Serpolet

0 Commentaires | 20/01/2014

Serpolet - Thymus Serpyllum

Serpolet – Thymus Serpyllum

Labiées – Thym sauvage

Serpolet (Thymus Serphyllum)

Serpolet (Thymus Serpyllum)

 

Description

Le serpolet est une plante vivace avec un dessous de tige et des feuilles linéaires opposées. Appartenant à la famille des labiées, il n’est pas facile à première vue de le distinguer du thym. Il pousse spontanément dans les prairies de montagne et les terrains arides. Cette plante est également cultivée en pots, terrasses et jardins, comme plante ornementale aromatique.

Floraison

Le serpolet fleurit au printemps et continue à fleurir tout au long de l’été dans certaines localités. Les tiges fleuries sont récoltées en pleine floraison et séchées à l’ombre à 35 degrés C au maximum. Une fois séchées, elles sont conservées dans des récipients fermés et si possible sans être mélangées à d’autres plantes.

Propriétés

L’essence de serpolet, incolore ou légèrement jaune, est composée de cimol, thymol, carvacrol et autres phénols mal identifiés. En plus de l’essence, c’est une plante riche en tanins, principes amers, flavonoïdes, résines, etc. Les utilisations données à cette plante aromatique sont similaires à celles du thym, bien que les effets du serpolet soient plus doux. Le thymol et le carvacrol, avec d’importantes actions bactéricides, donnent à l’essence des propriétés balsamiques, expectorantes, stimulantes de l’appétit, carminatives et antiseptiques, à usage interne et externe.

De même, les principes amers qu’il possède renforcent la puissance apéritive du serpolet. Grâce aux flavonoïdes et aux acides phénoliques, il possède également des propriétés diurétiques, veinotoniques et vasoprotectrices. En raison de leur composition, ils sont indiqués dans les troubles des voies respiratoires : rhume, grippe, sinusite, pharyngite et toux ; dans les troubles digestifs tels que l’inappétence, les spasmes gastro-intestinaux et les troubles des voies urinaires.



Extérieurement, il est utilisé dans les plaies et les affections cutanées et il est courant d’utiliser la plante dans les bains antirhumatismaux et les relaxants musculaires. Comme toujours, il faut noter que l’essence n’est pas abusée, surtout chez les enfants, à qui elle peut irriter la muqueuse ou produire une image d’allergie.

Bain tonique : Une bonne poignée de feuilles fraîches sont bouillies dans quatre litres d’eau ; les feuilles sont tempérées, tamisées et pressées pour en extraire tout l’humour. Elle est versée dans la baignoire et de l’eau chaude est nécessairement ajoutée. Cela procure un bain relaxant et revigorant.

Infusion : Préparée avec une cuillère à café de dessert par tasse. Laisser infuser au moins 3 tasses par jour, avant ou après les repas.

Gargarisme : Verser quelques gouttes d’essence serpentine dans une tasse d’eau tiède, gargariser et rincer.

Vapeurs de serpolet : Avec les feuilles et quelques gouttes d’essence végétale est chauffé à ébullition. Ces vapeurs sont appliquées dans les zones affectées par la goutte et les lumbagos.

La plante peut également être appliquée sous forme de pommades ou de liniments, comme un révulsif, dans des conditions rhumatismales ou appliquée sur la poitrine pour traiter les affections respiratoires.

Références : Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.