L’argile, véritable miracle de la nature !

0 Commentaires | avril 21, 2013

Argile traitements naturels

Ce n’est pas par hasard, si l’argile est utilisée depuis les temps les plus reculés, de par sa composition d’eau et d’air, elle présente des atouts considérables. Elle associe les propriétés vitales des éléments naturels sans pareil.
À toutes les époques et dans toutes les cultures, l’argile était abondamment utilisée. Et cela jusqu’au XXè siècle, avant l’arrivée des géants de la chimie et de l’industrie pharmaceutique.
Argile blanche, rouge, verte, rose, bleue ou grise en fonction des éléments qui la compose. L’argile ou les argiles, sont des silicates d’alumine hydratés ou se sont imbriqués des éléments minéraux extérieurs. Ce sont ces derniers qui donnent ces différences de couleurs aux argiles. Une des caractéristiques commune est leur texture fibreuse conféré par les silicates d’alumine.
Riches en silice, elles peuvent être classées en diverses familles en fonction de leur structure et des minéraux qu’elles contiennent. On pourrait simplifier en les classant en trois grandes familles argileuses :



• Les argiles riches en alumine

Constituées en partie de kaolinite blanche et de montmorillonite-beidellite de couleur grise ou verte et d’illites très appréciées en poterie…

• Les argiles riches en fer

La nontronite et la glauconite très usités dans l’industrie pétrolière.

• Les argiles riches en magnésium

Certainement la plus grande famille d’argile qui regroupe l’antigorite, la saponite (industrie pétrolière), l’attapulgite (industrie pharmaceutique), et le talc.




Bien choisir son argile

Au regard de cette grande diversité, la première question que l’on se pose est : Mais quelle argile utiliser ?
Point très important avant toute chose, veiller à sa qualité, il faut absolument qu’elle soit d’une pureté irréprochable, d’extraction récente et surtout séchée naturellement au soleil. Cette méthode charge l’argile de l’énergie que profère les rayons du soleil et augmente ses propriétés régénératrices.
Refusez les argiles de mauvaise qualité séchées au four, demandez conseil à un spécialiste des produits naturels.

À chaque cas son argile…

L’argile montmorillonite (verte, grise, bleue ou blanche) est sans conteste “la star” des argiles. Elle est très très chargée en magnésie, est riche en silice, contient des phosphates, de la potasse, de l’oxyde de magnésium, de l’oxyde de fer, de l’oxyde de manganèse, de l’oxyde d’aluminium et de la soude…
C’est l’argile la plus largement utilisée, de toutes les autres argiles vertes, c’est celle qui à le plus de points forts. On peux l’utiliser dans de très nombreux cas pour ses propriétés absorbantes, reminéralisantes, désintoxiquantes
Elle peut être administrée par voie interne ou externe. Vous la trouverez aussi sous le nom de “terre de Sommières” lorsqu’il s’agira de l’entretien des tissus ou du cuir.
De couleur beige, faisant partie de la famille des argiles vertes, différente mais avec pratiquement les mêmes vertus, l’argile ludos est une bonne alternative.

L’argile kaolinite, (blanche) peut être utilisée pour lutter efficacement contre la constipation et une intoxication alimentaire, elle est aussi idéale pour un traitement anti-bactérien, anti-inflammatoire et cicatrisant, pansement idéal pour les brûlures d’estomac ou intestinales.

L’argile illite, (verte, rouge, blanche) très calcique, avec un fort pouvoir d’absorption est idéale utilisée en épais cataplasmes sur des contusions.

L’argile attapulgite, (verte, rouge, blanche) à elle aussi un fort pouvoir absorbant, utilisée pour les pansements gastriques, traiter les ulcères d’estomac.

Utilisation de l’argile par voie interne (lait d’argile)

comment faire son lait d'argile

Comment préparer le lait d’argile ?

  • Verser 1 cuil. à café d’argile dans un verre avec de l’eau de source
  • Mélangez bien avec une cuillère ou spatule en bois et laisser reposer (au soleil si possible pour qu’elle se charge encore plus d’effet ionisant).
  • Quand l’argile est déposée au fond du verre, vous pouvez boire le lait d’argile.

Au début, vu l’effet surpuissant de l’argile, buvez juste le lait, quand votre corps sera habitué vous pourrez mélanger le fond et boire tout le mélange. Pour une première cure le mieux est d’en prendre un verre le matin pendant 3 semaines et puis d’arrêter une semaine.

Après le mieux est de faire une cure une semaine sur deux. Attention il ne faut jamais arrêter une cure argileuse, quand l’argile commence à nettoyer l’organisme, il faut aller au bout du traitement pour ne pas perdre tous les effets.

Vous pourrez au début de la cure avoir l’impression que votre mal s’aggrave, c’est que l’argile commence à agir il faut surtout continuer. Non seulement l’argile va soigner le mal pour lequel vous la prenez, mais va aussi purifier tout votre organisme.

Avant de commencer une cure, demandez toujours conseil à votre médecin, car l’argile peut réduire ou annuler les effet des médicaments.

Cataplasmes d’argile, comment procéder ?

L’argile préalablement séchée (au soleil ou dans un endroit chaud et aéré) si elle est humide, puis concassée si elle est en blocs, sera mise telle quelle dans un récipient (de terre cuite, en émail, en verre mais jamais en métal nu, sauf acier inoxydable ; ni en matière plastique si elle doit y séjourner) ; la couvrir d’eau froide non bouillie et laisser reposer quelques heures.

Au contact de l’eau, l’argile se désagrège et forme une bouillie qui doit avoir l’aspect d’un mortier assez compact. Si ce mortier est trop clair, ajouter un peu d’argile en poudre pour l’épaissir.

Sur une serviette ou un morceau de forte toile étaler une couche uniforme de un à deux centimètres d’argile, au moyen d’une spatule en bois.
Appliquer l’argile en contact direct avec la peau ou la plaie et laisser en place de une à trois heures, selon le cas. Ne mettre une mousseline intercalaire qu’en cas de nécessité (endroit velu etc…).

Après chaque application, laver l’emplacement avec de l’eau fraîche ou tiède, non bouillie, mais salée ou citronnée s’il s’agit d’une plaie.
L’argile ne sert qu’une fois, la jeter après usage.

Dans la plupart des cas, l’argile s’applique froide, mais il est parfois préférable de la tiédir, surtout au début des applications. Placer le cataplasme sur le couvercle retourné d’une casserole contenant de l’eau chaude, sur un radiateur de chauffage central… ou mieux, faire chauffer d’avance l’argile en pâte dans une bassine contenant de l’eau et mettre le tout à chauffer.

Le cataplasme est laissé en place 2 heures ou plus. On peut même le garder toute la nuit, tant qu’il ne détermine aucune sensation anormale ou désagréable (accroissement de la douleur, énervement, refroidissement interne ou chaleur excessive…).

Il est préférable de commencer par des cataplasmes très minces (1 cm à peine), laissés en place une heure et demie seulement, afin d’habituer progressivement l’organisme à supporter l’argile, en évitant de provoquer des réactions trop énergiques.

On peut prévoir des séries d’applications quotidiennes de trois semaines par mois. Dans certains cas, le traitement peut durer plusieurs mois. ne pas hésiter à l’interrompre si l’organisme donne des signes de fatigue ; quitte à le reprendre dès le retour des forces. Souvent c’est le contraire, l’argile contribuant à la reconstitution des réserves vitales. Alors les applications peuvent être poursuivies, sans aucune pause.

A part les périodes de crises aiguës, il suffit souvent d’un cataplasme chaque soir. Lequel pourra être gardé toute la nuit s’il ne provoque aucune sensation anormale.
A l’intérieur, l’argile absorbe les impuretés et en active l’élimination ; favorisant les fonctions, notamment celles présidant aux assimilations, elles est donc un facteur de régénération de l’organisme. Elle aide alors celui-ci à rétablir des fonctions normales et à reconstituer les parties lésées.

> Tous les remèdes de grands-mères utilisant l’argile



Ne Ratez Pas…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *