cliniques contrôlés.

[attention]

Précautions

La digitale est un poison très violent et il est préférable de ne s’en servir que sur les conseils d’un médecin.

[/attention]

Références :

  • Bibliographie
  • Ahern T, Tamimi R, Rosner B, Hankinson S. Digoxin use and risk of invasive breast cancer: evidence from the Nurses’ Health Study and meta-analysis. Breast Cancer Research And Treatment. 2017;144(2):427-435.
  • Belcastro PF. Digitalis: from folklore remedy to valuable drug. J Am Pharm Assoc (Wash). 2002;42(6):857.12482008
  • Choi DY, Lee JY, Kim MR, Woo ER, Kim YG, Kang KW. Chrysoeriol potently inhibits the induction of nitric oxide synthase by blocking AP-1 activation. J Biomed Sci. 2005;12(6):949-959.16228289
  • Dec GW. Digoxin remains useful in the management of chronic heart failure. Med Clin North Am. 2003;87(2):317-337.12693728
  • Dick M, Curwin J, Tepper D. Digitalis intoxication recognition and management. J Clin Pharmacol. 1991;31(5):444-447.2050830
  • Digitalis purpurea L. USDA, NRCS. 2010. The PLANTS Database (http://plants.usda.gov, March 2010). National Plant Data Center, Baton Rouge, LA 70874-4490 USA.
  • Ebaid GM, Faine LA, Diniz YS, et al. Effects of digitonin on hyperglycaemia and dyslipidemia induced by high-sucrose intake. Food Chem Toxicol. 2006;44(2):293-299.16112785
  • Feussner JR, Feussner DJ. Reassessing the efficacy of digitalis: from routine treatment to evidence-based medicine. Am J Med Sci. 2010;339(5):482-484.20228671
  • Gavidia I, Tarrío R, Rodríguez-Trelles F, Pérez-Bermúdez P, Seitz HU. Plant progesterone 5beta-reductase is not homologous to the animal enzyme. Molecular evolutionary characterization of P5betaR from Digitalis purpurea. Phytochemistry. 2007;68(6):853-864.17184799
  • Hauptman PJ, Kelly RA. Digitalis. Circulation. 1999;99(9):1265-1270.10069797
  • Hood, Jr. WB, Dans AL, Guyatt GH, Jaeschke R, McMurray JJ. Digitalis for treatment of congestive heart failure in patients in sinus rhythm. Cochrane Database Syst Rev. 2004;(2):CD002901.15106182
  • Johansson S, Lindholm P, Gullbo J, Larsson R, Bohlin L, Cleason P. Cytotoxicity of digitoxin and related cardiac glycosides in human tumor cells. Anticancer Drugs. 2001;12(5):475-483.11395576
  • Jowett N. Foxglove poisoning. Hosp Med. 2002;63(12):758-759.12512208
  • Keenan SM, DeLisle RK, Welsh WJ, Paula S, Ball WJ Jr. Elucidation of the Na+, K+-ATPase digitalis binding site. J Mol Graph Model. 2005;23(6):465-475.15886034
  • Kite GC, Porter EA, Simmonds MS. Chromatographic behaviour of steroidal saponins studied by high-performance liquid chromatography-mass spectrometry. J Chromatogr A. 2007;1148(2):177-183.17391684
  • Kuate SP, Pádua RM, Eisenbeiss WF, Kreis W. Purification and characterization of malonyl-coenzyme A: 21-hydroxypregnane 21-O-malonyltransferase (Dp21MaT) from leaves of Digitalis purpurea L. Phytochemistry. 2008;69(3):619-626.17945319
  • Lacassie E, Marquet P, Martin-Dupont S, Gaulier JM, Lachâtre G. A non-fatal case of intoxication with foxglove, documented by means of liquid chromatography-electrospray-mass spectrometry. J Forensic Sci. 2000;45(5):1154-1158.11005196
  • Lee JY, Woo E, Kang KW. Screening of new chemopreventive compounds from Digitalis purpurea. Pharmazie. 2006;61(4):356-358.16649555
  • Lindholm P, Gullbo J, Claeson P, et al. Selective cytotoxicity evaluation in anticancer drug screening of fractionated plant extracts. J Biomol Screen. 2002;7(4):333-340.12230887
  • Lin CC, Yang CC, Phua DH, Deng JF, Lu LH. An outbreak of foxglove leaf poisoning. J Chin Med Assoc. 2010;73(2):97-100.20171590
  • López-Lázaro M, Palma De La Peña N, Pastor N, et al. Anti-tumour activity of Digitalis purpurea L. subsp. heywoodii. Planta Med. 2003;69(8):701-704.14531018
  • McGuffin M, Hobbs C, Upton R, Goldberg A, eds. American Herbal Products Association’s Botanical Safety Handbook. Boca Raton, FL: CRC Press; 1997.
  • Morton JF. Major Medicinal Plants. Springfield, IL: Charles C. Thomas; 1977.
  • Navarro E, Alonso PJ, Alonso SJ, et al. Cardiovascular activity of a methanolic extract of Digitalis purpurea spp. heywoodii. J Ethnopharmacol. 2000;71(3):437-442.10940580
  • Roberts DM, Buckley NA. Antidotes for acute cardenolide (cardiac glycoside) poisoning. Cochrane Database Syst Rev. 2006;(4):CD005490.17054261
  • Tatro DS, ed. Drug Interaction Facts. St. Louis, MO: Wolters Kluwer Health Inc; 2004.
  • Trease GE. Trease and Evans’ Pharmacognosy. 13th ed. London, UK: Balliere Tindall; 1989.
  • Usai M, Atzei AD, Marchetti M. Cardenolides content in wild Sardinian Digitalis purpurea L. populations. Nat Prod Res. 2007;21(9):798-804.17654283
  • Warren B. Digitalis purpurea. Am J Cardiol. 2005;95(4):544.15695152
  • Wickersham RM, Novak K, managing eds. Drug Facts and Comparisons. St. Louis, MO: Facts and Comparisons; 2004.
  • Xu Y, Yan H, Yao MJ, et al. Cardioankle vascular index evaluations revealed that cotreatment of ARB Antihypertension medication with traditional Chinese medicine improved arterial functionality. J Cardiovasc Pharmacol. 2013;61(5):355-60.23188130

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chargement…

0