Traiter les Fissures Anales Naturellement

Par : | 7 Commentaires | Le : 11/02/2014

2014-02-11 Remèdes de Grand-Mère

Les fissures anales sont de petites crevasses « mal placées » à l’extrémité du rectum. Elles peuvent apparaître en même temps que les hémorroïdes mais pas forcément. Elles sont souvent liées à des troubles du transit intestinal comme la constipation ou les diarrhées fréquentes.

Les fissures anales sont de petites lésions qui affectent la muqueuse de l’orifice anal. Elles causent beaucoup d’inconfort et de douleur ; elles saignent souvent, surtout lors de l’évacuation des selles dures. Un signe typique des fissures anales est la présence de sang présent sur le papier hygiénique.


La constipation, la diarrhée et une mauvaise hygiène personnelle sont les principales causes des fissures anales. La présence de rhagades (Gerçure ou plaie linéaire qui se forme à l’origine des membranes muqueuses) dans la partie la plus interne de l’anus peut provoquer des spasmes involontaires qui réduisent le flux sanguin et provoquent une chronicisation (condition chronique).

Il important de préciser que les rhagades ne sont PAS des hémorroïdes et qu’elles nécessitent un traitement pharmacologique partiellement différent (vasodilatateur et non vasoconstricteur).

Le matériel informatif publié ci-dessous est destiné à fournir un accès rapide aux conseils généraux, suggestions et remèdes que les médecins et les manuels fournissent habituellement pour le traitement des fissures anales ; de telles indications ne devraient en aucun cas remplacer les conseils du médecin traitant ou des autres spécialistes de la santé dans le domaine.

 

Les rhagades analytiques sont un malaise répandu, mais généralement soluble. Les remèdes que nous allons énumérer ne deviennent nécessaires que lorsque l’inconfort ne disparaît pas spontanément en quelques jours. S’il y a lieu, traiter l’infection.


  • Éviter la constipation : les conseils pour prévenir et guérir la constipation sont principalement de nature nutritionnelle et comportementale.
  • Éviter la diarrhée : Les recommandations pour prévenir / traiter la diarrhée sont aussi essentiellement nutritionnelles et comportementales.
  • Des bains chauds et des pommades anesthésiques plusieurs fois par jour (y compris des remèdes naturels) sont utilisés pour réduire la douleur et détendre les muscles du sphincter anal interne.
  • Réduire le stress et la peur de l’évacuation : les remèdes sont pharmacologiques (anxiolytiques) et comportementaux (entraînement mental, relaxation profonde, etc.). Dans certains cas, une peur excessive conduit le sujet à reporter la défécation et aggrave la constipation.
  • Utilisation de dilatateurs anaux : sur avis médical, ils peuvent favoriser la cicatrisation.
  • Chirurgie proctologique : elle n’est un remède nécessaire que dans les cas les plus graves.

Ce qu’il ne faut PAS faire

  • Ignorez toute infection.
  • Négliger la constipation et ne pas consacrer le bon moment à la phase de défécation. Si vous essayez trop fort, il est presque certain que les filles se relèveront ou s’aggraveront.
  • Exagérer avec les laxatifs et provoquer la diarrhée.
  • Négliger la diarrhée chronique (p. ex. syndrome du côlon irritable).
  • Prévenir l’hygiène personnelle et/ou utiliser des détergents très agressifs qui irritent la muqueuse de l’anus.
  • Reporter les évacuations par peur de la douleur ; le prochain épisode deviendra certainement plus aigu.

Quelle alimentation en cas de fissures annales ?

Comme nous l’avons mentionné, les fissures anales ont une étiologie étroitement liée à l’alimentation. Cependant, la thérapie alimentaire peut varier d’un cas à l’autre. Si les rhagades anales sont causées par la constipation ou la diarrhée, les corrections nutritionnelles peuvent être différentes.

Régulariser l’intestin est toujours utile

  • Prendre des compléments à base de probiotiques et/ou d’aliments fermentés : parmi les aliments les plus adaptés, on distingue les aliments fonctionnels (comme les boissons ajoutées) et tous les autres naturellement riches en bactéries physiologiques (yaourt, babeurre, tofu, tempeh, kéfir…).
  • Prendre des suppléments de fibres solubles : inuline, glucomannanes, etc. Il est important qu’il s’agisse de suppléments sans fibres insolubles et sans laxatifs osmotiques.

En cas de constipation

  • Augmenter la part des fibres alimentaires jusqu’à 30 g/jour et au-delà ; elles sont principalement contenues dans les légumes, les fruits, les céréales complètes et les légumineuses.
  • Buvez de l’eau pour au moins 1ml/kcal d’énergie dans l’alimentation : en moyenne, environ 1,8-2,0 litres par jour.
  • S’assurer d’un pourcentage de 25 à 30 % de matières grasses dans l’alimentation : avoir un effet lubrifiant. Les huiles végétales riches en molécules anti-inflammatoires telles que les oméga 3, la vitamine E et les polyphénols (huile de lin, de kiwi, de pépins de raisin et de noix) sont à privilégier, tout comme l’huile d’olive vierge extra.

En cas de diarrhée

Il peut être utile de suivre un régime pauvre en résidus, surtout en ce qui concerne le pourcentage de fibres insolubles. Au contraire, les solubles ont une fonction gélifiante qui aide parfois à améliorer la consistance. Pour plus d’informations : Régime alimentaire contre la diarrhée (article à venir)

Ce qu’il ne faut PAS manger

  • En cas de maladie cœliaque, éviter le gluten (contenu dans le blé, l’épeautre, l’épeautre, le seigle, l’avoine et le sorgho).
  • En cas d’intolérance au lactose, éviter le lait et les produits laitiers.
  • Évitez l’alcool : il a tendance à irriter l’intestin et à déshydrater le corps. Dans le premier cas, la diarrhée s’aggrave et dans le second, la constipation.
  • En pourcentage des fibres totales, réduire la part des fibres insolubles : principalement contenues dans le son, la peau des légumineuses, etc.
  • Évitez les molécules irritantes (poivre, piment, etc.) et les nerfs (café, cacao, etc.).
  • En cas de diarrhée, éviter les aliments laxatifs : kiwi, bière, miel, bouillon, lait chaud, pêches, réglisse, tamarin, casse etc.
  • En cas de constipation, éviter les aliments astringents : banane, citron, nèfle, thé, myrtille, etc.

Cures et remèdes naturels pour les fissures anales

Laxatifs et émollients à usage oral

  • Rendre les selles molles, lisses, réduire la dilatation et l’irritation / saignement : graines de lin, psyllium et inuline.
  • Cicatrisants naturels : La mauve, le plantain et l’althéa, toujours à usage oral, sont aussi des laxatifs qui agissent également comme anti-inflammatoires et cicatrisants.
  • Consoude, Gel d’Aloe Vera, Achillée millefeuille et huiles essentielles (lavande, cyprès, sauge, millepertuis, thym, herbe du tigre et géranium) : utilisées en décoction, en crème ou en solution chaude (pour usage externe), elles ont un effet anti-inflammatoire, cicatrisant, antimicrobien, imuno-stimulant et anesthésiant.

à lire ici : Faire son huile cicatrisante au millepertuis

Bain se siège contre les fissures anales

  • Versez 2 poignées de racine de bistorte dans 1 litre d’eau, amenez à ébullition et faites bouillir pendant 15 minutes. Filtrez
  • versez le résultat dans une bassine et utilisez en bain de siège froid, 15 minutes, 2 fois par jour.

Lavement anti fissures anales

  • Coupez 1 coing en tranche et jetez le tout dans 1 litre d’eau, faites bouillir jusqu’à réduction du liquide de 1/3.
  • Passez avec expression au travers d’un linge très fin.
  • Faites un lavement avec 1/4 de litre à 25° C environ, 2 fois par jour.

Cataplasme apaisant pour fissures anales

  • Ecrasez des feuilles fraîches de plantain et appliquez en cataplasmes 2 fois par jour.

Vaseline

  • En cas de fissures anales, protégez les parois de l’anus avant d’aller à la selle. Une noisette de vaseline pure à enfoncer à environ 1 cm de profondeur dans l’anus.

Prévention

La prévention des fissures anales est assez simple, même si la subjectivité joue un rôle fondamental dans leur apparition :

Prévention de la constipation

  • Régime riche en fibres et en eau.
  • Une vie régulière, ni sédentaire ni trépidante, avec le bon temps à consacrer à l’évacuation.

Prévention de la diarrhée

  • Évitez les aliments responsables d’effets indésirables (gluten pour les cœliaques et lactose pour les intolérants).
  • Éviter les infections intestinales.
  • Éviter l’altération de la flore bactérienne intestinale.
  • Éviter l’excès avec les laxatifs.
  • Prenez soin de votre hygiène personnelle mais n’exagérez pas avec l’agressivité des détergents.

à lire aussi : Comment soigner les hémorroïdes naturellement ?

 

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !

Tous les Remèdes :
Ce remède est noté

(3.3 / 5)

3.3 5 34
Votez pour ce Remède

34 personne(s) ont Voté

Remèdes Relatifs :
  • thérapie chaud / froid

    Thérapie par le Chaud ou par le Froid : C’est Quoi Le Meilleur ?

  • La routine de 10 minutes que vous pouvez faire dans votre bureau

    Mauvaise Posture au Bureau : 10 min. Pour La Corriger

  • réaction cutané au contact des chenilles processionnaires

    Chenille Processionnaire : Irritations aux Poils Urticants Que Faire ?

  • comment pratiquer le yoga des yeux

    Yoga des Yeux : Comment le Pratiquer ?

  • Pratiquer un massage cardiaque les bases

    5 min Pour Sauver Une Vie : Apprenez les Bases de la Réanimation (RCP)



Ces Remèdes Pourraient vous Intéresser…
Vous avez réagi à cet article