Conduire dans la neige : Astuces de grands-pères

Par : | 2 Commentaires | Le : 28/02/2018 | Catégorie : Astuces

astuces de conduite en hiver

Conseils de sécurité pour rentrer chez vous en toute sécurité en hiver

Les conditions hivernales froides – avec des routes recouvertes de neige glissante et verglacées – peuvent défier le conducteur le plus expérimenté. Le degré d’adhérence de vos pneus est fortement réduit, le temps que vous avez pour réagir aux dangers est plus court et votre véhicule est plus difficile à contrôler.


Avant de vous aventurer par mauvais temps, sachez que vous pouvez prendre des précautions pour vous assurer d’arriver à destination sans incident. Voici sept conseils pour être en sécurité sur la route en hiver.

1 – Ralentissez – La tortue gagne toujours la course…

Conduire lentement est la clé pour garder le contrôle sur les routes enneigées ou verglacées. Toutes les manœuvres – accélération, arrêt et virage – prennent plus de temps et sont moins prévisibles lorsque la chaussée est recouverte de neige et de glace que sur une chaussée mouillée ou sèche.

Les conducteurs sous-estiment souvent le temps qu’il faut pour freiner “. Vous devez garder en tête ce temps de contrôle supplémentaire. N’utilisez pas le régulateur de vitesse, et si vous glissez, ralentissez doucement, sans freiner.”

précautions conduire sous la neige

Les limitations de vitesse affichées ne sont généralement pas pertinentes lorsqu’il y a de la neige sur le sol. Ne dépassez pas la vitesse nécessaire pour voyager en toute sécurité dans des conditions hivernales difficiles.

Accélérez très lentement pour maintenir la traction progressivement, puis laissez suffisamment d’espace pour ralentir aux feux de circulation, surtout sur la glace. Rappelez-vous que les ponts et les viaducs sont gelés avant les routes. Conclusion : donnez-vous suffisamment de temps en allant lentement.


2 – Connaître vos freins

Les systèmes de freinages traditionnels permettaient aux freins de se bloquer, empêchant les roues de tourner. Cela favorisait le dérapage et réduisait l’adhérence des pneus lors d’un arrêt ou d’une manœuvre. Cela signifiait que vous deviez pomper doucement sur la pédale pour retrouver la traction et le contrôle.

Cependant, la plupart des voitures modernes sont équipées de freins antiblocage. En cas d’urgence extrême, il suffit d’appuyer sur la pédale de frein aussi fort que possible et de laisser le véhicule ralentir. La pédale vibre au fur et à mesure que chaque frein est actionné, procurant suffisamment de traction et de stabilité pour vous aider à contourner les obstacles.

Comme un véhicule réagit plus lentement sur la neige, vous devriez garder une distance de suivi plus longue que d’habitude. Au lieu de trois ou quatre secondes, restez huit ou dix secondes derrière le véhicule qui vous précède. Pour s’arrêter sur la glace, il faut au moins trois fois la distance dont vous avez besoin habituellement pour vous arrêter.

Beaucoup d’experts suggèrent de conduire en douceur en hiver, comme si vous n’aviez pas de freins du tout, car vous ne savez pas si vous aurez de l’adhérence pour freiner quand vous en aurez besoin.

freinage neige astuces

3 – Les 4 roues motrices, ce n’est pas magique !

De nombreux automobilistes pensent que leurs véhicules à traction intégrale ou à quatre roues motrices sont imparables en hiver. La vérité, c’est que même si les systèmes de traction à quatre roues motrices peuvent vous aider à démarrer dans la neige et la glace, en plus d’offrir un contrôle supplémentaire lors des virages, ils ne vous aideront pas à vous arrêter beaucoup plus rapidement qu’une voiture à traction avant ou arrière lorsque vous rencontrerez cette tache de glace noire très glissante.

Vous devrez quand même penser à conduire lentement, surveiller les autres automobilistes et freiner correctement.

4 – Continuer à rouler

Ne freinez pas sur la glace ou sur la neige si vous pouvez l’éviter. Les experts en conduite hivernale suggèrent d’essayez de maintenir un rythme régulier lorsque vous roulez dans les virages, à l’approche d’un stop ou d’un feu rouge, et lorsque vous montez et descendez des côtes, de sorte que vous puissiez maintenir suffisamment d’inertie pour continuer à avancer. En cas de glisse et de perte de contrôle, sans obstacle proche, laissez le véhicule reprendre le contrôle sans actionner le frein ou le volant, cela demande un peu de sang froid.

Il y a une différence dans la quantité d’inertie requise pour commencer à avancer à partir d’un arrêt complet par rapport à ce qu’il faut pour avancer tout en roulant. Il est recommandé de ralentir bien avant un feu de circulation pour pouvoir rouler jusqu’à ce que le feu passe au vert. Cela demande de l’anticipation et une intégration fluide au flux de circulation.

Ne pas monter les côtes en puissance parce que “l’application supplémentaire de neige sur les roues pourrait commencer à vous faire tourner”. Assurez-vous d’avoir suffisamment d’élan – mais pas trop – avant d’atteindre la côte, et commencez à réduire la puissance juste avant d’atteindre la crête.

5 – Pensez aux pneus neige

Les pneus sont un facteur essentiel de la conduite hivernale, car ils gardent votre voiture bien connectée à la route. Si vos pneus perdent de l’adhérence, vous n’aurez plus autant de contrôle. Même si votre voiture est livrée avec d’excellents pneus toutes saisons, il se peut qu’elle ne soit pas prête pour les défis hivernaux.

Si vous roulez fréquemment dans une région où l’hiver est long ou les chutes de neige sont prévisibles pendant des semaines, vous pouvez remplacer les pneus toutes saisons par des pneus d’hiver. Ils fonctionnent mieux même par temps sec et froid, en raison de leurs mélanges de caoutchouc plus souples.

Les pneus d’hiver ont généralement une bande de roulement plus profonde avec des bords plus mordants qui coupent dans la neige pour garder une meilleure adhérence. Certains modèles plus perfectionnés sont dotés d’un composé spécial pour la bande de roulement qui s’agrippe extrêmement bien dans des conditions glaciales. Cela vous aidera à vous arrêter plus rapidement, à démarrer sans patiner et à effectuer des virages mieux contrôlés.

Les pneus d’hiver, cependant, ne peuvent pas faire de miracles. Ils augmentent la capacité de votre voiture à conserver l’adhérence, mais si vous accélérez agressivement, freinez au mauvais moment ou que vous braquez brusquement, ils ne suivront pas la cadence, ils offrent seulement un confort de conduite supplémentaire, mais ne vous permettent pas de faire des rallyes.

Pour la neige particulièrement lourde, investissez dans un jeu de chaînes à pneus qui s’adaptent aux roues motrices pour assurer une meilleure adhérence. Dans de nombreuses régions alpines, des chaînes de pneus sont nécessaires. Elles peuvent être utilisés même sur des véhicules à quatre roues motrices ou des véhicules déjà équipés de pneus neige.

Le temps froid peut réduire la pression dans vos pneus, ce qui peut causer une crevaison qui vous laissera coincé. Au fur et à mesure que le temps se refroidit, assurez-vous de vérifier la pression de vos pneus et, au besoin, ajoutez de l’air supplémentaire pour atteindre la pression recommandée. Vous trouverez la pression recommandée sur le montant de la porte côté conducteur, sous le clapet de protection de votre bouchon d’essence ou dans le manuel de votre véhicule.

conduite sécuritaire verglas astuce

6 – Soyez prêt pour le pire de l’hiver

Parfois, le meilleur moyen de rester en sécurité est de rester à la maison. Si votre voyage n’est pas urgent, laissez passer le mauvais temps. Faites attention aux bulletins météorologiques et rappelez-vous que même si vous maîtrisez la conduite hivernale, tous les automobilistes ne sont pas aussi compétents.

Si vous devez conduire dans des conditions météorologiques dangereuses, soyez prêt. Assurez-vous que votre réservoir d’essence soit au moins à moitié plein si vous êtes coincé loin d’une station-service ou si vous avez besoin de carburant supplémentaire pour garder votre voiture chauffée. Il ne fait pas de mal d’avoir une trousse de ravitaillement avec de la nourriture non périssable, de l’eau, des couvertures, des gants, du ruban réfléchissant et un chargeur de téléphone cellulaire supplémentaire. Dans le pire des cas, vous pourriez utiliser des tapis de sol ou des journaux pour rester au chaud. Si vous vous dirigez vers des conditions plus sévères, une pelle est une bonne idée.

Avant même le début de la saison, il est recommandé de faire un bon bilan de santé à votre voiture pour s’assurer qu’elle soit prête pour la météo à venir. Vérifiez l’antigel, les phares, le dégivreur et les essuie-glaces. Assurez-vous que votre grattoir à glace de l’année dernière soit toujours dans la voiture. Certains magasins utiliseront des mélanges de lave-glace d’été pendant la majeure partie de l’année, mais cela gèlera rapidement vos essuie-glaces dans les conditions hivernales. Il est préférable de le retirer du système et de le remplacer par une formule de liquide de lavage hivernalisé.

Si vous voyagez sur de longues distances, assurez-vous que votre famille ou vos amis connaissent votre itinéraire. De cette façon, si vous n’arrivez pas, ils sauront où chercher ou envoyer de l’aide. Prévoyez du temps supplémentaire et vérifiez l’état de la route avant de partir.

7 – Vérifier l’échappement

Oublier de vérifier que le tuyau d’échappement de votre véhicule est vide pourrait être une erreur fatale. Lorsqu’il est obstrué par la neige, la glace ou les débris routiers et que le moteur tourne, vous risquez de remplir l’habitacle de votre voiture de monoxyde de carbone mortel et inodore.

N’oubliez pas de toujours dégager la neige du tuyau d’échappement, surtout lorsque vous dégagez votre véhicule de la neige ou que vous le sortez d’un fossé enneigé. Si votre voiture est en marche pendant que vous attendez de l’aide, gardez la fenêtre ouverte. Assurez-vous que tout le monde dans la voiture soit au courant des symptômes de l’empoisonnement au monoxyde de carbone afin que vous puissiez faire attention les uns aux autres.

Parcourir des bermes glacées et rouler sur des routes traitées au sel peut endommager votre système d’échappement, alors n’oubliez pas de vérifier si vous remarquez des bruits étranges de gaz d’échappement ou d’échappement provenant d’endroits où il n’est pas censé venir.

8 – Promouvoir la visibilité

Les conditions météorologiques hivernales réduisent la visibilité, ce qui est essentiel à la sécurité routière. Gardez des phares propres et songez à investir dans un véhicule doté de phares adaptatifs qui peuvent éclairer ce qui se trouve derrière des virages difficiles à voir sur la route.

 

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !


Pour aller plus loin…
Commentaires (2)
  1. posté par renée becquart le 01/03/2018

    Pourquoi ne pas conseiller de ne rien faire en cas de glisse, la voiture reprend l’axe toute seule

    • posté par Mamie Net le 01/03/2018

      Tout à fait Renée, cela fait partie du point 4 dans l’article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.