dans

Tout Savoir sur les Punaises de Lit : Histoire d’une Colonisation

Un dossier complet pour tout savoir sur les punaises de lit, leur mode de déplacement, de reproduction, de colonisation et comment s’en prémunir.

tout savoir sur les punaises de lits
()

Les premières traces de punaises de lits

On pense que Cimex lecturlarius pourrait en fait être originaire du Moyen-Orient, dans des grottes qui étaient habitées aussi bien par des humains que par des chauves-souris. Les lignées de la punaise de lits peuvent également être retracées par leur nom. Dans la Rome antique, on les appelait Cimex, ce qui signifie "punaise", la désignation de l'espèce lecturlarius faisant référence à un canapé ou à un lit.

Ce sont d'anciens insectes qui ont vécu de leurs hôtes depuis la nuit des temps. Des études ont suggéré que les punaises de lit parasitaient d'abord les chauves-souris avant de jeter leur dévolu vers les humains. Les insectes ont habité les mêmes grottes où la civilisation a commencé, avec la croissance de la civilisation, elles se sont multipliées

Elles ont prospéré grâce à la formation de villages puis de villes.

Ces parasites ont été trouvés fossilisés, datant de plus de 3 500 ans, et ont été retrouvés sur des sites archéologiques. À cette époque, les insectes étaient utilisés comme potion pour tenter de guérir des maladies courantes. Les punaises de lit étaient brûlées par les Romains et les Grecs pour libérer leur emprise aux sangsues. Pour guérir les morsures de serpent, les Égyptiens les buvaient en infusion (charmant !).

Documentaire de National Geographic (Vous pouvez activer les sous-titres automatiques).

La civilisation s'est développée et les insectes se sont multipliés et se sont répandus dans toute l'Asie et l'Europe.

En Italie elles étaient déjà bien connues depuis -100 av. J.-C., en Chine depuis - 600 av. JC, en Allemagne en 1200 et en France en 1400. La chaleur générée par les feux de cuisine et de veillées permettait aux insectes de mener une vie confortable dans les familles les plus riches vivant dans des châteaux et dans les classes ouvrières moins fortunées vivant dans des huttes.

L'Angleterre et la Grèce antique

L'Angleterre a signalé pour la première fois des punaises de lit en 1583. Peu de temps après, elles sont arrivées en Amérique, où elles ont voyagé avec les explorateurs et les colons européens.

En 400 av. J.-C., la Grèce antique a mentionné les insectes et ils ont été mentionnés à nouveau par Aristote. Selon l'Histoire naturelle de Pline, publiée pour la première fois à Rome vers 77 après J.-C., les valeurs médicinales de ces insectes suceurs de sang comprenaient le traitement de maladies comme les infections de l'oreille et les morsures de serpent.

Cette croyance en leurs propriétés médicinales s'est maintenue au moins jusqu'au 18e siècle. C'est à cette époque que J.E. Guettard a recommandé de les utiliser pour traiter l'hystérie.

Dans les années 1800

Los treces de la isla del Gallo | Museo Nacional de Arqueología, Antropología e Historia del Perú
Los treces de la isla del Gallo | Museo Nacional de Arqueología, Antropología e Historia del Perú

Les premiers colons ont apporté les insectes avec eux en Amérique au XVIIIe siècle. Au début du XVIIIe siècle, les écrits coloniaux font état de graves problèmes liés à ces insectes au Canada et dans les colonies anglaises. Dans les années 1800, elles étaient abondantes en Amérique du Nord suite à l'arrivée des colons européens.

Pour tenter de dissuader les insectes, leurs lits étaient généralement faits de bois de sassafras et les crevasses étaient arrosées d'eau bouillante, de soufre et d'arsenic. Cependant, il n'y avait pas de problème de punaises de lits dans les villages indiens.

On savait que les vieux voiliers étaient envahis par ces insectes nuisibles. De nombreux marins se sont plaints que des insectes les attaquaient pendant leur sommeil. Ils interdisaient aux colons et aux passagers d'apporter de la literie à bord du navire.

Leur débuts en Allemagne

L'Allemagne a mentionné pour la première fois les punaises de lits au XIe siècle. Elles ont été mentionnées pour la première fois en France au 13ème siècle. La première mention de l'Angleterre remonte à l'année 1583. Jusqu'en 1670, les insectes étaient plutôt rares en Angleterre.

Au XVIIIe siècle, certaines personnes pensaient que les punaises de lit avaient été apportées à Londres dans des fournitures achetées pour reconstruire Londres après le Grand Incendie de 1666.

Au XVIIIe siècle, Giovanni Antonio Scopoli a noté leur présence à Carniola, qui est généralement l'équivalent de la Slovénie d'aujourd'hui.

Les chemins de fer, les hôtels et les bateaux étaient des lieux d'hébergement idéaux pour les punaises de lit, comme aujourd'hui. Les voyageurs avisés tiraient leur lit loin des murs et plongeaient ensuite les jambes dans des casseroles pleines d'huile.

Punaises de lits : Traitement à l'ancienne

Au fil des ans, il y a eu une multitude de formules prétendant qu'elles pouvaient aider à contrôler les infestations de punaises de lit. Si ces formules étaient utilisées aujourd'hui, elles pourraient entraîner l'incarcération.

Au milieu des années 1800, les pauvres étaient aussi bien touchés que les riches. Il s'agissait de zones surpeuplées dont les normes de propreté étaient peu élevées. Les ménages les plus riches qui avaient un surplus d'aide domestique ont découvert qu'un entretien ménager vigoureux aidait à éliminer les nuisibles.

Le plus grand bénéfice de ce genre d'efforts était de détecter les infestations pendant leurs phases initiales vulnérables. Le plus grand remède est un nettoyage extrême et des soins continus, ainsi que l'examen de tous les interstices et crevasses pour s'assurer qu'il n'y a plus de résidents dans ces zones sombres.

Début du 20e siècle

Au début du XXe siècle, la majorité des Américains en avait vu une et la plupart avaient été mordus. À cette époque, elles étaient considérées comme l'un des trois principaux nuisibles concernant les logements.

Les enquêtes réalisées à l'époque ont montré que près d'un tiers de toutes les résidences de certaines villes étaient infestées de punaises de lits. Dans les zones à faible revenu, presque toutes les résidences avaient été infestées à un moment ou à un autre. Dans les zones à faibles revenus, elles étaient considérées comme l"ennemi public numéro 1.

Puis, quelque chose de surprenant s'est produit. Tout d'un coup, elles avaient disparues, du moins dans les pays développés. Dans les années 50, les entomologistes américains avaient des difficultés à trouver des insectes vivants pour leurs travaux de laboratoire. La question était de savoir ce qui s'était passé.

grande mode du DDT

L'arrivée du DDT à réduit leur progression… et même un peu plus

Dans les années 50, le DDT a été introduit pour exterminer les cafards et autres insectes, et les populations de punaises de lit ont commencé à diminuer rapidement. Elles n'ont pas résisté au traitement du DDT. Le DDT était saupoudré ou pulvérisé tout autour et sur tout le lit.

Ce contrôle durait au moins un an. En 1972, l'utilisation du DDT comme pesticide a été interdite. On pensait (et c'est aujourd'hui prouvé) que le DDT ainsi que d'autres pesticides pouvaient provoquer des cancers et mettre en danger la faune sauvage, en particulier la population d'oiseaux (ce qui est encore le cas aujourd'hui à cause des traitements passés au DDT).

On pense également que l'aspirateur et la conception simplifiée des meubles ont également contribué à son élimination. Certains pensent que cela pourrait être dû à la nature cyclique des organismes.

Les infestations de punaises de lits sont mondiales

infestation mondiale de punaises de lit

Ces parasites rampants résident dans le monde entier. Les taux d'infestation dans les pays développés ont diminué entre les années 30 et les années 80. Cependant, leur nombre a fortement augmenté depuis les années 80. Avant cela, elles étaient encore assez courantes dans les régions en développement, mais extrêmement rares dans les pays développés.

Les infestations ont commencé à augmenter encore plus rapidement au cours des dernières années. Le nombre actuel d'infestations est similaire à celui du milieu du siècle dernier. Le nombre d'infestations est toujours en augmentation.

Malgré le fait qu'elles soient devenues résistantes au DDT en quelques années, nous avons pu les contrôler grâce à l'utilisation d'autres hydrocarbures chlorés comme le lindane. Un insecticide organophosphoré, le malathion, a également été utilisé.

Au milieu des années 50, les punaises de lit n'étaient pas un nuisible majeur dans les foyers, elles ne sont plus qu'un nuisible occasionnel. En général, on les trouvait dans les milieux socialement défavorisés ou dans des zones présentant d'autres circonstances plutôt inhabituelles. De temps en temps, un problème peut survenir dans une prison, un refuge, une cabane ou une auberge de jeunesse, mais presque jamais dans un hôtel ou une maison.

Leur résurgence

Ces parasites sont les plus détestés des parasites domestiques. Les infestations sont incontrôlables et peuvent être difficiles à éliminer. Auparavant, les traitements d'extermination étaient parfois dangereux pour la santé d'un individu. Dans la bataille de la résurgence mondiale actuelle, nous pouvons tirer des leçons du passé.

Elles sont réputées pour se cacher dans des sacs ou s'attacher à des vêtements pour voyager. En regardant l'histoire, nous pouvons constater que la récente résurgence a en fait suivi un schéma comparable.

Les infestations extrêmes ont recommencé à la fin des années 90. Elles sont apparues pour la première fois dans des villes "portes d'entrée" comme Miami, New York, San Francisco et Los Angeles.

L'apparition dans les hôtels et les motels américains

Au milieu et à la fin des années 90, ils ont commencé à apparaître dans de plus en plus de motels et d'hôtels. Ces infestations ne se sont pas limitées aux établissements les moins chers. Elles ont commencé à apparaître dans les hôtels haut de gamme, les maisons individuelles, les appartements, les hôpitaux et les maisons de retraite.

Malheureusement, aujourd'hui, ces insectes font encore un retour en force. Ce n'est pas un retour lent, mais un retour très rapide. Il s'agit de nouvelles nationales et les médias font état d'attaques dans certains des hôtels cinq étoiles.

Certaines recherches indiquent que jusqu'à 25 % des résidents de différentes villes ont signalé des problèmes de punaises de lits. Ces infestations ont généralement été observées dans les zones urbaines de classe inférieure.

Pour les résidents de ces villes, les punaises de lits ne sont pas seulement une nuisance, les infestations atteignent des niveaux épidémiques. Tout au long de l'histoire, ce type d'infestation intense et généralisée n'a JAMAIS été observé.

Les punaises de lits sont de retour…

Il est extrêmement clair que les punaises de lits ont fait une grande résurgence. Cette résurgence s'est produite dans la plupart des régions du monde. Leur augmentation a été reconnue au Canada, aux États-Unis, en Australie et dans certaines régions d'Europe et d'Afrique.

Une industrie a vu le jour

En raison de la récente augmentation des infestations dans toute l'Amérique, une industrie de prévention, de signalement et d'éradication des infestations a vu le jour dans le pays de l'Oncle Sam.
Les exterminateurs d'aujourd'hui s'inspirent des tout premiers exterminateurs européens. L'un des plus célèbres d'entre eux était Tiffin & Son de Londres. Ils ont créé une entreprise en 1690 pour exterminer les insectes pour le public plus aisé. Leur enseigne éclairée au gaz au-dessus du magasin indiquait : "Que les destructeurs de la paix soient détruits par nous. Destructeurs d'insectes pour Sa Majesté". Ce faisant, la menace permanente d'une éventuelle infestation a été reconnue.

Ils ont travaillé sous contrat et ont examiné les maisons chaque année. C'était une précaution pour garder les lieux confortables car les domestiques pouvaient les apporter dans leurs vêtements et leurs affaires.

Tiffin a signalé que la majorité des insectes ont été trouvés dans les lits, mais il a mis en garde le public en précisant que si les insectes n'étaient pas exterminés, ils se multiplieraient et grimperaient partout au plafond, colonisant toutes les zones où ils le pourraient.

Traitements des infestations

Un siècle après Tiffin & Son de Londres, l'industrie de la lutte antiparasitaire a une fois de plus préconisé des inspections préventives de routine. En détectant une infestation à un stade précoce, on réduit la propagation vers d'autres endroits et on peut diminuer la responsabilité de certains clients.

Un autre destructeur a été John Southall qui a détruit ces insectes en Angleterre et a publié un manuel de 44 pages en 1730. Ce traité contenait des informations concernant leur contrôle et leur prévention, ainsi que sur leurs habitudes, basées sur ses expériences personnelles.

Pour simplifier le traitement et limiter l'hébergement, il suggéra que les lits devaient être simples et avec le moins de boiseries possible.

"Frontispice", "A Treatise on Buggs" de John Southall, 1730.
"Frontispice", "A Treatise on Buggs" de John Southall, 1730.

Quelle est la cause de la résurgence rencontrée aujourd'hui ?

Les professionnels de la lutte antiparasitaire et les entomologistes ont plusieurs théories raisonnables sur les raisons de l'augmentation des problèmes liés au punaises de lit. Voici quelques-unes des raisons possibles ; cependant, personne n'est certain.

Augmentation des voyages et des transports de marchandises dans le monde entier

Les gens voyagent sur tous les continents pour les affaires et le plaisir. Les pays développés deviennent de plus en plus multiculturels et les habitants continuent à se déplacer d'un pays à l'autre. Naturellement, ce type de voyage faciliterait le transport de punaises des lits.

Certaines de ces régions traversées sont infestées. Les punaises de lits sont retirées d'une zone puis introduites dans une autre de différentes manières. Ces parasites peuvent être transportés d'un pays à l'autre sur le corps, les vêtements ou même les bagages. On les trouve souvent dans les avions, y compris dans la soute. Les nuitées dans les B&B, les hôtels et les auberges peuvent également faciliter le transport d'un endroit à l'autre.

mondialisation punaises de lits

Un changement dans les pratiques d'élimination des nuisibles

Auparavant, les chambres d'hôtel étaient généralement traitées régulièrement avec des pesticides résiduels. De ce fait, les insectes introduits pendant les voyages étaient généralement exposés à ce pesticide une fois qu'ils avaient quitté leur source de transport pour se rendre au lit.

Ce type d'application de pesticides résiduels, qui consiste en des traitements mensuels ou même trimestriels contre d'autres parasites, permettait de contrôler toute nouvelle infestation.

Actuellement, les appâts insecticides sont couramment utilisés en remplacement des pulvérisations traditionnelles.

Cependant, les appâts sont spécifiquement conçus pour un certain type de parasites comme les fourmis ou les cafards. Aucun appât n'est utilisé pour les insectes se nourrissant de sang comme les punaises de lits.

Traitements évolutifs

Au milieu des années 90, les pratiques de lutte antiparasitaire ont connu un changement radical. Les traitements qui étaient habituellement prévus pour les plinthes des chambres d'hôtes, des hôtels et des appartements ont été remplacés. Le remplacement a consisté en une application ciblée d'appâts pour d'autres parasites tels que ceux utilisés pour lutter contre les cafards et les fourmis.

En raison de l'absence d'application résiduelle de pesticides, les insectes voyageaient librement et en toute sécurité depuis les bagages des individus, puis jusqu'au lit, et l'infestation pouvait alors commencer. Il est extrêmement probable que des facteurs comme ceux-ci ont joué un rôle majeur dans leur rétablissement aux États-Unis.

Manque de sensibilisation de la communauté

Le manque de sensibilisation de la communauté facilite leur transfert d'un endroit à l'autre.
Les gens doivent être plus diligents et inspecter régulièrement leurs objets pendant le voyage. Ils devraient également prendre le temps d'inspecter tous les endroits où ils résident lorsqu'ils sont loin de chez eux pour y déceler des indices d'infestation par des insectes.

Les personnes doivent également inspecter tous les articles d'occasion qu'ils envisagent d'acheter ou, à tout le moins, avant de les apporter chez eux.

Punaises de lit : Ce vieux meuble d'occasion n'est pas vraiment une affaire
Punaises de lit : Ce vieux meuble d'occasion n'est pas vraiment une affaire

Augmentation de l'utilisation de marchandises d'occasion

Le bon plan ou la bonne affaire font fureur de nos jours. Les friperies, les marchés aux puces, les magasins d'antiquités et les ventes de voitures d'occasion sont aujourd'hui plus populaires que jamais.
Malheureusement, tous ces magasins et marchés de marchandises d'occasion augmentent le risque de devenir infesté. En outre, beaucoup de gens n'hésitent pas à récupérer le fauteuil inclinable qui se trouve sur le bord de la route. Cette pratique augmente également votre risque d'être infesté.

Façons courantes dont l'infestation se produit dans les foyers

Les insectes sont introduits sur des objets infestés, comme les vêtements ou les meubles. Les œufs et les insectes pénètrent dans les maisons qui ont fait du stop avec des animaux de compagnie ou des bagages.

Les punaises de lits sont transportées par des animaux sauvages comme les oiseaux ou les chauves-souris qui entrent dans la maison.

Les habitations qui se trouvent à proximité et dont les voies d'accès passent par des faux plafonds ou des conduits d'aération. Les visiteurs provenant d'une source d'infestation ; ces insectes sont comme des cafards et sont transférés d'un endroit à l'autre sur les bagages, les vêtements ou le corps d'un individu.

Pratiques d'accouplement

Les punaises de lits sont des reproducteurs prolifiques. Malgré le fait que les femelles possèdent un appareil reproducteur, le mâle n'utilise pas cet appareil lors de l'accouplement. Au lieu de cela, le mâle perce l'abdomen de la femelle avec des organes génitaux hypodermiques et éjacule ensuite dans la cavité corporelle de la femelle.

Les nymphes et les mâles sécrètent des hormones. Ces hormones étiquettent ces insectes comme étant sexuellement inaptes. Cela est nécessaire pour éviter les blessures. La femelle fécondée évite les grappes des autres insectes pour éviter toute autre blessure. En général, la femelle fécondée part pour tenter de trouver un endroit plus sûr pour pondre ses œufs.

Malgré les hormones sécrétées par les nymphes et les mâles, il arrive qu'un mâle tente de s'accoupler avec un autre mâle et lui perce l'abdomen. Ce genre de comportement se produit parce que l'attraction sexuelle est principalement basée sur la taille, et non sur l'hormone. Cela signifie qu'un mâle montera n'importe quel insecte qui s'est récemment nourri, quel que soit le sexe de cet insecte.

Cycle de vie d'une punaise de lit

Les différentes étapes de la vie d'une punaise de lit de l'état d'œuf, en passant par 5 étapes de nymphes, puis à l'état adulte ; Voici une petite infographie explicative :

Comment évolue une punaise de lit tout au long de sa vie ?

Alarmes internes

Il y a une phéromone émise qui est considérée comme une alarme. Cette phéromone est libérée chaque fois qu'une punaise de lit est dérangée, par exemple lors d'une attaque de prédateur.

Dans une étude réalisée en 2009, les mâles ont démontré l'utilisation de leur phéromone d'alarme pour repousser tout autre mâle qui tenterait de s'accoupler accidentellement avec eux.

Si on leur en donne l'occasion, C. hemipterus et C. lectularius s'accoupleront entre eux. Cependant, les oeufs produits sont généralement stériles. Dans une étude réalisée en 1988, 1 œuf fertile sur 479 a donné naissance à un hybride, connu sous le nom de C. hemipterus x lectularius.

À quoi ressemble un hybride ?

Ces insectes suceurs de sang possèdent des pièces buccales qui sont adaptées pour percer puis sucer le sang. La lèvre inférieure, appelée labium, est modifiée et forme une "gaine cannelée" qui reçoit deux séries de soies comme des stylets. Ces stylets sont les maxillaires et les mandibules modifiés.

Certaines personnes pensent qu'elles sont (les électuaries Cimex) trop petites et ne peuvent pas être vues à l'œil nu très facilement. C'est faux, car la punaise adulte a à peu près la taille d'un pépin de pomme. Cependant, après s'être nourrie, elle pourrait atteindre jusqu'à trois fois sa taille habituelle. Elle prend également une couleur brun-rougeâtre après s'être nourrie.

radiographie de punaise de lit
radiographie de punaise de lit (cimex lectularius).

Les punaises de lit sont plates, de forme ovale, dont les couleurs vont de la couleur de la paille au brun acajou. Les nymphes elles sont presque translucides.

Partie supérieure du corps

Le haut du corps ressemble à du papier froissé et est recouvert de courts poils dorés. Les punaises de lit sont essentiellement dépourvues d'ailes ; les ailes avant sont symbolisées par de minuscules écailles vestigiales. Leurs ailes postérieures sont absentes. On peut facilement voir leurs antennes.

Leurs premiers segments semblent en angle. Les poils microscopiques de leur abdomen leur donnent l'apparence de bandes ou de rayures. Ils ont des yeux composés. Ces yeux sont facilement visibles.

Leurs yeux sont composés de 30 facettes et ressemblent à des cônes.

Les mâles se distinguent facilement des femelles car l'extrémité de leur abdomen se termine par un segment pointu en forme de lambeau. L'extrémité de l'abdomen des femelles est arrondie.

Caractéristiques supplémentaires

Leurs pattes sont très bien développées. Cela leur permet de ramper facilement sur les surfaces verticales de plâtre, de bois et de papier. Elles peuvent grimper sur des vitres sales, mais avec difficulté.

Elles sont parfois confondues avec d'autres insectes, notamment les anthrènes des tapis et les cloportes, ou vice-versa. Malheureusement, les poisons pesticides actuellement enregistrés n'affectent pas cette espèce.

Combien y a-t-il d'espèces de punaises de lits ?

Il y a 92 espèces reconnues et leurs parents dans le monde.

Ces insectes appartiennent à l'ordre des hémiptères qui comprend une variété de formes différentes, dont les scorpions et les pucerons.

La majorité de l'ordre des hémiptères se nourrit en fait de la sève des plantes. En fait, beaucoup de ces espèces sont porteuses de maladies végétales très importantes.

Il existe quelques espèces de la famille des cimicidés et des familles apparentées qui se nourrissent du sang des mammifères et des oiseaux.

Les différentes espèces

  • Cimex lectularius est le type le plus courant. Cette espèce s'est très bien adaptée aux environnements humains et vit sous différents climats dans le monde entier.
  • Cimex hemipterus est une autre espèce et se trouve dans les régions tropicales du monde. Aux États-Unis, elle se trouve principalement en Floride. Cet insecte infeste et se nourrit de volailles, de chauves-souris et de personnes.
  • Le Leptocimex boueti se trouve dans les régions tropicales d'Amérique du Sud et d'Afrique de l'Ouest. Cette espèce infeste les humains et les chauves-souris et s'en nourrit.
  • Le Cimex pipistrella, le Cimex adjunctas et le Cimex pilosellus sont connus sous le nom d'insectes chauves-souris. Ces insectes infestent et se nourrissent principalement du sang de chauves-souris.
  • La punaise hématosiphon inodora est présente en Amérique du Nord. Elle infeste principalement les volailles.
  • Oeciaus vicaruis est la punaise des hirondelles et Cimexopsis nycatalis, la punaise des martinets

Informations cliniques

Ces insectes sont des suceurs de sang (hématophages). La plupart des espèces ne se nourrissent de l'homme que lorsqu'il n'y a pas d'autre proie disponible.

Les cimicidés sont de minuscules insectes parasites. Cimex lectularius est l'espèce la plus commune et désigne généralement l'espèce dont la nourriture préférée est le sang humain. Tous les insectes de cette famille survivent en se nourrissant entièrement du sang des mammifères et des oiseaux.

Le dioxyde de carbone, la chaleur et certains produits chimiques les attirent vers leurs hôtes.
Leur nom est dérivé de leur habitat préféré. Ils préfèrent habiter dans les maisons, en particulier dans les lits ou tout autre endroit où une personne dort. Bien qu'ils soient généralement plus actifs pendant la nuit, ils ne sont pas considérés comme strictement nocturnes.

Où vivent les punaises de lits

Souvent, elle vivent dans la literie ou dans des nids d'oiseaux. Cela permet d'accéder facilement à l'hôte dont elles se nourrissent. Elle se nourrit généralement de l'hôte endormi environ une heure avant l'aube.

On leur a donné divers autres noms, notamment pou de lit, platane d'acajou, pou mural, flet de tapisserie, fouineur cramoisi, manteau rouge, cavalier de nuit, dragon lourd et chinche.

Caractéristiques de survie

Leur durée de vie fluctue et dépend de l'espèce d'insecte et de la capacité de l'insecte à se nourrir.
Les punaises de lit communiquent à l'aide de phéromones et de produits chimiques. Elles communiquent en ce qui concerne la reproduction, les lieux de nidification et l'alimentation.

Les punaises de lit ont la capacité de survivre dans une large gamme de compositions atmosphériques et de températures. À des températures inférieures à 16,1°C, l'adulte entre dans un état de semi-hibernation qui l'aide à survivre plus longtemps dans les températures plus froides.

Elles sont capables de survivre au moins cinq jours à une température aussi basse que -10°C (14°F). Cependant, elles meurent après seulement quinze minutes d'exposition à -32°C.

Elles font preuve d'une grande tolérance à la dessiccation en survivant dans un milieu peu humide et à une température comprise entre 35°C et 40°C, même en perdant un tiers de leur poids corporel. Les premiers stades de leur vie sont beaucoup plus susceptibles de se dessécher que les derniers.

Résistance des punaises de lit

C. lectularius a un point de mort thermique élevé de 45°C (113°F). Tous les stades de la vie sont tués sept minutes après avoir été soumis à une température de 46°C.

Ces insectes ne peuvent pas survivre longtemps dans des zones à forte concentration de dioxyde de carbone. Cependant, l'exposition à une atmosphère composée d'azote presque pur a montré très peu d'effets, même après 3 jours dans cet environnement.

Même si elle peut survivre une année entière sans repas sanguin, elle se nourrit généralement tous les 5 à 10 jours. Par temps froid, elles peuvent survivre une année sans se nourrir. Aux températures les plus favorables à l'alimentation et à l'activité, elles vivront environ cinq mois.

En 2009, lors de la 57e réunion annuelle de la Société entomologique d'Amérique, il a été noté que les nouvelles générations de ces insectes résistants aux pesticides en Virginie n'ont survécu que 2 mois sans pouvoir se nourrir.

Ce qui affecte les punaises de lits

Nous savons que ces insectes peuvent être infectés par pas moins de 28 agents pathogènes humains ; aucune étude n'a montré que l'insecte a la capacité de transmettre l'un de ces agents pathogènes à un être humain.

Il est intéressant de noter que les repas de sang humain récupérés sur des insectes dans les 90 jours contiennent encore de l'ADN humain. Cela permet de tester l'ADN sur le plan médico-légal.

Cela permet d'identifier les hôtes dont les insectes se sont nourris.

Ces insectes se débarrassent de leur enveloppe extérieure après la mue. Ces coquilles sont des exosquelettes clairs et vides qui ressemblent aux insectes eux-mêmes. Un insecte doit muer six fois avant de devenir un adulte fertile.

Plusieurs entreprises ont commencé à expérimenter la chromatographie en phase gazeuse à grande vitesse pour détecter ces insectes et d'autres parasites.

Comment les punaises de lit sucent-elles notre sang

punaise de lit en train de sucer le sang d'un hote photo
Celle-ci visiblement, non content de sucer le sang, en profite pour déféquer en même temp !

Cet insecte utilise une sorte de stylet pour percer la peau de l'hôte. Il s'agit d'une unité composée des mandibules et des maxillaires, qui se sont modifiés en formes allongées à partir d'un stylet plus basique et ancestral resemblant à une paille pour siroter. Les stylets des maxillaires gauche et droit sont reliés au niveau de la ligne médiane.

Il y a une section au centre qui forme un petit canal salivaire et un grand canal alimentaire.

L'ensemble du faisceau mandibulaire et maxillaire pénètre dans la peau de l'hôte. Les extrémités des stylets maxillaires gauche et droit ne sont pas identiques. La gauche est droite tandis que la droite est courbée et ressemble à un crochet.

Les stylets mandibulaires gauche et droit longent les côtés extérieurs des stylets maxillaires et n'atteignent pas la pointe des stylets maxillaires, qui sont fusionnés.

Les stylets sont maintenus dans une rainure à l'intérieur du labium. Au cours du processus d'alimentation, les stylets sont libérés de cette rainure, qui est jointe, puis se plie ou se penche pour libérer les stylets.

Les punaises de lits ont-elles des dents

Il y a de petites dents dans le stylet mandibulaire. Ces dents se déplacent alternativement d'avant en arrière, ce qui permet à l'insecte de couper le tissu et de créer un chemin permettant au faisceau maxillaire d'atteindre le vaisseau de taille appropriée pour obtenir du sang.

Il reviendra au même capillaire de façon répétée, ce qui explique les multiples piqûres rapprochées.

Une fois que l'insecte a fini de se nourrir, il retire le faisceau du stylet et le rétracte dans la rainure du labium. Il repliera ensuite l'ensemble sous la tête, puis retournera dans sa cachette sombre et sûre. Il faut 5 à 10 minutes pour que l'insecte s'engouffre complètement dans le sang.

Dangers pour la santé

Plusieurs effets négatifs sur la santé peuvent survenir après une morsure de punaise de lit. Il s'agit notamment de problèmes psychologiques, d'éruptions cutanées et de symptômes d'allergie.

Les cimicoses ou les morsures entraînent parfois diverses manifestations cutanées. Certaines formes présentent des cloques proéminentes tandis que d'autres n'ont aucun effet visible.

Pour diagnostiquer positivement le patient souffrant de cette éruption spécifique de piqûre d'insecte, il faut localiser les insectes et prouver l'existence de symptômes compatibles avec cette éruption.

Problèmes physiques et psychologiques

Les problèmes psychologiques sont causés par ces insectes suceurs de sang car le patient peut hésiter à dormir. Le patient peut également avoir la sensation que des insectes rampent sur lui lorsqu'il essaie de dormir.

Les piqûres produisent généralement un gonflement autour de la piqûre, semblable à celui d'une piqûre de moustique. Ces piqûres peuvent être distinguées de celles des moustiques parce qu'elles ont un point rouge au centre qui est similaire à une piqûre de puces.

Les piqûres peuvent prendre plus d'une semaine pour apparaître et se font généralement par groupes de trois. Ces piqûres seront espacées d'environ 6 mm. Il est étonnant de constater qu'environ la moitié des personnes qui sont mordues ne présentent aucun signe de morsure, elles peuvent plutôt souffrir de nausées, d'anxiété ou d'insomnie.

Indications d'infestation

Ces insectes n'indiquent pas une résidence ou un établissement désordonné ou malpropre. On les trouve dans certains des environnements les plus propres. On les trouve souvent dans la literie, les draps, dans les fissures des murs, dans les meubles en bois et derrière les papiers peints défaits, les douilles des ampoules.

Comme ces insectes sont généralement quelque peu nocturnes et insaisissables, ils sont difficiles à trouver. On les trouve généralement dans des crevasses sombres et peu visibles. Les œufs peuvent être bien nichés et fixés avec une substance collante dans les coutures des tissus.

Les punaises de lit peuvent être trouvées seules à l'occasion, mais elles se rassemblent généralement une fois qu'elles se sont établies.

Si l'insecte lui-même n'a pas été vu, il y a quelques signes révélateurs d'une infestation. Ces signes comprennent les peaux en mue, les taches de sang et les minuscules taches d'excréments.

Signes de piqûre

Le signe le plus visible est la morsure qu'un individu reçoit la nuit pendant son sommeil. Ces morsures peuvent se trouver n'importe où sur le corps, mais elles ont tendance à se nourrir sur les zones exposées de l'hôte.

Par conséquent, ces morsures se trouvent généralement sur le visage, le cou, les bras et les jambes. Ces piqûres se font en ligne.

Un détecteur plutôt unique

Les punaises de lits peuvent également être détectées par l'odeur. Elles sécrètent des odeurs ayant les caractéristiques des framboises trop mûres, des amandes ou des herbes comme la coriandre.

Tout comme les chiens sont entraînés à détecter les substances illégales par l'odorat, Des chiens ont été formés pour la détection des infestations ! Selon des tests effectués par des chercheurs dans des conditions contrôlées, le taux de précision des chiens des sociétés de lutte contre les parasites est peut-être de 97,5%.

Comme il s'agissait d'un test effectué dans un cadre contrôlé, ces tests ne reflètent pas nécessairement les taux de réussite dans le monde réel. Cela est dû aux nombreuses autres variables possibles sur le terrain.

Alors qu'un praticien de la lutte antiparasitaire peut avoir besoin d'une heure pour localiser les zones d'infestation, les chiens peuvent généralement détecter les zones infestées par les punaises de lit en quelques minutes seulement.

Prédateurs naturels

Les cafards, les araignées, en particulier le Thanatus flavidus, les mille-pattes, les fourmis, les acariens et le chasseur masqué.

Le venin du pharaon fourmis-Monomorium pharaonis est mortel. On pense que la lutte biologique contre les parasites pour les éliminer des habitations n'est pas si pratique.

Comment sont traitées les infestations

L'une des principales raisons pour lesquelles ces insectes avaient presque disparu était l'utilisation de pesticides puissants. Ces pesticides, dont le DDT, ont été utilisés dans les années 60 et au début des années 70 dans une grande partie du monde pour traiter les infestations d'insectes.

Lorsque les pays ont commencé à prendre conscience des dangers associés à ces pesticides dangereux, ils ont commencé à les interdire. À cette époque, il n'était pas clair que l'utilisation de ces pesticides réduisait les infestations de ces parasites.

Pour éradiquer ces insectes, il est souvent nécessaire d'utiliser une combinaison d'approches non pesticides et pesticides. Les pesticides qui se sont avérés efficaces pour leur éradication sont notamment le dichlorvos, les pyréthroïdes et le malathion.

Résistance aux pesticides

La résistance aux pesticides a beaucoup augmenté au fil du temps. Les effets négatifs possibles de leur utilisation sur la santé suscitent de nombreuses inquiétudes. Au lieu d'utiliser des pesticides, il est recommandé de recourir à des méthodes mécaniques telles que le traitement thermique ou l'aspiration des insectes. De nombreuses personnes ont choisi d'envelopper leur matelas et leurs sommiers pour les protéger.

Le propoxur est un insecticide à base de carbamate qui est extrêmement toxique pour ces insectes. L'Agence de protection de l'environnement des États-Unis est réticente à approuver l'utilisation de cet insecticide en intérieur. Si les enfants sont exposés de façon chronique à ce produit chimique, il pourrait être toxique pour eux.

Cependant, cela ne signifie pas qu'un pesticide agressif soit nécessaire pour l'éradication.

Aujourd'hui, il existe plusieurs pesticides plus respectueux de l'environnement et plus sûrs à utiliser.
Ces pesticides peuvent également les tuer facilement. Ils peuvent généralement être éliminés en passant l'aspirateur sur les tapis, en nettoyant les meubles et les matelas à la vapeur et en lavant fréquemment le linge de lit à l'eau chaude et au Borax.

Méthodes traditionnelles qui ont été utilisées pour repousser et/ou tuer les punaises de lits

Parmi les méthodes traditionnelles pour repousser et/ou tuer ces insectes, on trouve l'utilisation de champignons, d'insectes, de plantes ou de leurs extraits, tels que l'actée à grappes noires, le poivre noir, l'huile d'Eucalyptus saligna, l'huile infusée de Melolontha vulgaris, le henné, les Actaea, l'agaric moucheté, la térébenthine véritable, le tabac, le géranium Robert, la menthe sauvage, le laurier, l'herbe à poivre à feuilles étroites, l'aconit, les graines et l'herbe de Cannabis, et ce ne sont que quelques exemples.

La fumée d'un feu de tourbe était recommandée au XIXe siècle.

Pendant des siècles, les poussières ont été utilisées pour éloigner divers insectes des zones de stockage des céréales. Ces poussières comprennent la chaux, les cendres végétales et la dolomie, certains types de terre ainsi que la terre de diatomées ou Kieselguhr.

Parmi ces poudres, la terre de diatomées (en particulier) a été relancée comme pesticide résiduel non toxique. Sous forme amorphe, cette poussière est non toxique et est utilisée pour la réduction.

Les insectes qui sont exposés à cette poussière peuvent mettre quelques jours à mourir.

Techniques européennes du 19e siècle

Au XIXe siècle, une autre façon de se protéger contre ces insectes a été utilisée en France et au Royaume-Uni. L'individu plaçait des panneaux de vannerie autour de son lit, puis les secouait le lendemain matin.

Dans les Balkans et en Rhodésie du Sud, les feuilles des plantes qui avaient des poils crochus microscopiques étaient dispersées autour du lit avant de se coucher. Ces feuilles étaient balayées le matin et ensuite brûlées.

Avant le milieu du 20e siècle, ces insectes étaient extrêmement communs. Dans un rapport du ministère britannique de la santé, il a été déclaré qu'en 1933, il y avait de nombreuses zones dans tout le Royaume-Uni où TOUS les foyers étaient infestés d'une manière ou d'une autre.

Le problème était très grave pendant la Seconde Guerre mondiale. Un commentaire du général MacArthur déclarait que les insectes étaient "le plus grand problème d'insectes nuisibles... dans les bases aux États-Unis".

Changement d'habitude

Il est possible qu'en raison de certains des insecticides que nous utilisons aujourd'hui, les punaises de lit semblent être en mouvement. elles ont tendance à se déplacer d'une pièce à l'autre et deviennent même plus actives pendant la journée.

Les gens ne les reconnaissent généralement pas, ni les premiers signes d'une infestation. Jusqu'à récemment, la majorité des personnes de moins de 50 ans n'en avaient jamais vu.

Il n'y a plus d'insecticides de type "Magic Bullet" comme le DDT

Le DDT a disparu depuis un certain temps, tout comme les autres insecticides qui étaient des hydrocarbures chlorés. Nos insecticides modernes semblent être inefficaces. Nous sommes maintenant confrontés à des insectes qui ont un certain niveau de résistance aux insecticides.

Résistance aux pesticides

Les punaises de lit ont développé une résistance à de nombreux pesticides, dont les organophosphates et le DDT.
Certaines populations sont devenues résistantes aux insecticides pyéthroïdes. Bien que le pyethroïde soit souvent inefficace, leur résistance à cet insecticide permet d'étudier d'autres produits chimiques qui agissent de manière différente.

Grâce à une exploration continue, la gestion des produits chimiques peut éventuellement continuer à participer à la résolution des infestations. L'utilisation du pyrrole synthétique et de l'insecticide pyréthroïde, le chlorfénapyr, suscite un intérêt croissant. Parfois, des régulateurs de croissance des insectes comme l'hydroprène (Gentrol) sont utilisés.

Les populations de l'Arkansas sont devenues très résistantes au DDT. En fait, des études menées en Afrique ont montré qu'elles sont devenues plus actives.

Escalade de la résistance aux pesticides

Les insectes résistants aux pesticides semblent se multiplier de façon spectaculaire. Les populations qui ont été échantillonnées à travers les États-Unis ont montré une tolérance aux pyréthrinoïdes supérieure à celle des insectes de laboratoire.

Les insectes de New York présentent une résistance à la deltaméthrine 264 fois supérieure à celle des insectes de Floride en raison de leurs mutations et de leur évolution.

Un marqueur d'ADN mitochondrial a été utilisé dans une étude de génétique des populations d'insectes aux États-Unis, en Australie et au Canada. Cette étude a révélé des niveaux élevés de variation génétique de ces insectes.

Cela semble indiquer que leurs populations n'ont pas subi de goulot d'étranglement génétique comme on pouvait s'y attendre dans le cadre de la lutte contre les insecticides dans les années 40 et 50.

Au contraire, elle suggère que les populations ont pu se maintenir en se nourrissant d'autres hôtes comme les chauves-souris et les oiseaux.

Contrairement aux variations génétiques observées avec le marqueur d'ADN mitochondrial, il n'y a pas eu de variation du marqueur d'ARN nucléaire. Cela suggère qu'ils ont augmenté le flux de gènes des populations précédemment isolées.

L'absence de barrières concernant le flux de gènes indique que la propagation de la résistance aux insecticides pourrait être rapide.

Les punaises de lit et le Royaume-Uni

Les infestations de ces insectes ont été un problème au Royaume-Uni pendant des siècles, mais le problème s'est définitivement aggravé ces dernières années. Leur problème semble se produire par cycles. Au début du XXe siècle, on estime qu'environ quatre millions de personnes vivant à Londres se faisaient piquer régulièrement.

Certains pays ont connu des problèmes encore plus graves, environ 33 % des maisons situées à Stockholm ayant été infestées pendant cette période.

Un retour en force

Tout comme en Amérique du Nord, le problème d'infestation du Royaume-Uni a commencé à diminuer considérablement dans les années 50 et 60. On pense que cette diminution de l'infestation est en partie due au fait que les insecticides nouvellement développés sont de plus en plus disponibles.
Le problème est revenu, selon certaines entreprises britanniques de lutte antiparasitaire. Une société estime que la quantité de ces insectes a augmenté de 40 %.

Cependant, ce pourcentage n'est peut-être pas très précis car les experts estiment que de nombreuses infestations britanniques ne sont pas signalées. Il est compréhensible qu'une multitude de personnes aient honte lorsqu'elles découvrent que leur maison est infestée. Ces personnes décident d'essayer d'éradiquer le problème par elles-mêmes, au lieu de le signaler.

Quelle est la cause de l'augmentation des infestations au Royaume-Uni ?

Là encore, l'augmentation des voyages à l'étranger et le fait que des personnes rapportent les insectes à leur insu sont considérés comme l'une des principales raisons de l'augmentation des infestations. Après avoir accueilli les Jeux olympiques de Sydney en 2000, l'infestation dans le pays a été énorme, avec des estimations selon lesquelles environ 95 % des hôtels situés à Sydney ont été touchés.

Certains experts pensent que l'affaiblissement de l'économie britannique est également l'une des raisons de l'augmentation de leur population. En effet, de plus en plus de personnes se déplacent entre les villes pour chercher du travail et séjournent souvent dans des hôtels.

On pense que ces personnes portent peut-être par inadvertance les insectes dans leurs bagages et sur leurs vêtements.
On les trouve non seulement dans les hôtels, les motels et les auberges du Royaume-Uni, mais aussi, en général, dans les aéroports, les autres véhicules de transport et les gares. Les grandes villes qui ont une population plus transitoire ont tendance à avoir des infestations plus importantes.

Vêtements et autres articles d'occasion

Un autre problème est l'augmentation du nombre de personnes qui achètent des vêtements, des meubles et de la literie d'occasion. On les trouve souvent dans les vieilles literies, les draps, les matelas et les vêtements.
Les sociétés de lutte contre les parasites n'identifient pas toujours les villes ou villages qui sont infestés. En effet, les conseils municipaux ne veulent pas que le public sache qu'il pourrait y avoir un problème dans leur région.

Comment le Royaume-Uni fait-il face à la résurgence ?

Les sociétés de lutte contre les parasites au Royaume-Uni ont tenté d'atténuer leur problème d'insectes en essayant de les détruire avec un nouveau produit chimique. Leur stratégie est assez efficace, mais les insectes finiront par développer à nouveau une immunité contre le produit chimique.
La réalité est que tous les produits chimiques expérimentaux ou nouveaux qui sont utilisés aujourd'hui finiront par être inutiles dans la bataille. Dès lors, la recherche d'un autre nouveau produit chimique pour aider à éradiquer ces insectes commencera.

Poursuite judiciaire contre un hôtel de Londres

Malgré les efforts déployés pour s'en débarrasser, de nombreux grands hôtels sont encore infestés par ces petits parasites. En fait, en 2007, un incident concernant une infestation s'est produit dans l'un des grands hôtels du Royaume-Uni.

Cet hôtel luxueux et haut de gamme était le Mandarin Oriental situé à Londres. Un avocat très en vue et sa femme ont poursuivi le Mandarin Oriental en justice pour plusieurs MILLIONS de dollars.

Lors de leur séjour à l'hôtel pendant cinq jours au total en 2006, ils ont subi des centaines de morsures. Le couple a également déclaré que les insectes s'étaient glissés dans leurs vêtements et leurs bagages, étaient rentrés aux États-Unis avec eux, puis avaient infesté leur appartement de New York.

Résultat de l'affaire

Cette affaire a ouvert la voie à plusieurs autres procès. Ces affaires ont eu lieu à l'étranger ainsi qu'au Royaume-Uni. Il est difficile de déterminer combien de cas se sont produits car les hôtels n'apprécient pas la publicité négative qui est associée à une infestation.

Si ces insectes sont rencontrés dans un hôtel ou un logement qui a été loué, il est important d'en informer immédiatement quelqu'un afin qu'ils puissent être exterminés.

Les punaises de lit et l'économie

Non seulement leurs piqûres sont inconfortables et parfois coûteuses à éliminer en cas d'infection cutanée secondaire, mais une infestation a d'autres conséquences.

Des auberges et des hôtels ont été poursuivis en justice par des clients ayant subi des morsures et/ou des éruptions cutanées pendant leur séjour dans l'établissement. Toutefois, les établissements règlent généralement à l'amiable avec les clients précédents, en essayant d'éviter la publicité négative.

Augmentations des tarifs des hôtels

La menace d'éventuelles poursuites judiciaires a conduit à des augmentations de tarifs dans certains hôtels. Les recettes supplémentaires sont utilisées pour mettre en place un plan d'extermination très complet. Certaines auberges ont eu recours à des mesures plus drastiques.

Elles ont pour politique que tous les clients DOIVENT prendre une douche avant d'entrer dans leur chambre.

Tout d'abord, nous devons faire face au coût élevé du carburant et certaines petites compagnies aériennes ont été contraintes d'augmenter leurs tarifs pour engager un service de nettoyage plus approfondi. Ce service de nettoyage est nécessaire pour éliminer les insectes qui tentent de se "ranger" dans les soutes à bagages et les sièges de l'avion.

L'Union européenne

L'Europe est une autre région qui a commencé à connaître une augmentation notable des infestations, malgré ses efforts pour les réduire ou les contrôler. Dans certaines parties de l'Europe, les infestations ont presque doublé chaque année qui passe.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Aucun vote pour le moment, soyez le 1er à voter !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Dites-nous comment nous pourrions l'enrichir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.