Epurge

0 Commentaires | 04/09/2013

Epurge - Euphorbia Lathyris

Epurge – Euphorbia Lathyris

Euphorbiacées – Catapuce, Catherinette, Purge, Foiraude.

Description

L’épurge est une plante herbacée appartenant à la famille des euphorbiacées. Si les conditions du terrain le permettent, elle peut atteindre jusqu’à un mètre de hauteur. Il a une tige roulée, simple et avec les feuilles placées l’une en face de l’autre ; les feuilles et la tige sont entièrement propres.

La tige ne se ramifie que lorsqu’elle va fleurir et le fait de façon fourchue. Le fruit a une forme globulaire déprimée et est divisé en trois coques au moyen de sillons ; chaque coques est à son tour divisé en deux parties. Lorsque ce fruit mûrit, il rétrécit, se plisse et prend une couleur sombre. Il a grandi partout et généralement près de l’homme. .

Le gâteau fleurit au printemps et au début de l’été. La partie qui s’intéresse aux buts médicinaux est la graine, bien que dans les feuilles on trouve aussi quelques propriétés, comme nous allons le voir maintenant.

Epurge (Euphorbie Lathyris)

Epurge (Euphorbia Lathyris)

Dans les graines d’euphorbe il y a jusqu’à 50% d’huile, d’où est extraite une résine qui est celle qui présente des propriétés purifiantes. Sur cette plante – avec d’autres qui ont un double effet purgatif – vomitif – est appliqué un slogan qui se lit comme suit : si les feuilles sont arrachées en les tirant vers le bas, elles agissent comme des purgatifs ; mais si elles sont tendues vers le haut, elles provoquent des vomissements. Cela ne cesse pas d’être une légende, bien que ce qui est vrai en tout cas, c’est que c’est une plante toxique dont l’utilisation est découragée. Aujourd’hui, il existe des plantes aux effets similaires et mieux contrôlées ; en outre – comme nous l’avons déjà répété dans d’autres fiches – l’utilisation de laxatifs et de purgatifs doit être très limitée, car la seule chose que l’on obtient à long terme est d’abîmer l’intestin. Si la plante est susceptible de provoquer des vomissements, il est clair que son utilisation doit être minimale, voire nulle.

Au XVIe siècle, alors que l’utilisation de cette plante était en plein essor, la façon la plus courante de la consommer était de prendre directement la même graine. Selon le poids et l’âge du patient, plus ou moins de graines ont été prélevées. Pour l’instant, nous insistons sur le fait que son utilisation n’est pas recommandée et, par conséquent, nous ne détaillons aucune forme d’administration.



Utilisations

Cette belle vivace toxique à feuillage persistant appartient à une famille, dont on pense que de nombreuses espèces repoussent les taupes. Le ricin est une autre plante euphorbique qui repousserait les taupes et autres ravageurs souterrains.

Récemment (Science 194:46. 1976), le lauréat du prix Nobel Melvin Calvin a suggéré que l’usine de mole pourrait être l' »usine pétrolière », produisant une substance hydrocarbonée très semblable à l’essence. Calvin affirme que l’hydrocarbure produit par l’usine pourrait probablement être utilisé directement dans les raffineries existantes, après avoir été séparé de l’eau. Ses estimations de 10 à 50 barils de pétrole par acre et par an semblent optimistes, tout comme ses estimations de coûts de 3 à 10 dollars le baril. Toutefois, si ces estimations s’avèrent exactes, l’usine pétrolière aurait les vertus de l’emporter sur ses propriétés toxiques et herbacées. En supposant 50 barils de pétrole par acre par année au coût de 10 $ le baril, un prix de vente de 15 $ rapporte seulement 250 $ l’acre de profit.

Si les estimations optimistes de Calvin sont confirmées, l’usine mérite plus d’attention. On estime que le caoutchouc de guayule donne 6000 kg/ha de latex équivalent à seulement 10 barils d’huile par hectare (4 barils par acre). Il est difficile de croire qu’Euphorbia lathyris produirait 10 fois plus de latex que la guayule. Cependant, le latex du matériau cultivé dans le Maryland est extrêmement abondant.

Calvin suggère que les plants pourraient être simplement coupés et passés dans un moulin de broyage, de nouvelles plantes poussant à partir des souches. Il suggère que la replantation serait nécessaire tous les 20 ans environ. S’il produisait 40 barils à l’acre, il estime qu’il faudrait une superficie de la taille de l’Arizona pour répondre à nos besoins actuels en essence. On dit que les graines donnent une huile fine et limpide connue sous le nom d’huile d’Euphorbia, obtenue par expression ou par extraction d’éther ou d’alcool. Le latex est dit dépilatoire. Uphof (1969) indique que les graines sont utilisées comme succédanés de café. Ils sont venimeux ! L’huile a été utilisée dans la fabrication du savon.

Médecine populaire

On dit que les paysans français prennent de 12 à 15 graines comme purgatif, peut-être similaire en action et toxicité à l’huile de ricin. La racine est également purgative et émétique. Les feuilles, comme le latex, sont vésicantes et ont été utilisées par les mendiants pour provoquer des ampoules de pitié. Selon Hartwell (1967-1971), le latex est utilisé dans les remèdes populaires contre les cancers et les verrues. Déclarée antiseptique, cathartique, diurétique, émétique, émétique, POISON et purgative, la taupe est un remède populaire contre le cancer, les cors, la diarrhée, la gangrène, le mélanome, les affections cutanées, les plaies et le mal de gorge. Du point de vue homéopathique, les graines sont utilisées pour l’érysipèle, la paralysie et les rhumatismes. L’huile de graines est appliquée sur les brûlures.

Chimie

L’isomère L de la dopa[3-(3,4-dihydroxyphényl)alanine] serait présent à 1,7% du poids frais du latex. La L-dopa est utilisée pour le soulagement symptomatique de la maladie de Parkinson et aurait produit des effets rajeunissants étonnants, induisant le priapisme, sur certains hommes sénile qui l’ont prise. Les feuilles contiennent de la quercétine, de la quercétine-3-b-D-glucuronide, du kaempférol, du kaempférol 3-glucuronide, du b-sitostérol, de l’acide p-cumarique et de l’acide férulique. Les tiges contiennent de l’hentriacontane, de la taraxérone, du taraxerol, du b-sitostérol et de la bétuline. Le latex énergétique contient 0,5% de 3,4-dioxyphénylalanine. Sachs et ses collaborateurs (1981) ont obtenu une teneur en colophane (hydrocarbures) de 6,2 % dans les parcelles non irriguées, comparativement à 4,4 % dans les parcelles irriguées. L’extrait de benzène des feuilles contiendrait 0,1% (% du poids sec de la plante) de caoutchouc et 0,2% de cire ; l’extrait d’acétone 13,7% de glycérides, 2,2% d’isoprénoïdes et 8,3% d’autres terpinoides. L’extrait d’acétone des graines contient 40% de glycéride. Pour 100 g, la graine contient 15 g de protéines et 40-47,5 g de matières grasses. Les semences contiennent du b-sitostérol, du 7-hentriacontane et de la daphnétine (List et Horhammer, 1969). Je prédis que si toutes les plantes sont étudiées en détail, on découvrira qu’elles contiennent à la fois des carcinogènes et des composés antitumoraux ou cytotoxiques. Celui-ci contient le composé antitumoral b-sitostérol et l’ingenol-3-ester d’acide hexadécanique (C36H58O6).

Toxicité

Selon Hager’s Handbuch, les surdoses humaines provoquent des brûlures à la bouche, des nausées, de la diarrhée, des pupilles dilatées et des collapsus avec pâleur, rigidité, frigidité, sueurs froides, pouls arythmique, vertiges, délire, bouffées de chaleur et de froid, crampes, etc. (List et Horhammer, 1969-1979). On dit que les graines contiennent de l’ésulélétine et un alcaloïde sans nom et que l’huile de graines est un POISON violent. La plante a causé l’empoisonnement chez les enfants. Cinq Californiennes auraient mariné les fruits, croyant qu’il s’agit de câpres. Il s’en est suivi un empoisonnement grave mais non mortel.

Énergie

Il existe un tableau ahurissant des rendements déclarés pour l’usine pétrolière, 22 MT DM/ha (Nemethy et al., 1980), 19,8-24,7 barils/ha/an (mentionné par Sachs et al., 1981), 16,3-19,3 MT DM/ha/an (irrigué, Sachs et al., 1981), 10,3-14,7 MT DM/ha/an (essais sur les engrais, Sachs et al., 1981), 20-25 barils/ha/an (Calvin, 1980). Les premières estimations de Calvin concernant l’approvisionnement en essence suffisant pour répondre aux besoins des États-Unis en plantant une superficie de la taille de l’Arizona à Euphorbia lathyris (40 barils par acre). Aucune des estimations publiées dans l’approche des années 80 ne donne des résultats. Sachs et ses collaborateurs (1981) ont constaté que les rendements étaient plus proches de 5 barils par hectare, ce qui donne à penser qu’il faudrait peut-être 20 barils par hectare pour satisfaire les besoins en pétrole des États-Unis si l’on plante Euphorbia lathyris en Arizona. Selon Nemethy et al (1980), l’extrait d’heptane a une faible teneur en oxygène et un pouvoir calorifique de 42 MJ/kg qui est comparable à celui du pétrole brut (44 MJ/kg). Peut-être sont-ils également optimistes en suggérant que le rendement potentiel d’Euphorbia lathyris est égal à celui de la canne à sucre (11,7 x 104 MJ ha/an) en ajoutant le rendement en huile (6,5) et en alcool (5,2 x 104 MJ ha/an). Pourtant, dans le Sun Times (octobre 1980, p. 15), une source anonyme dit : « Melvin Calvin, prix Nobel de chimie, croit que les États-Unis pourraient produire plus de 2 millions de barils de gopheroll par jour en 1985. Le ministère de l’Énergie a accordé 250 000 $ à Calvin pour poursuivre ses recherches. Marvin Bagby, chef du projet de recherche sur les usines d’hydrocarbures du ministère de l’Agriculture, estime que la marmotte des marais est le chef de file des quarante-cinq usines contenant des hydrocarbures qui sont prometteuses sur le plan commercial. McLaughlin et al (1982) prévoient un rendement en biobrut de 41,8 GJ avec un rendement en bagasse de 216,4 GJ/ha/an. Dans l’hypothèse d’une installation de traitement de 300 000 tonnes métriques par année, les besoins énergétiques totaux seraient de 1285 x 1012 J, la production brute de biobrut 895, la production nette d’électricité 1343 pour une production nette totale de 953 x 1012 J au coût de 28 $/GJ ou 104 $/B pour le biobrut. Le rendement énergétique du biobrut est dépassé par les besoins énergétiques, mais le rendement de la bagasse fait plus que compenser.

Facteurs biotiques

Certaines maladies répertoriées sous cette espèce le sont : Melamspora euphorbiae-dulces, Phoma euphorbiphila, Pleospora herbarum, Sclerotium lathyris, Tithymalus leiococeus, Aecidium tithymali et Melampsora monticola. (1981) dans des plantations en plein champ en Californie et en Arizona, Pythium aphanidermatum et Pythium ultimum ont été identifiés comme pathogènes possibles d’Euphorbia lathyris, et l’amortissement de pré- et post-levée causé par Pythium spp. était considéré comme important pour limiter les populations initiales dans certains essais antérieurs en champ en California. Des expériences en serre ont été menées pour déterminer si des fongicides de traitement des semences à des taux non toxiques pour E. lathyris pouvaient contrôler de façon satisfaisante l’effet d’amortissement. Le fongicide diazoben (Lesan), largement utilisé comme traitement des semences pour lutter contre les Oomycètes, a été efficace contre P. aphanidermatum, P. ultimum, P. carolinum ou P. vexans à des taux aussi faibles que 0,1 gramme de matière active par kg de semences. Ainsi, toutes les plantations au champ de Davis en 1980 étaient des semences traitées au diazobène. Une autre maladie, qui n’est pas liée à l’amortissement du Pythium ou à la pourriture des racines, est apparue dans une certaine mesure dans chacune des parcelles de champ de 1980. Les plantes affectées avaient un feuillage rabougri et jauni, et les racines principales et latérales étaient noircies jusqu’à la couronne et aux tissus des tiges inférieures. L’examen microscopique a montré que le noircissement était un grand nombre de petites sclérotes noires dans les tissus. Lorsque les tissus affectés ont été cultivés sur une gélose de dextrose de pomme de terre, ils ont constamment provoqué l’état sclérotique de Macrophomina pahseolina, qui a également causé la maladie d’E. lathyris en Arizona. Macrophomina phaseolina est un pathogène grave de nombreuses espèces de plantes cultivées et dépend en partie des températures élevées et du stress hydrique pour son invasion des tissus végétaux. En effet, dans les plantations de Davis, les symptômes de la maladie sont apparus au début ou au milieu de l’été et étaient plus graves chez les plantes soumises à divers degrés de stress hydrique ; les plantes bien irriguées ne présentaient aucun symptôme. La source de l’inoculum dans ces parcelles n’est pas connue, mais les niveaux élevés de maladie observés dans une parcelle suggèrent que l’agent pathogène pourrait s’être établi dans le sol sur une autre culture déjà cultivée sur le site. Cependant, M. phaseolina est également connu pour être transmis par les semences sur de nombreuses cultures, et lorsque des plantes malades cultivées pour la semence à San Jose, Californie, ont été examinées, le pathogène a été détecté dans les tissus hôtes à au moins 50 cm au-dessus du sol. Bien que l’examen limité des semences d’E. lathyris n’ait pas permis de détecter l’agent pathogène sur ou dans les semences ou dans les débris de semences, cette question peut justifier une étude plus approfondie si E. lathyris est largement cultivé. Des nématodes ou le genre Meloidogyne sont signalés.

Euphorbe et médecine chinoise

Originaire du sud de l’Europe (France, Italie, Grèce, nord-ouest de l’Afrique, et vers l’est à travers le sud-ouest de l’Asie jusqu’à l’ouest de la Chine, la plante peut atteindre 150 cm de haut. La tige, les feuilles et les graines d’Euphorbia lathyris sont utilisées comme médicament apéritif, sédatif, analgésique, antibactérien et anticancéreux dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et largement adoptées dans le traitement de différentes maladies et problèmes de santé, tels que la difficulté à uriner et les œdèmes. Euphorbia lathyris est considéré comme ayant des propriétés chaudes et toxiques et comme étant associé aux méridiens du foie.

UTILISATIONS, BIENFAITS POUR LA SANTÉ DE L’EUPHORBE LATHYRIS ET SES FORMULES MÉDICALES CHINOISES

DIFFICULTÉ À URINER

Les graines d’Euphorbia lathyris, le plomb jaune et le miel peuvent être transformés en comprimés à prendre par voie orale pour traiter la difficulté à uriner.

RÉDUIRE L’INFLAMMATION, L’ENFLURE ET SOULAGER LA DOULEUR

Euphorbia lathyris en poudre est prisE par voie orale pour causer la diarrhée et traiter l’œdème (gonflement causé par la rétention de liquide).

MORSURES DE SERPENT

Des graines d’Euphorbia lathyris en poudre mélangées à de la salive sont appliquées à l’extérieur pour traiter les morsures de serpent.

ANTICANCER

Selon les tests préliminaires, Euphorbia lathyris frais a un léger effet inhibiteur sur les cellules leucémiques.

CONTRE-INDICATION, EFFETS SECONDAIRES ET PRÉCAUTIONS

Toutes les parties de la plante, y compris les graines et les racines, sont toxiques. La manipulation peut causer une irritation cutanée car la plante produit du latex.

Le Ben Cao Medical Book (également connu sous le nom de Compendium of Materia Medica ou Ben Cao Gang Mu ; chinois : 本草纲目) est le livre médical le plus célèbre et le plus complet jamais écrit dans l’histoire de la médecine traditionnelle chinoise (TCM). Compilé et écrit par Li Shi-zhen (1518~1593), un expert médical de la dynastie Ming (1368-1644) pendant 27 ans.

Le Ben Cao Medical Book enregistre et décrit toutes les plantes, animaux, minéraux et autres objets dont on croyait qu’ils avaient des propriétés médicinales dans la MTC. Le livre reflète les réalisations et les développements pharmaceutiques de l’Asie de l’Est avant le XVIe siècle. Sur la base des réalisations de ses prédécesseurs dans les études pharmacologiques, Li a contribué en outre en complétant et en rectifiant de nombreuses erreurs passées et des idées fausses en ce qui concerne la nature de nombreuses substances médicinales et les causes de diverses maladies. Charles Darwin, à l’origine de la théorie biologique de l’évolution, considère le livre comme « l’encyclopédie chinoise ancienne ».

Avertissement : L’information sur ce site Web n’est pas destinée à remplacer une relation individuelle avec un professionnel de la santé qualifié et ne se veut pas un avis médical. Il s’agit d’un partage des connaissances et des informations sur la marque communautaire provenant de la recherche et de l’expérience de l’auteur Li Shi-zhen. Veuillez noter que les connaissances de la marque communautaire et les formules anciennes données ci-dessus ne sont probablement PAS médicalement prouvées et peuvent contenir des idées fausses.

Références :

  • Bibliographie
  • Calvin, M. 1980. Hydrocarbures d’origine végétale : Méthodes analytiques et observations. Naturwissenschaften 67:525-533.
  • Hartwell, J.L. 1967-1971. Plantes utilisées contre le cancer. Un sondage. Lloydia 30-34.
  • List, P.H. et Horhammer, L. 1969-1979. La main de Hager

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !


Ne Ratez Pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.