Menthe poivrée

0 Commentaires | 02/10/2013

Menthe Poivrée - Mentha piperita

Menthe Poivrée – Mentha piperita

Lamaciées – Menthe sauvage, Menthe crépon

Menthe Poivrée (Mentha piperita)

 

 

Description

La tige est de section carrée et de couleur violette. Les feuilles sont opposées, de sorte que dans chaque intervalle deux feuilles sortent avec des directions opposées, sous la forme d’une lance et des dents dans son contour. Les fleurs se trouvent dans les épis terminaux, formant des inflorescences avec une gamme de couleurs allant du blanc au violet en passant par le rose. L’odeur est très caractéristique et pénétrante ; son goût aromatique laisse une sensation de fraîcheur en bouche. Elle est cultivée à partir de boutures, et à partir d’une seule plante, des boutures peuvent être obtenues pour plus de quatre nouvelles plantes.

Le rendement maximum pour obtenir l’essence est donné dans la deuxième année de culture, en descendant à partir de ce moment.

Floraison

Avant la floraison, qui a lieu en été, la plante est récoltée, ce qui a généralement lieu en juin et juillet. Pour le ramassage des feuilles, la plante est coupée le plus près possible du sol, en séparant le jour même la tige coupée des feuilles, si l’on veut ramasser le sommet fleuri, alors la coupe se fait au bas de celui-ci. Le séchage peut se faire à la chaleur artificielle, mais jamais à plus de 30 degrés C, car dans ce cas l’essence s’évaporerait et perdrait toutes ses propriétés. Le mieux est de faire une dessiccation à l’ombre, à basse température et avec une bonne ventilation, en évitant le soleil direct pour conserver le vert naturel de ses feuilles. Si les feuilles ou la cime fleurie sont écrasées, l’essence et donc toute sa valeur seront rapidement perdues.



Propriétés

Chez les enfants de moins de deux ans, l’inhalation de vapeurs d’essence de menthe poivrée peut provoquer une asphyxie lorsqu’un spasme de glotte survient, il est donc essentiel d’éviter son utilisation et de remplacer cette essence par d’autres qui n’ont pas de tels effets. Aussi chez les adultes sensibles à cette essence peuvent apparaître des états de nervosité et des images d’insomnie.

Dans des conditions normales, on l’utilise pour éviter les démangeaisons et pour se rafraîchir au niveau topique ; la sensation de fraîcheur ne se produit pas en tant que telle, car la température reste la même, mais la personne à qui l’essence est administrée le perçoit de cette façon. En effet, le menthol produit une stimulation des terminaisons nerveuses sensibles au froid, qui provoquent cette sensation. Dans les cas extrêmes, et par le même mécanisme, peut produire une anesthésie locale légère qui était autrefois utilisée pour étouffer la douleur dentaire. Le menthol est utilisé comme aromatisant et antiseptique.

Infusion : 5 grammes de plante par tasse ; faire bouillir de l’eau pendant 15 minutes, en buvant un maximum de trois tasses par jour après les repas. Améliore la digestion et agit comme un carminatif.

Capsules : La poudre de plante est encapsulée et peut être prise en une quantité de 0,2 grammes par jour.

Usage externe : Avec les précautions déjà indiquées, des inhalations humides peuvent être faites avec l’utilisation de 8 gouttes d’essence mélangées à un demi-litre d’eau chaude. On peut faire des liniments pour le frottement chez les patients rhumatismaux. Il est également utilisé dans les lotions après-rasage, les déodorants, les dentifrices, les élixirs ou les gommes à mâcher.

Potion stimulante à la menthe

– 100 g d’alcool de Menthe
– 500 g de sirop de gomme
– 250 g d’eau de cannelle
à prendre par cuillerées

Potion stomachique à la menthe

– 30 g d’alcool de menthe
– 30 g d’alcool d’anis
– 60 g de sirop de cannelle
– 250 g d’eau de tilleul
à prendre par cuillerées

Références : Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.