in

Remèdes Anciens Contre Les Infections

Remèdes anciens contre les infections

Comment soigner les infections avec le fameux Vinaigre des 4 Voleurs

Avez-vous entendu parler de l’histoire du « Vinaigre des Quatre Voleurs » ? Cette histoire, montre que les avancées en matière de médecine pouvaient avoir des sources bien différentes.

PUBLICITÉ

Cette histoire se passe à Toulouse vers 1630 environ. Sévissait alors une forte épidémie de peste qui s’abattait lourdement sur la ville de Capitouls. Les morts se comptaient par milliers (50 000 en quatre ans !). Sévissaient dans la même période, quatre voleurs qui, profitant de la panique ambiante, pillaient les maisons, les cadavres, et même les mourants et cela sans crainte de la contagion ! Quel était leur secret ?

Il finirent par être arrêtés, et rapidement, la question sur leur secret fût posée : « Mais comment, n’avez-vous pas peur d’attraper la peste ? ». Il livrèrent leur secret en échange de la liberté, ce que les autorités accepta. Ce secret, c’est le fameux vinaigre à macération aromatique dont il se frottaient le corps et buvaient tous les jours… Voici donc la formule du vinaigre des 4 voleurs.

Ingrédients

PUBLICITÉ
  • 20 g de grande absinthe (Artemisia absinthium)
  • 20 g de petite absinthe (Artemisia pontica)
  • 40 g de romarin (Rosmarinus officinale)
  • 40 g de sauge (Salvia officinale)
  • 40 g de menthe (Mantha)
  • 40 g de rue fétide (Ruta graveolens)
  • 40 g de lavande (Lavendula vera)
  • 5 g d’acore aromatique (Acorus calamus)
  • 5 g de cannelle (Cinnamomum zeyianicum)
  • 5 g de girofle (Syzygium aromaticum)
  • 5 g de muscade (Myristica fragans)
  • 5 g d’ail (Allium sativum)

Préparation

  • Laisser macérer dans 2,5 litres de vinaigre 10 jours (au soleil si possible).
  • Bien écraser les plantes dans le jus, puis passer.
  • Ajouter 10 g de camphre naturel à dissoudre avant dans quelques gouttes d’acide acétique.
  • Ou à faire préparer par le pharmacien ou l’herboriste et s’en frictionner tous les jours. C’est un super cocktail d’herbes désinfectantes.

Pour finir l’histoire, les voleurs furent tout de même pendus, mais vers 1720, la même histoire se produisit à Marseille, et là, les magistrats laissèrent la vie sauve aux nouveaux voleurs et affichèrent la recette dans les rues de Marseille. Depuis la formule, n’a plus été perdue…

Une variante du vinaigre des 4 voleurs, actualisée…

Il est vrai qu’a notre époque, il peut être plus difficile de se procurer ces plantes et aromates, aussi voici ci-dessous une version simplifiée de cette recette :

PUBLICITÉ
  • Fabriquez vous même le mélange ci dessus avec 5 gouttes d’huile essentielle de chacune des plantes
  • Remplacez la rue et la facore, toxiques et difficile à se procurer par de l’huile essentielle de citron, d’eucalyptus, de cupressus, de niaouli.

à lire aussi : Prévenir et traiter une infection

saignee

Dans un monde sans antibiotiques, comment les médecins traitaient-ils les infections ?

Le développement des antibiotiques et d’autres thérapies antimicrobiennes est sans doute la plus grande réalisation de la médecine moderne. Cependant, la surutilisation et le mauvais usage de la thérapie antimicrobienne conduisent de façon prévisible à une résistance chez les microorganismes. Des bactéries résistantes aux antibiotiques telles que Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), Enterococcus résistant à la vancomycine (ERV) et Enterobacteriaceae résistant au carbapénem (CRE) sont apparues. Certaines espèces de CRE sont résistantes à de multiples antibiotiques et ont été considérées comme des  » superbactéries  » dans l’actualité.

Les thérapies alternatives ont été utilisées pour traiter les infections depuis l’antiquité, mais aucune n’est aussi sûre et efficace que la thérapie antimicrobienne moderne.

Malheureusement, en raison de l’augmentation de la résistance et du manque de développement de nouveaux agents, la possibilité d’un retour à l’ère pré-antimicrobienne pourrait devenir une réalité.

Comment les infections ont-elles été traitées avant l’apparition des antimicrobiens au début du XXe siècle ?

Sang, sangsues et couteaux

La saignée a été utilisée comme thérapie médicale pendant plus de 3 000 ans. Il a vu le jour en Égypte en l’an 1000 av. J.-C. et a été utilisé jusqu’au milieu du 20e siècle.

Depuis l’Antiquité jusqu’aux années 1940, les textes médicaux recommandent l’hémolyse pour une grande variété d’affections, mais surtout pour les infections. Jusqu’en 1942, la 14e édition de Principles and Practice of Medicine de William Osler, le principal manuel de médecine interne de l’histoire, incluait la saignée comme traitement de la pneumonie.

La saignée est basée sur une ancienne théorie médicale selon laquelle les quatre fluides corporels, ou « humeurs » (sang, mucosités, bile noire et bile jaune), doivent rester en équilibre pour préserver la santé. On pensait que les infections étaient causées par un excès de sang, de sorte que le sang a été prélevé sur le patient atteint. Une méthode consistait à faire une incision dans une veine ou une artère, mais ce n’était pas la seule. La ventouse était une autre méthode courante, dans laquelle des tasses de verre chauffées étaient placées sur la peau, créant un vide, brisant de petits vaisseaux sanguins et provoquant de grandes zones de saignement sous la peau. Le plus tristement célèbre, les sangsues ont également été utilisées comme variante de la saignée.

sangsues
Un homme assis sur une chaise, les bras tendus, le sang coulant à flots quand une nonne place des sangsues sur son corps. Images de l’Histoire de la médecine (NLM)

Il est intéressant de noter que, même si les médecins recommandaient les saignées sanguinaires, la pratique était en fait pratiquée par des barbiers, ou « chirurgiens barbiers ». Le poteau rayé rouge et blanc du salon de coiffure était à l’origine une « publicité » pour leurs services de saignée, le rouge symbolisant le sang et le blanc symbolisant les bandages.

En fait, il se peut qu’il y ait eu des avantages pour la pratique – du moins pour certains types de bactéries dans les premiers stades de l’infection. De nombreuses bactéries ont besoin de fer pour se répliquer, et le fer est transporté sur l’hème, un composant des globules rouges. En théorie, moins il y avait de globules rouges, moins il y avait de fer disponible pour soutenir l’infection bactérienne.

Un peu de mercure pour ta syphilis ?

Les éléments chimiques naturels et les composés chimiques ont toujours été utilisés comme thérapies pour diverses infections, en particulier pour les infections de plaies et la syphilis.

L’iode topique, le brome et les composés contenant du mercure ont été utilisés pour traiter les plaies infectées et la gangrène pendant la guerre civile américaine. Le bromure était le plus souvent utilisé, mais il était très douloureux lorsqu’il était appliqué par voie topique ou injecté dans une plaie, et pouvait endommager les tissus eux-mêmes. Ces traitements inhibaient la réplication des cellules bactériennes, mais ils pouvaient aussi nuire aux cellules humaines normales.

syphilis
Gravure sur bois de 1689 montrant diverses méthodes de traitement de la syphilis, y compris la fumigation au mercure. Images de l’Histoire de la médecine (NLM)

Les composés du mercure ont été utilisés pour traiter la syphilis entre 1363 et 1910. Les composés peuvent être appliqués sur la peau, pris par voie orale ou injectée. Mais les effets secondaires pourraient inclure des dommages importants à la peau et aux muqueuses, des lésions rénales et cérébrales, et même la mort. L’arsphénamine, un dérivé de l’arsenic, a également été utilisé dans la première moitié du XXe siècle. Bien qu’efficaces, les effets secondaires comprenaient une névrite optique, des convulsions, de la fièvre, des lésions rénales et des éruptions cutanées.

Heureusement, en 1943, la pénicilline a supplanté ces traitements et demeure le traitement de première intention pour tous les stades de la syphilis.

Trouvées dans le jardin…

Au fil des siècles, une variété de remèdes à base de plantes médicinales ont évolué pour le traitement des infections, mais très peu ont été évalués par des essais cliniques contrôlés.

L’une des thérapies à base de plantes les plus connues est la quinine, qui était utilisée pour traiter le paludisme. Il a été isolé à l’origine dans l’écorce du quinquina, un arbre originaire d’Amérique du Sud. Aujourd’hui, nous utilisons une forme synthétique de quinine pour traiter la maladie. Auparavant, l’écorce de quinquina était séchée, broyée en poudre et mélangée à de l’eau pour que les gens puissent la boire. L’utilisation de l’écorce de quinquina pour traiter la fièvre a été décrite par les missionnaires jésuites dans les années 1600, bien qu’elle ait probablement été utilisée dans les populations indigènes bien avant.

quinine
Gravure d’une plante de quinine, 1880. Wellcome Library, Londres, CC BY

L’artémisinine, qui a été synthétisée à partir de la plante Artemisia annua (armoise) est un autre traitement efficace du paludisme. Une scientifique chinoise, le Dr Tu Youyou et son équipe ont analysé des textes médicaux et des remèdes populaires chinois anciens, identifiant des extraits d’Artemisia annua comme inhibant efficacement la réplication du parasite du paludisme chez les animaux. Tu Youyouyou a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine 2015 pour la découverte de l’artémisinine.

Vous avez probablement une thérapie d’origine botanique contre l’infection des plaies dans votre armoire de cuisine. L’utilisation du miel dans la cicatrisation des plaies remonte aux Sumériens en 2000 av. J.C. La teneur élevée en sucre peut déshydrater les cellules bactériennes, tandis que l’acidité peut inhiber la croissance et la division de nombreuses bactéries. Le miel contient également une enzyme, la glucose oxydase, qui réduit l’oxygène en peroxyde d’hydrogène, qui tue les bactéries.

Le miel naturel le plus puissant est le miel de Manuka. Il est dérivé de la fleur de l’arbre à thé, qui possède des propriétés antibactériennes supplémentaires.

Lutte contre la résistance aux antimicrobiens

Bien que certaines de ces thérapies anciennes se soient avérées suffisamment efficaces pour être encore utilisées sous une forme ou une autre aujourd’hui, dans l’ensemble, elles ne sont tout simplement pas aussi efficaces que les antimicrobiens modernes pour traiter les infections. Malheureusement, grâce à la surconsommation et à la mauvaise utilisation, les antibiotiques sont de moins en moins efficaces.

Chaque année aux États-Unis, au moins deux millions de personnes sont infectées par des bactéries résistantes aux antibiotiques, et au moins 23 000 personnes meurent chaque année des conséquences directes de ces infections.

Bien que les bactéries résistantes soient le plus souvent signalées, la résistance peut aussi se manifester dans d’autres microorganismes, y compris les champignons, les virus et les parasites. L’augmentation de la résistance a soulevé la possibilité que certaines infections puissent éventuellement ne pas être traitées avec les antimicrobiens que nous avons actuellement.

La course est lancée pour trouver de nouveaux traitements contre ces infections, et les chercheurs explorent de nouvelles thérapies et de nouvelles sources d’antibiotiques.

En plus d’utiliser les antibiotiques selon les directives et seulement lorsque c’est nécessaire, vous pouvez éviter les infections en premier lieu grâce à une immunisation appropriée, à des pratiques sécuritaires de manipulation des aliments et au lavage de vos mains.

Le suivi des infections résistantes afin d’en apprendre davantage sur elles et leurs facteurs de risque, ainsi que la limitation de l’utilisation des antibiotiques chez les humains et les animaux, pourraient également aider à réduire le risque de bactéries résistantes.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chargement…

0

Commentaires

Soigner naturellement un kyste ovarien

Traiter Naturellement Un Kyste Ovarien

Remèdes infections

Prévenir Et combattre Les Infections : Méthodes Alternatives