Remèdes du monde : Remèdes des esclaves africains

Le : 9 novembre, 2017 |

remèdes esclaves africains

Introduction aux anciens remèdes utilisés par les esclaves

Un bon nombre des anciens remèdes domestiques d’aujourd’hui doivent beaucoup aux esclaves africains déracinés sans richesse et sans droits.


Les questions de santé étaient souvent une source de discorde entre les esclaves et leurs propriétaires. Les propriétaires d’esclaves exigeaient d’être informés quand un esclave était malade.

La raison en était que les propriétaires voulaient s’assurer de pouvoir exercer un contrôle total sur le corps d’un esclave. Dans certains cas, le propriétaire de l’esclave fournissait les mêmes soins de santé que ceux qu’il prodiguait à sa famille et à lui-même, sûrement pour ne pas perdre en productivité.

Certains propriétaires traitaient les esclaves eux-mêmes ou faisaient traiter les esclaves par le superviseur ou la maîtresse de plantation en utilisant divers remèdes traditionnels.

---

La méfiance des médecins blancs

La plupart des esclaves se méfiaient à juste titre des médecins blancs. Les esclaves ont souvent été soumis à des expériences, par exemple, Le Dr Marion Sims considérait que le père de la chirurgie gynécologique perfectionnait sa méthode sur les esclaves. Il a rendu des femmes esclaves dépendantes de la drogue pour mieux les immobiliser et affiner ses tests d’anesthésie.

J Marion Sims

James Marion Sims (1813-1883)

En 1800, des centaines d’esclaves de Thomas Jefferson, ont contracté la variole pour tester l’innocuité du nouveau vaccin. Ou encore, Thomas Hamilton a parqué des esclaves dans un four à ciel ouvert, la tête hors du sol, cela afin de vérifier quels médicaments leur permettait de résister à une température élevée.

De ce fait, les esclaves noirs préféraient être traités par d’autres noirs ou se traiter eux-mêmes. Ils cachaient aussi souvent leurs maladies, au risque d’être punis si le propriétaire de l’esclave l’apprenait.

Esclaves africains et amérindiens

Les connaissances médicinales des esclaves africains ont influencé les Autochtones et les Blancs américains

Les connaissances médicales des esclaves se sont mêlées à celles des Amérindiens et des Blancs. Les Amérindiens et les Africains ont souvent partagé leurs expériences d’esclavage.

Ils partageaient aussi des remèdes, des mythes et des légendes, vivaient ensemble dans les quartiers communaux, travaillaient ensemble et produisaient des recettes combinées pour se nourrir, ils se mariaient aussi entre eux.

Les Afro-Américains et les Blancs vivaient ensemble dans des plantations, leurs enfants jouaient ensemble et les femmes esclaves noires s’occupaient souvent des enfants blancs.

esclaves remedes

Les esclaves noires s’occupaient des enfants blancs.

Les remèdes qu’utilisaient les esclaves

Voici quelques-uns des remèdes traditionnels utilisés par les esclaves noirs.

  • La sauge (slavia spp.) était utilisée par les esclaves comme bain de bouche et comme remède contre les maux de gorge, elle était également utilisée comme remède contre les coliques chez les nourrissons.
  • L’Eupatoire perfoliée (eurapatorium perfoliatum) fut utilisé pour les rhumes.
  • La menthe pouillot (Mentha pulegium, hedeoma pulegioides) a été utilisé pour les maux de tête, réduire la fièvre, soulager la douleur des maux de dents et pour la lutte contre le rhume.
  • Le cornouiller et le cerisier (cornus spp et Prunus serotina) ont été utilisés à diverses fins, l’écorce de cornouiller et de cerisier ont été mijotés pour créer un remède contre la fièvre et les frissons, l’écorce de cornouiller a été utilisée pour faire du thé pour traiter le paludisme.
  • La moutarde et la farine de blé entier étaient mélangées avec de l’eau pour confectionner un plâtre.
  • La turpentine à gencive des pins et des sapins a été utilisée pour traiter la bronchite, les maux de dents et d’autres maladies.
  • La quinine était utilisée pour traiter le paludisme et les crampes musculaires nocturnes.
  • L’échinacée était utilisée pour confectionner un thé pour traiter les crampes. En outre, elle fut utilisée pour traiter les douleurs d’estomac et, mélangée avec du whisky ou du camphre et de la racine de sanguinaire (sanguinaire) pour les douleurs articulaires.
  • Le sureau était utilisé pour les infections vésicales et la fièvre. Les nourrissons portaient des feuilles de sureau autour du cou pour calmer les douleurs de dents naissantes.
  • Le lin a été utilisé pour les affections bénignes, comme l’indigestion légère.

récits des esclaves de caroline du sud

Dans le volume XIV des récits de Caroline du Sud, l’herbe à chat, l’ail, la tanaisie et la bardane sont utilisés par un esclave pour une maladie indéterminée. La citation est présentée ci-dessous :

Mlle Martha Sho s’occupait bien des esclaves malades. Nous avions des remèdes fabriqués à partir de plantes, de feuilles et de racines ; certaines d’entre elles étaient de l’herbe à chat, des racines d’ail, de la bardane et des racines de bardane.
Les racines de bardane trempées dans du whisky étaient un remède puissant et efficace. On a trempé de l’ase fétide dans de la térébenthine et on l’a accrochée autour du cou pour éviter les maladies.

L’analyse des récits recueillis par les membres du Projet des écrivains fédéraux, un programme mis sur pied par la Works Progress Administration à la fin des années 1930 pour fournir des emplois aux écrivains sans emploi, a été d’une grande valeur pour notre recherche médicale. Parmi les souvenirs des anciens esclaves, on trouve 316 récits qui “révélaient des prescriptions pour une variété de toniques, de thés et de remèdes à base de racine”, écrit Escott. Bon nombre des remèdes ont été “utilisés à l’époque de la médecine primitive”… et probablement représentaient l’histoire africaine transmise et adaptée au sud des États-Unis.”

Du thé aux amulettes…

Souvent, les remèdes étaient préparés sous forme de thés. se souvient Sam Rawls, quatre-vingt-quatre ans : “Nellis Loyd, quatre-vingt-onze ans, se rappelait que les tisanes faisaient partie intégrante des soins de santé. Quand quelqu’un tombait malade, les vieux faisaient des thés chauds à partir d’herbes médicinales qu’ils trouvaient dans les bois”, explique-t-elle. L’une était une herbe amère appelée “rhu” (rue)… Toujours d’actualité, la rue, qui ne devrait pas être prise pendant la grossesse parce qu’elle pouvait causer des saignements, a été utilisée par les esclaves comme antidote aux poisons et aux fléaux.

Plusieurs des herbes utilisées pour fabriquer des remèdes des esclaves sont les mêmes que celles vendues dans les magasins diététiques d’aujourd’hui. Mais les esclaves utilisaient les herbes par nécessité et pour soulager les maux associés aux épreuves de leur vie. L’exposition constante aux éléments a contribué à des maladies respiratoires et intestinales fréquentes, comme les maux de gorge, le rhume, la fièvre, la grippe, la pneumonie, la fièvre écarlate, la dysenterie et les parasites, attribuables à la vie avec des porcs ou à une mauvaise alimentation du porc mal cuit.

Sources : Natural Healthing for All – Herbal Lesson from American History

A lire aussi : Remèdes du Monde : La médecine Celte

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !


Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *