Fougère mâle

0 Commentaires | 07/09/2013

Fougère mâle - Dryopteris filix mas

Fougère mâle – Dryopteris filix mas

Fougères – porte-aigle, Faillière

Description

Les fougères sont des plantes cryptogames, c’est-à-dire sans fleurs. Elles ont des racines, des tiges et des feuilles sillonnées de vaisseaux conducteurs. On l’appelle mâle en raison de l’aspect robuste de ses frondes, qui la distinguent de la fougère femelle (Athyrium Filix-Femina), plus fine et plus délicate, mais non en raison de son système de reproduction, qui est identique dans les deux.

La fougère vivace qui atteint 1-1,5 mètres de hauteur, de la famille des Polypodiaceas. Ses longues frondes lancéolées (feuilles de fougères) naissent directement du rhizome (tige souterraine).

La fougère mâle a été utilisée en médecine traditionnelle comme vermifuge ( » fougère ver « ), les premiers Grecs et Romains reconnaissant également la valeur de la plante pour détruire ou expulser les vers parasites. En médecine chinoise, l’extrait a été utilisé pour traiter les plaies, les saignements de nez récurrents et les règles abondantes. Les composants de la plante ont également été utilisés comme vermifuges vétérinaires.

Chimie

La Fougère mâle contient environ 6 % à 15 % d’une oléorésine qui contient plusieurs constituants chimiques dont des filicines (acide filique/filixique, albaspidine, acide flavaspidique), aspidinol, alcanes, hydrocarbures triterpéniques, lignines, huiles essentielles et résines.

Fougère mâle (Aspidium filix)

Fougère mâle (Aspidium filix)

Habitat

Cultivée dans les forêts ombragées et humides d’Europe et d’Amérique.



Parties utilisées

Rhizome et racine.

Propriétés et indications

Le rhizome de la fougère mâle contient, entre autres substances, de la phyllicine, capable de paralyser les muscles des vers solitaires et autres parasites intestinaux. De cette façon, le ver se détache des parois de l’intestin et devient paralysé. Il est alors nécessaire qu’un purgatif complète l’action, expulsant le ver. L’action vermifuge de la fougère mâle a été prouvée sur les types de parasites intestinaux suivants : toutes les espèces de ténias, botriocéphale, ankylostome duodénal.

Utilisation

5 grammes de rhizome et de poudre de racine sont pris le matin et 5 autres grammes le soir (pour les enfants, la moitié de la dose) ; environ 15 minutes plus tard, 2 cuillères à soupe d’un purgatif salin (sulfate de sodium ou de magnésium) doit être pris. L’utilisation d’huile de ricin n’est pas recommandée dans ce cas. Extrait éthérique (obtenu par Ether) : prendre 3-5 g de cet extrait de racine de fougère mâle pharmaceutiquement préparé à jeun, généralement en capsules de 0,5 g (6-10 capsules). Habituellement, ces capsules contiennent déjà une petite dose de purgatif, il n’est donc pas nécessaire de le prendre.

Emploi courant

Utilisée contre le tænia (vers solitaire)

Recette de remède à base de racine de fougère contre le tænia

  • 15 g de poudre de Kousso
  • 10 g de poudre de Fougère
  • 125 g d’eau
  • Faire une décoction à prendre 1 fois le matin, de 60 g de racine qu’on fait bouillir dans 750 g d’eau qu’on laisse réduire à 500 g. On purge ensuite avec de l’huile de ricin.

Toxicologie

L’extrait de fougère mâle est potentiellement toxique.

Précautions

AVERTISSEMENT : Ne jamais utiliser la fougère male, sous toute forme que ce soit, sans l’observation d’un médecin compétent. La toxicité et les effets indésirables de la plante sont trop nombreux et les risques sont potentiellement dangereux !

Lors de l’utilisation de la fougère mâle comme vermifuge, n’oubliez pas d’ingérer le purgatif, comme indiqué à la rubrique « utilisation ». Pendant toute la journée, lorsque vous prenez de la fougère mâle, aucune boisson alcoolisée ou huile ne peut être consommée. Ne pas dépasser la dose de 10 grammes d’extrait Dans les doses plus élevées produit des nausées, des vomissements et la diarrhée En cas d’intoxication par des doses très élevées également se produisent, la jaunisse, l’albuminurie, la faiblesse musculaire et des convulsions. L’utilisation de cette installation nécessite une commande optionnelle. Les personnes souffrant d’anémie, de gastrite, d’ulcère gastroduodénal ou de cardiopathies doivent s’abstenir d’utiliser la fougère mâle.

Références :

  • Bibliographie
  • Cao J, Xia X, Chen X, Xiao J, Wang Q. Characterization of flavonoids from Dryopteris erythrosora and evaluation of their antioxidant, anticancer and acetylcholinesterase inhibition activities. Food Chem Toxicol. 2013;51:242-250.2306359410.1016/j.fct.2012.09.039
  • Dryopteris filix-mas L. USDA, NRCS. 2015. The PLANTS Database (http://plants.usda.gov, 18 December 2015). National Plant Data Team, Greensboro, NC 27401-4901 USA.
  • Duke J, Bogenschutz-Godwin M, duCellier J, Duke P. Handbook of Medicinal Herbs. 2nd ed. Boca Raton, FL: CRC Press; 2002.
  • Franchi GG, Ferri S. Localization of the active principles of the male fern (Dryopteris filix-mas (L.) Schott.) by fluorescence microscopy. Pharmacol Res Commun. 1988;20(suppl 5):135-138.3247342
  • Gao C, Guo N, Li N, et al. Investigation of antibacterial activity of aspidin BB against Propionibacterium acnes[published online November 23, 2015]. Arch Dermatol Res.2659657610.1007/s00403-015-1603-x
  • Goodwin LG, Standen OD. Piperazine and male fern in expulsion of tapeworms. Br Med J. 1958;1(5063):133-134.13489333
  • Han X, Li Z, Li CY, Jia WN, Wang HT, Wang CH. Phytochemical constituents and biological activities of plants from the genus Dryopteris. Chem Biodivers. 2015;12(8):1131-1162.2626556710.1002/cbdv.201400157
  • Hargreaves T. The effect of male fern extract on biliary secretion. Br J Pharmacol Chemother. 1966;26(1):34-40.5950680
  • Huang YH, Zeng WM, Li GY, et al. Characterization of a new sesquiterpene and antifungal activities of chemical constituents from Dryopteris fragrans (L.) Schott. Molecules. 2014;19(1):507-513.2445124610.3390/molecules19010507
  • Jiang B, Chi C, Fu YW, Zhang QZ, Wang GX. In vivo anthelmintic effect of flavonol rhamnosides from Dryopteris crassirhizoma against Dactylogyrus intermedius in goldfish (Carassius auratus). Parasitol Res. 2013;112(12):4097-4104.2401334210.1007/s00436-013-3600-3
  • Kantemir I, Akder G, Tulunay O. Preliminary report on an unexpected effect of an extract from Dryopteris filix mas(author’s transl) [in German]. Arzneimittelforschung. 1976;26(2):261-262.947210
  • Khan IA, Abourashed EA. Leung’s Encyclopedia of Common Natural Ingredients Used in Food, Drugs, and Cosmetics. 3rd ed. Hoboken, NJ: Wiley; 2009.
  • Kwon DY, Kang OH, Choi JG, et al. Antibacterial effect of Dryopteris crassirhizoma against methicillin-resistant Staphylococcus aureus. Fitoterapia. 2007;78(6):430-433.17590531
  • Lee JS, Miyashiro H, Nakamura N, Hattori M. Two new triterpenes from the Rhizome of Dryopteris crassirhizoma, and inhibitory activities of its constituents on human immunodeficiency virus-1 protease. Chem Pharm Bull (Tokyo). 2008;56(5):711-714.18451564
  • Lu C, Zhang HY, Ji J, Wang GX. In vivo anthelmintic activity of Dryopteris crassirhizoma, Kochia scoparia, and Polygala tenuifolia against Dactylogyrus intermedius (Monogenea) in goldfish (Carassius auratus). Parasitol Res. 2012;110(3):1085-1090.2184238110.1007/s00436-011-2592-0
  • Magalhães LG, Kapadia GJ, da Silva Tonuci LR, et al. In vitro schistosomicidal effects of some phloroglucinol derivatives from Dryopteris species against Schistosoma mansoni adult worms. Parasitol Res. 2010;106(2):395-401.1989886910.1007/s00436-009-1674-8
  • Mazzio EA, Soliman KF. In vitro screening for the tumoricidal properties of international medicinal herbs. Phytother Res. 2009;23(3):385-398.1884425610.1002/ptr.2636
  • Mello EB, Vilela MP, Maugé GC, Malheiro DM. Oral treatment of human taeniasis by ethereal extract of male-fern (aspidium) preceded by the administration of hypertonic solution of magnesium sulphate. Zentralbl Bakteriol Orig A. 1978;241(3):384-387.569412
  • Step E. Wayside and Woodland Blossoms: A Pocket Guide to British Wild Flowers for the Country Rambler. London, England: Warne; 1905.
  • Sun Y, Mu F, Li C, et al. Aspidin BB, a phloroglucinol derivative, induces cell cycle arrest and apoptosis in human ovarian HO-8910 cells. Chem Biol Interact. 2013;204(2):88-97.2362850810.1016/j.cbi.2013.04.008
  • Xie Y, Zheng Y, Dai X, Wang Q, Cao J, Xiao J. Seasonal dynamics of total flavonoid contents and antioxidant activity of Dryopteris erythrosora. Food Chem. 2015;186:113-118.2597679910.1016/j.foodchem.2014.05.024
  • Zhang Y, Luo M, Zu Y, et al. Dryofragin, a phloroglucinol derivative, induces apoptosis in human breast cancer MCF-7 cells through ROS-mediated mitochondrial pathway. Chem Biol Interact. 2012;199(2):129-136.2279632310.1016/j.cbi.2012.06.007
  • Zhao DD, Zhao QS, Liu L, et al. Compounds from Dryopteris fragrans (L.) Schott with cytotoxic activity. Molecules. 2014;19(3):3345-3355.2464703510.3390/molecules19033345

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !


Ne Ratez Pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.