Santé et Bien-être

Cicatrices après l’ablation d’un lipome : Que faire ?

Par Didier C. , le 26/10/2021 , mis à jour le 26/10/2021 - 11 minutes de lecture
cicatrices post opératoire lipome comment atténuer
()

Un lipome n’est rien d’autre qu’une excroissance bénigne qui se développe à partir du tissu adipeux. Il est inoffensif en soi, mais sa présence peut entraîner une aggravation, et dans certains cas une exérèse chirurgicale s’impose pour le retirer. En outre, un lipome est très inesthétique, et les femmes en particulier en sont gênées.

Malheureusement, l’ablation d’un lipome laisse des cicatrices après l’hospitalisation. Elles sont presque aussi laides que le lipome lui-même et causent beaucoup de désagréments. Une question se pose donc naturellement : comment redonner à la peau un aspect sain ? Laissez-nous vous le dire dans cet article.

Quels types de lipomes nécessitent une opération chirurgicale ?

La plupart du temps vous pouvez utiliser des méthodes traditionnelles pour enlever un lipome, les remèdes de grand-mère regorgent de solutions naturelles pour parvenir à réduire considérablement sa taille ou même à l’éliminer complètement. Néanmoins, une hospitalisation est nécéssaire dans les cas suivants :

  • il existe un risque que les kystes inoffensifs se transforment en une tumeurs malignes ;
  • le lipome affecte les tissus voisins ;
  • Une masse graisseuse est apparue dans le péritoine et affecte le fonctionnement des organes internes ;
  • Le lipome est mal placé et nuit à l’apparence de la personne.

Méthodes médicales d’élimination des lipomes

Les petits lipomes peuvent être éliminés par des peelings chimiques, mais les plus gros, en constante évolution nécessitent une intervention médicale. Le fait est que les lipomes ont un aspect similaire à celui d’un certain nombre d’autres maladies, aussi, le contenu de l’acné graisseuse doit faire l’objet d’un examen histologique au cabinet du dermatologue.

Plusieurs méthodes et traitements sont utilisés pour se débarrasser d’un lipome en totalité. Elles se font sous anesthésie locale, la surveillance d’un anesthésiste n’est pas nécessaire :

  • Excision endoscopique. Le contenu du lipome est retiré par liposuccion via une petite incision.
  • Traitement médicamenteux. Un médicament résorbant est injecté à l’intérieur de la masse graisseuse. Le traitement peut durer plusieurs mois, mais ne laisse pas de cicatrices.
  • Chirurgie au laser. L’hématome et les cicatrices après l’intervention deviennent à peine perceptibles avec le temps.
  • Excision chirurgicale. Une entaille longitudinale est pratiquée, et le dépôt de graisse est retiré ainsi que la capsule dans laquelle il est contenu. Une cicatrice subsiste forcément après l’opération. Cette méthode est prescrite pour les lipomes de grande taille.

les cicatrices sont visibles après le retrait d'un lipome

Complications possibles

Les complications après l’ablation de la masse graisseuse sont assez rares. Après l’ablation de gros lipomes, il peut rester une cavité avec du sang. Pour éviter cela, on applique un drainage spécial et un pansement étanche.

Une fièvre peut également survenir après l’opération – si elle persiste pendant plusieurs jours et n’est soulagée par aucun médicament, un gonflement et une douleur – vous devez consulter un médecin d’urgence.

Pour éviter une aggravation, il est conseillé de suivre quelques conseils pour le soin des plaies postopératoires :

  • changez régulièrement le pansement – des pansements sales peuvent provoquer une contamination, une inflammation et, par conséquent, la formation de nouvelles excroissances désagréables ;
  • se laver les mains avant tout contact avec la zone opérée pour ne pas provoquer de lésion cutanée supplémentaire ;
  • Veillez à laver la plaie avec des antiseptiques ;
  • éviter le contact direct de la plaie avec les vêtements, le linge et autres irritants ;
  • n’utilisez que les médicaments prescrits par votre médecin ;
  • Évitez les bains chauds et les saunas pendant quelques jours.

Après l’opération, la plaie est suturée. Si la période de rééducation se passe bien, les points de sutures seront retirés au bout d’une à deux semaines. Cependant, il est également possible que la personne n’ait pas suivi les instructions de soins de la lésion, ou qu’une involution ne soit apparue pour d’autres raisons, comme des boursouflures (naevus).

Cicatrices après l’ablation de la masse graisseuse

L’apparition d’une « boursouflure » peut signifier plusieurs choses :

  • Si la boursouflure n’est pas douloureuse, il s’agit probablement d’un nœud du fil utilisé pour recoudre les bords de la lésion – il se dissoudra bientôt de lui-même ;
  • le lipome était assez profond et la suture s’est faite en plusieurs couches : la bosse provient de la suture inférieure ;
  • Un sérome s’est développé en raison de l’accumulation de liquide lymphatique. L’essentiel est de suivre les conseils du dermatologue pour ne pas s’infecter ;
  • La fistule est le type d’épaississement le plus dangereux ; si du pus s’écoule et que vous ressentez une gêne, vous devez consulter immédiatement un médecin ;
  • cicatrice hypertrophique ou chéloïde – reconnaissable à sa surface rouge et bosselée – un défaut esthétique qui doit être traité dès que la zone est complètement guérie.

Formation de cicatrices

L’apparition d’une cicatrice après l’ablation d’une lésion graisseuse est un processus naturel. Après un certain temps, la cicatrice devrait disparaître d’elle-même, mais si une infection accompagne la plaie pendant le traitement, la cicatrice peut se transformer en une cicatrice pathologique, constituée d’un excès de collagène et d’acide hyaluronique. En règle générale, les cicatrices atrophiques, hypertrophiques ou chéloïdes se forment après l’opération chirurgicale et nécessitent une correction obligatoire.

  • Les cicatrices atrophiques, sont des creux dans la peau, sous le niveau de la peau. Elle sont dues à une déficience de la production de collagène et d’élastine, les éléments constitutifs des cellules de l’épiderme. Ces cicatrices ont une pigmentation altérée et ne peuvent donc pas être dissimulées par le bronzage.
  • Les cicatrices hypertrophiques, quant à elles, dépassent l’aspect sain de la peau. Leur production de collagène est également altérée, mais dans ce cas, le corps produit trop de collagène. En raison de la pression des fibres de collagène sur les vaisseaux sanguins, la cicatrice change de couleur, passant du rouge au violet.
  • Une cicatrice chéloïde ressemble à une cicatrice hypertrophique, mais elle n’en a pas les caractéristiques. Les chéloïdes se développent progressivement avec le temps et envahissent la peau saine voisine. Elle provoque des démangeaisons, des brûlures et une sensation de tiraillement. C’est la plus difficile à traiter.

Afin d’éviter d’aggraver la situation, toute cicatrice (en particulier une cicatrice chéloïde) doit être corrigée dès qu’elle a été diagnostiquée et que la zone opérée est complètement guérie.

Méthodes possibles pour le traitement des cicatrices

La cicatrice, après avoir été infectée par la stéatose hépatique peut être éliminée par des procédures cosmétiques, la physiothérapie, l’application de médicaments anti-cicatrices et par un geste chirurgical (exérèse :excision de la cicatrice).

La cosmétologie peut offrir une variété de peelings, de dermabrasion et d’ozonothérapie. Chaque méthode implique d’endommager la couche cornée de la peau d’une manière ou d’une autre, ce qui implique une période de rééducation, des sensations douloureuses pendant l’intervention et un certain nombre de procédures. Les principales contre-indications sont la grossesse et l’allaitement.

L’intervention chirurgicale est pratiquée dans les cas extrêmes – lorsque la cicatrice a atteint une taille conséquente et que les méthodes conservatrices n’ont aucun effet probant. L’excision ne signifie pas seulement une deuxième opération avec un point de suture, mais parfois une deuxième cicatrice, plus rugueuse, se forme.

L’application de diverses crèmes et pommades contre les cicatrices est efficace sur les cicatrices fraîches et petites et comme traitement complémentaire pendant la physiothérapie.

La physiothérapie traite les cicatrices après un lipome sans endommager la couche cornée de la peau. Elle consiste à appliquer un courant électrique ou des ultrasons sur la zone affectée.

Les procédures sont indolores, atraumatiques et une agréable sensation de picotement peut être ressentie. Le courant ou les ultrasons transportent une substance (solution, crème ou pommade) dans les couches profondes du derme, ce qui accélère considérablement le processus de régénération (renouvellement) de la peau. En outre, les processus métaboliques sont stimulés dans le corps, la circulation sanguine s’améliore, les dépôts de médicaments s’accumulent, les fibres de collagène sont décomposées.

IMPORTANT

La cicatrisation des cicatrices peut être ralentie par l’exposition au soleil. De plus, la cicatrice peut s’assombrir et devenir plus visible.

Il est important de protéger la cicatrice lorsque vous êtes à l’extérieur ou lorsqu’elle peut être exposée au soleil. Vous pouvez utiliser les mesures suivantes :

  • Appliquez un écran solaire sur la cicatrice. Utilisez un écran solaire à large spectre avec un FPS d’au moins 30.
  • Portez un chapeau à large bord qui bloque la lumière du soleil.
  • Portez des vêtements conçus pour vous protéger du soleil.

Suppression d’une cicatrice après un lipome avec une crème cicatrisante

Alliance Kelo-Cote® pour les cicatrices après l’ablation d’un lipome

Le gel Alliance Kelo-Cote®  est un complexe enzymatique marin qui agit sur toute la structure de la cicatrice, en détruisant ses principaux composants (collagène pathologique et excès d’acide hyaluronique) et en redonnant à la peau un aspect sain.

Il est utilisé pour la correction des cicatrices atrophiques, hypertrophiques et chéloïdes après des opérations, des brûlures, des traumatismes, l’acné, ainsi que dans la thérapie complexe des contractures. L’effet de l’utilisation du gel Alliance Kelo-Cote®.

  • Réduit le volume et la taille de la cicatrice ;
  • Le relief de la peau est lissé ;
  • Les rougeurs, les démangeaisons et la gêne disparaissent ;
  • L’élasticité de la peau augmente ;
  • la décoloration est normalisée et la sensation de tiraillement disparaît ;
  • la peau se régénère de 90%.

Alliance Kelo-Cote® agit par voie topique et n’est pas absorbé dans la circulation sanguine. Il n’élimine que le collagène sain, et n’affecte pas les tissus sains. Ne contient pas d’hormones ni de silicone. Autorisé pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi que pour les enfants dès la petite enfance.

Vous pouvez acheter les produits Alliance Kelo-Cote® en ligne ou dans votre pharmacie locale.

Plus vite vous commencerez à prendre soin de votre peau, plus vite elle retrouvera son aspect sain ! N’oubliez pas : les jeunes cicatrices datant de moins d’un an sont plus faciles à corriger.

Autre méthodes naturelles de réduction des cicatrices post-opératoire

Massage des cicatrices

Le massage peut rendre la cicatrice moins ferme. Massez doucement la cicatrice avec vos doigts pendant 1 à 2 minutes. Vous pouvez le faire 1 à 3 fois par jour.

Utilisation de produits en silicone

Les produits en silicone, tels que les feuilles ou les gels de silicone, peuvent hydrater la cicatrice et l’aider à guérir. Vous pouvez les utiliser sous le maquillage et les vêtements.

Feuilles de silicone

Les feuilles en silicone aideront à adoucir la cicatrice et à la rendre plus plate. Pour utiliser la plaque en silicone, vous devez la couper à la taille de la cicatrice et la placer sur la cicatrice. Vous pouvez laisser la plaque pendant quelques heures ou toute la nuit. Vous pouvez laver la plaque quotidiennement et la réutiliser. Les produits sous les noms de Cica-Care® sont réputés pour leur efficacité.

Gels de silicone

Appliquez du gel de silicone sur la cicatrice et laissez sécher. Vous pouvez le faire quotidiennement. Silicone gels sont produits, en particulier, sous les noms de Biocorneum®, Kelo-cote®, Mederma® et ScarGuard.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Aucun vote pour le moment, soyez le 1er à voter !

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Dites-nous comment nous pourrions l'enrichir ?

Didier C.

Je suis kinésithérapeute, très vite je me suis formé au Shiatsu (10 ans) et à la Médecine Traditionnelle Chinoise (7 ans), spécialiste en diététique chinoise. Passionné de MTC, je pratique aussi l'acuponcture. C'est avec plaisir et humilité que je participe au site Remedes-de-grand-mere.com, pour aider le plus grand nombre à trouver sa voie de guérison naturelle.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.