Ronce

0 Commentaires | 19/01/2014

Ronce - Rubus Fructicosus

Ronce – Rubus Fructicosus

Rosacées – Ronce des haies, mûrier sauvage, mûrier de renard.

Ronce (Rubus Fructicosus)

Ronce (Rubus Fructicosus)

 

Description

Arbuste épineux de la famille des Rosacées qui atteint jusqu’à 4 mètres de haut. Ses fleurs sont blanches ou roses, à 5 pétales. Le fruit est composé de plusieurs petits drupes de pourpre ou de noir, chacune avec une graine à l’intérieur. Dioscorides avait déjà recommandé ses feuilles pour le traitement des hémorroïdes. Ses fruits sont utilisés depuis l’antiquité dans l’alimentation humaine et sont un excellent régal naturel pour les enfants et les adultes. Il existe une centaine d’espèces de ronces et bien d’autres variétés, toutes ayant les mêmes propriétés.

Habitat

Largement répandu dans toute l’Europe, au bord des routes, sur les rives et aux frontières. Naturalisé sur le continent américain. Parties utilisées : feuilles, tiges tendres et fruits (mûres).

Propriétés et indications

Les feuilles et les pousses tendres contiennent des tanins abondants qui les rendent astringentes et hémostatiques. Les fruits contiennent également des tanins, des glucides (glucose et lévulose), de la provitamine A, de la vitamine C et des acides organiques (citrique, lactique, succinique, oxalique, salicylique). Ce sont vos instructions :

Hémorroïdes : la décoction des feuilles et pousses de mûre est appliquée localement en bains de siège ou en compresses, pour désinflammer et éviter qu’elles saignent.



Diarrhée, gastro-entérite et colite, en raison de son effet astringent remarquable. Les feuilles et les pousses sont plus que des fruits, mais sont généralement consommées ensemble pour améliorer leurs effets et profiter de la saveur du fruit. Pour les enfants atteints de diarrhée, le jus de mûres est administré à l’aide de cuillères à café, ou du sirop qui en contient.

Maladies fébriles : le jus des fruits (mûres) est rafraîchissant et tonifiant, il est donc très approprié pour les fébriles ou affaiblis.

Affections oropharyngées : la décoction des feuilles et des pousses, ainsi que des pousses et des fruits tendres, ont un effet bénéfique sur les plaies buccales, la gingivite (inflammation des gencives), la stomatite (inflammation de la muqueuse buccale), la pharyngite et l’angine.

Plaies, ulcères cutanés et furonculés : les lavages ou compresses sont appliqués avec décoction, ou cataplasmes avec feuilles broyées au mortier. Ils aident à guérir et à guérir.

Utilisation

Décoction de 30-50 grs. de pousses et/ou feuilles tendres dans un litre d’eau, pendant 5-10 minutes ; boire jusqu’à 3 tasses par jour. Les tendres bourgeons printaniers peuvent être consommés directement, et ils exercent également une action cicatrisante au contact de la muqueuse buccale. Le jus de mûre se boit frais, 1 à 3 verres par jour. Dans le sirop, qui est préparé en ajoutant au jus deux fois son poids en sucre, si possible intégral (brun), en le chauffant sur le feu jusqu’à ce qu’il se dissout complètement, le jus de mûres ou de sirop, sont généralement mélangés avec la décoction pour renforcer son effet et améliorer son goût.
En externe, décoction plus concentrée (50-80 grs. par litre) que pour usage interne, qui s’applique en compresses, bains de siège, rinçages et gargarismes. Poultices avec des feuilles écrasées dans un mortier que l’on applique sur la peau affectée.

Références : Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.