Prévenir la récidive de l’AVC : Quatre méthodes simples

Le 8 septembre, 2018

prévenir une récidive avc

Après un AVC, il y a quelques précautions à prendre pour éviter la récidive. Les choses à éviter, l’alimentation à privilégier et les remèdes naturels…

La vie après un AVC peut être difficile, sans parler de l’inquiétude supplémentaire d’en avoir un autre. Chaque année en France, on estime qu’un AVC sur quatre touche une personne qui a déjà survécu à un AVC. Vous pouvez réduire votre risque d’AVC en vous concentrant sur les facteurs que vous pouvez contrôler :


  • Alimentation
  • Exercice
  • Fumer
  • Gestion des médicaments
  • Gestion des autres conditions
  • Mangez sainement

Une bonne alimentation

L’alimentation est un excellent moyen de garder votre corps en santé et de prévenir les maladies chroniques. En plus de choisir plus de fruits et de légumes, de viandes maigres, de fruits de mer, de produits laitiers faibles en gras, de grains entiers et de fibres, vous devriez limiter les gras saturés et trans, le sodium, l’alcool et les sucres ajoutés. Ces choix peuvent maintenir la tension artérielle et le taux de cholestérol à un niveau plus bas, ce qui réduit considérablement le risque d’un deuxième AVC.

De nombreux survivants de l’AVC ont un appétit limité ou ont de la difficulté à manger en raison de problèmes de déglutition ou de mouvements limités des bras. Pour vous aider, vous et vos soignants pouvez créer des repas aux saveurs plus fortes et aux couleurs audacieuses. Essayez d’ajouter des herbes et des épices sans sel pour éveiller vos papilles gustatives et coupez les aliments en bouchées ou choisissez des aliments plus tendres qui sont plus faciles à mâcher.

Restez actif et cessez de fumer

L’AVC peut limiter votre mobilité, mais même de petites quantités d’activité physique peuvent améliorer votre état de santé général. Commencez par une activité à faible impact que vous aimez (le yoga ou le pilates par exemple). Prenez note de vos progrès et soyez fier de chaque minute où vous êtes actif. Même cinq minutes de marche ou de cercles de bras peuvent aider votre santé physique – et votre santé mentale. L’exercice peut aussi renforcer la confiance en soi, prévenir la dépression et l’anxiété, et vous redonner de l’énergie.

Le tabagisme est un facteur de risque majeur pour les futurs accidents vasculaires cérébraux, car il réduit la quantité d’oxygène dans le sang. Le cœur travaille donc plus fort et les caillots sanguins sont plus susceptibles de se former. Le tabagisme contribue également à l’hypertension artérielle et aux maladies respiratoires. Bien qu’il soit difficile d’arrêter de fumer, les fumeurs courent deux fois plus de risques d’avoir un AVC que les non-fumeurs, alors connaissez les avantages et obtenez de l’aide de votre famille, de vos collègues de travail et de professionnels de santé.

Gardez un œil sur les affections et les risques connexes

Plusieurs problèmes et mesures de santé ont un impact direct sur le fait d’avoir ou non un autre accident vasculaire cérébral. L’hypertension artérielle peut affaiblir graduellement les artères, alors gardez-la sous contrôle en modifiant votre mode de vie et en prenant des médicaments. De même, l’hypercholestérolémie doit être gérée avec soin et des statines hypocholestérolémiantes sont souvent prescrites.

Vous devriez également faire l’objet d’un examen de dépistage d’un type de rythme cardiaque irrégulier appelé fibrillation auriculaire, qui, selon sa cause et sa gravité, peut être traité de plusieurs façons. Bien qu’elle ne soit pas aussi courante que l’hypertension artérielle et le cholestérol, la fibrillation auriculaire est fortement associée à l’AVC. Le sang s’accumule dans le cœur, ce qui peut former des caillots qui se dirigent vers le cerveau.


L’apnée du sommeil est fréquente chez les survivants et associée à un risque beaucoup plus élevé d’une autre crise. L’apnée du sommeil bloque les voies respiratoires, ce qui entraîne une diminution de l’oxygène sanguin, une accélération du rythme cardiaque et une augmentation de la tension artérielle. Le diabète de type 2, lorsqu’il n’est pas bien maîtrisé, peut entraîner de graves problèmes cardiovasculaires, y compris un AVC.

Concentrez-vous sur votre respiration au quotidien, en effectuant des respirations profondes peut-être une bonne option

Prenez vos médicaments

Vos médecins, pharmaciens et autres fournisseurs de soins vous ont probablement remis une liste d’ordonnances ainsi que la date et la façon de les prendre. Ajouté à tous les autres conseils qui vous ont été donnés, cela peut être accablant, frustrant et même insultant. Malheureusement, le fait de ne pas prendre les médicaments tel qu’indiqué – ou de ne pas se conformer aux directives, comme l’appellent les professionnels de santé – vous expose à un risque beaucoup plus grand de récidive d’un AVC.

L’une des causes de non-conformité aux ordres du médecin est le déni. C’est dans la nature humaine d’espérer qu’en ignorant quelque chose, elle disparaît et que le fait de ne pas prendre de médicaments peut repousser la réalité. Bien que le fait de sauter une dose ou une journée de traitement ne vous fasse pas sentir différemment, les effets à long terme peuvent s’avérer dangereux. Si vous n’êtes pas sûr de votre dosage ou si vous êtes frustré de ne pas voir les résultats, parlez-en à votre médecin avant d’apporter vous-même des changements.

Vous pouvez toutefois atténuer les effets secondaires des médicaments (acidose, fatigue, douleurs, digestion… en suivant ces conseils).

Quelques conseils de plus pour éviter un second AVC

Identifiez les facteurs de risque qui ont causé votre premier AVC. Une fois que vous avez identifié et discuté des causes avec votre professionnel de la santé, abordez chacun des facteurs de risque individuellement et trouvez des moyens de prendre le contrôle afin d’être actif dans la prévention d’un AVC récurrent. Les stratégies seront différentes pour chaque facteur de risque. L’objectif est que vous ayez un plan et que vous preniez votre santé en main.

Pour les survivants d’un AVC et les personnes qui ont subi un AIT, des examens réguliers sont fortement recommandés, pour s’assurer que les conditions silencieuses telles que l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, et le diabète sont correctement contrôlés.

Votre médecin peut vous prescrire des médicaments pour abaisser votre taux de cholestérol et vous recommander un mode de vie sain pour le cœur. Mangez ou buvez régulièrement les aliments suivants pour vous aider à atteindre vos objectifs de santé :

Thé noir ou vert

Le thé contient des nutriments végétaux appelés flavonoïdes, qui peuvent aider à réduire le cholestérol et la tension artérielle. Boire au moins 3 tasses de thé noir ou vert par jour peut aider à réduire votre risque d’AVC. Les chercheurs d’une étude ont constaté que les personnes qui buvaient cette quantité de thé vert ou noir avaient beaucoup moins d’incidence d’AVC répétés.

Le thé noir peut être particulièrement utile pour la gestion du diabète. Les composés du thé noir imitent les effets de l’insuline et empêchent l’amidon de se transformer en sucre.

Fruits et légumes

Les fruits et légumes ne sont pas seulement bons pour votre santé physique. Les chercheurs d’une étude réalisée en 2016 ont constaté que manger plus de fruits peut accroître le bonheur et le bien-être aussi rapidement que le lendemain. La consommation de huit portions par jour peut augmenter la satisfaction de vivre et aider à réduire le niveau de stress.

Grenade

Le concentré de grenade est riche en antioxydants et en phytostérols, qui sont des stéroïdes végétaux qui réduisent le cholestérol. Selon l’Institut israélien de technologie, la prise de concentré de grenade avec une thérapie à base de statines à faible dose ou l’utilisation régulière de médicaments hypocholestérolémiants peut aider à réduire le cholestérol. Il peut également diminuer les effets secondaires d’une statine, comme les douleurs musculaires.

Enseigner aux membres de la famille les signes avant-coureurs de l’AVC afin de pouvoir obtenir de l’aide médicale le plus rapidement possible.

Si vous avez eu un AVC ou un AIT, restez au courant des nouvelles médicales sur les progrès de la prévention et du traitement et discutez de ces nouveaux développements avec vos médecins pour obtenir la meilleure interprétation de la façon dont ils peuvent s’appliquer à vos soins.

 

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !


Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.