Mercuriale

0 Commentaires | 30/10/2013

Mercuriale - Mercurialis annua

Mercuriale – Mercurialis annua

Euphorbiacées – Foirolle, Foirelle, Foirette, Caquenlit, Foiraude, Cagarelo (Marseille).

Mercuriale (Mercurialis annua)

Mercuriale (Mercurialis annua)

 

Description

Le mercuriale est une herbe très commune parmi les déchets que l’homme laisse derrière lui. Selon la quantité et la qualité des déchets qu’elle trouve, elle peut pousser jusqu’à 1 mètre. Elle a une tige angulaire, carrée et, si le terrain le permet, très ramifiée.

Les feuilles sont disposées par paires, deux dans chaque noeud, minces et brillantes ; elles ont un contour entre ovale et lancéolé et sont soutenues par un long coin. Elle est élevée au pied des murs et au bord des routes, généralement dans des endroits ombragés presque partout dans le pays – surtout dans les zones traversées par l’homme, pour la quantité de déchets qui sont toujours jetés.

Floraison

La floraison de cette herbe a lieu toute l’année, principalement de l’automne au printemps. Les parties aériennes sont celles qui présentent un intérêt médicinal, aussi bien fraîches que séchées, mais si vous procédez au séchage, n’oubliez pas de le faire à l’ombre ou au sèche-linge, à des températures peu élevées.

Contient des tanins, de petites quantités d’alcaloïdes, des sels de potassium et divers hétérosides. Des quantités minimes d’essence, de principe amer, de matière colorante, de graisse et de composés aminés tels que la triméthylamine ont également été trouvées. Enfin, dans toutes les parties organiques de l’herbe se trouve une substance appelée hermidine, dans laquelle un pigment bleu apparaît après séchage.



C’est une plante très active comme laxatif-purge et en même temps très peu connue en profondeur. Pour obtenir ses effets elles doivent être prises crues, parce que si vous faites cuire les ingrédients actifs sont détruits. Mais lorsqu’ils sont pris crus, les effets secondaires sont franchement désagréables.

Bien que l’herbe ait été utilisée et soit encore utilisée aujourd’hui, l’arsenal thérapeutique de n’importe quel pays possède des remèdes tout aussi efficaces et porteurs de moins d’effets secondaires, de sorte que son utilisation est limitée aux cas où il n’existe aucun autre remède.

En France nous avons une préparation à base de cette plante, qui semble fonctionner, mais cela ne vaut pas la peine de s’y attarder, car sa préparation n’est pas facile et pourrait entraîner des erreurs. (Il faut se rappeler qu’elle doit être manipulée avec le plus grand soin et que c’est le médecin qui doit être consulté pour savoir s’il doit ou non prendre un remède).

Décoction : Faire bouillir pendant cinq minutes 2 g. de feuilles séchées dans un demi-litre d’eau ; filtrer, sucrer et prendre de petites gorgées. Dans certains traités, il est assuré que la plante séchée n’a pas d’effet.

Cataplasme : Pour couper le flux de lait chez les femmes, une poignée de feuilles fraîches sont prises, écrasées et placées sur une gaze, puis placées sur le sein.

Recette de Miel de Mercuriale

– 125 g de Mercuriale sèche
– 200 g d’eau distillée
– 1000 g de Miel
Faire infuser la mercuriale dans l’eau, ajouter le miel et faire réduire en sirop. A prendre à la dose de 75 g par jour.

Recette de Sirop de longue vie

– 1500 g de miel blanc
– 500 g de suc de feuilles de Mercuriale
– 60 g de suc de Bourrache
Mêler dans une bassine et passer, puis y ajouter 250 g de vin blanc dans lequel on a fait macérer 8 g de racines de gentiane pendant 24 heures.
Prendre à la dose d’une cuillère à soupe à jeun, dans 1 verre d’eau tiède.

Références : Bibliographie

 


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.