Morelle

1 Commentaire | 03/01/2014

Morelle - Solanum nigrum

Morelle – Solanum nigrum

Solanée – Raisin de loup, crève-chien, herbe aux magiciens.

Morelle (Solanum nigrum)

Morelle (Solanum nigrum)

 

Description

La morelle, telle qu’elle est comprise par les paysans, se compose d’un ensemble de différentes souches apparentées les unes aux autres qui sont différenciées par plusieurs caractères qui les modifient légèrement. En général, ce sont des herbes annuelles, avec une tige laminée plus ou moins poilue.

Les feuilles sont éparpillées le long de la tige et des branches ; leur forme est ovale, avec des bords sinueux ou des dents larges, ce sont des imberbes et elles semblent soutenues par un coin assez long. Les fleurs naissent d’un poil commun qui commence au milieu d’un entre-nœud. Les fruits sont des baies de la taille d’un pois, habituellement de couleur noire. Elle est cultivée dans des vergers et sur d’autres terres agricoles.

Elle fleurit au printemps, prolongeant la floraison jusqu’en automne. Les tiges, les feuilles et les fruits sont d’intérêt dans la collection à des fins médicinales. Une fois récoltés, ils sont mis à sécher à l’ombre ou dans un séchoir, à des températures pas trop élevées, car cela pourrait altérer la composition en principes actifs.

Propriétés

L’ingrédient actif de la morelle a été un glucoalcaloïde appelé solanine, contenu dans des proportions similaires à la fois dans la tige et dans le fruit et les feuilles, bien qu’il semble que dans le fruit mature il n’y ait aucun reste de cet alcaloide. Contrairement à d’autres produits similaires, elle n’est pas toxique à des doses relativement faibles, mais elle peut être dangereuse à des doses élevées – surtout si elle est administrée par voie interne.



Quant à ses propriétés, il semble prouvé qu’elle ait une activité analgésique et sédative importante ; il semble que ces actions s’exercent sur des plaques motrices terminales sensibles, étant d’une grande valeur en pratique clinique. Elle agit également efficacement sur les processus de douleur à l’estomac, avec une efficacité égale ou supérieure à celle d’autres médicaments connus. La teneur en solanine n’est pas très élevée dans la morelle et après séchage elle perd également certaines de ses propriétés, mais dans le jus de la plante on peut trouver des quantités suffisantes pour produire les effets sédatifs décrits ci-dessus.

Jus de plante : Le jus de la plante à pleine maturité est prélevé directement. Ne pas dépasser 30 g. par jour.

Usage externe : La cuisson des feuilles s’utilise en externe contre le prurit vulvaire et hémorroïdal, en application sur les abcès, l’arthrite et les contusions.

Emploi

Les feuilles (fraîches entrent dans la composition de l’Onguent populéum et du beaume tranquille). On en fait à la dose de 50 g pour 1 litre d’eau une injection calmante.

Références : Bibliographie

 


Ne Ratez Pas…
Commentaire (1)
  1. posté par CHAPELAIN le 13/11/2016

    ATTENTION LA MORELLE EST MORTELLE A PARTIR DE 10 BAIES INGEREES!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.