Bain dérivatif : Qu’est-ce-que c’est et comment le faire ?

Par : | 0 Commentaires | Le : 08/11/2018

2018-11-08 Remèdes de Grand-Mère

Les bains dérivatifs : une méthode naturelle pour détoxifier l’organisme

Les bains dérivatifs sont une pratique simple et peu coûteuse qui peut être utilisée pour détoxifier l’organisme de toutes ces substances et déchets accumulés qui, à long terme, causent l’apparition de troubles et de maladies.


Le bain dérivatif est une compétence animale

C’est aussi archaïque pour ce qui nous concerne, car chez les animaux, l’instinct de rafraîchir le sexe dans des conditions précises, comme le font les chiens et les chats, a toujours été présent à nos yeux chaque jour. Comme les animaux qui nous entourent, nous avons dû savoir une fois, il y a longtemps, comment soulager notre corps en baignant le sexe dans l’eau froide… intelligemment. La meilleure preuve en est que cette pratique existe toujours, même en Europe, mais quelle raison tabou nous empêche-t-elle souvent d’en parler ?

Le bain dérivatif – qui consiste à refroidir exclusivement le sexe dans des conditions précises (voir plus bas) – est connu depuis des millénaires. Il est susceptible de faire partie de notre “matériel de survie” au début du monde, si l’on se réfère aux animaux qui le pratiquent essentiellement lorsqu’ils sont malades, blessés ou trop bien nourris dans nos foyers, comme c’est souvent le cas des animaux domestiques.

En Chine, le pays de l’acupuncture, on sait que l’extrémité du pénis chez l’homme et les grandes lèvres chez la femme sont les parties les plus réactives du corps.

Le bain dérivatif, comme son nom l’indique, fait – comme son nom l’indique – dériver et voyager les substances, les matériaux, les molécules que nous avons en excès dans notre corps, celles qui ne se transforment pas en muscles, sang, os. Afin de les éliminer.

à lire aussi : les bienfaits du brossage à sec de la peau

Le bain dérivatif semble donc ramener lentement ces excédents inutiles là où ils étaient au début, dans l’intestin, afin de les évacuer du corps. Cela peut sembler une méthode de résolution trop simple, trop facile à dire, car dans cette définition il y a quelque chose de presque miraculeux à nos yeux. Nous serions tentés de répondre : de qui vous moquez-vous ! Quelles preuves avez-vous ? La recherche scientifique et médicale est si avancée aujourd’hui qu’il nous est difficile de comprendre et d’accepter une pratique aussi simple comme quelque chose d’efficace et d’utile.


Il est devenu très difficile de comprendre qu’il n’est pas nécessaire de “payer” pour obtenir un bon résultat. C’est presque choquant. Il convient de souligner qu’il ne s’agit que d’une question de bien-être et non de traitement médical ou de guérison ; ce sont les fonctions du médecin.

comment faire un bain derivatif

Une éponge et beaucoup d’eau fraîche (pas trop froide), la procédure est très simple.

  • La zone de l’aine (des deux côtés) doit être refroidie pendant au moins 10 minutes avec un léger frottement de l’aine vers l’anus, puis de haut en bas.

On l’appelle “bain” parce que dans le passé, il se faisait avec de l’eau dans un bain. On s’est alors rendu compte que l’élément le plus efficace est le froid, et il a donc été créé un sorte de poche de gel réfrigérante aussi connue sous le nom de Yokool ou gel bottom, qui s’est avérée être une alternative valable mais moins efficace au bain dérivé traditionnel.

Les choses très importantes à considérer pendant cette pratique

Garder le reste du corps au chaud (surtout les pieds) et prendre des bains dérivatifs loins des repas. Pour le reste, il n’y a pas d’avertissement majeur sauf à ne pas utiliser cette méthode de détoxication si vous avez peu d’énergie vitale, par exemple en cas de maladies graves, de chirurgie récente ou si vous êtes en surpoids.

Grâce à la friction et au refroidissement des zones intimes qui en résulte, le bain dérivatif aide à réactiver la circulation, le système lymphatique et digestif, aidant ainsi l’organisme à éliminer les toxines. Pour avoir un effet durable et optimal, il est nécessaire de consacrer du temps aux bains dérivatifs tous les jours, en augmentant progressivement la durée du traitement (qui dépend toutefois de l’âge et du poids de la personne qui l’effectue), d’éviter de prendre une douche ou un bain immédiatement après, en prenant soin de garder votre température corporelle suffisamment chaude afin de créer un contraste avec la zone de friction.

Les bains dérivatifs sont des remèdes naturels utilisés en particulier dans les cas de :

  • Insomnie
  • Allergies
  • Acné
  • Asthme
  • Douleur dans le dos, le cou et les dents
  • Cellulite
  • Hémorroïdes
  • Herpès
  • Excavations douloureuses
  • Constipation
  • Céphalées
  • Dépendance aux drogues ou aux nerfs
  • Stabilisation du poids
  • Perte de cheveux

Beaucoup de gens ont expérimenté cette méthode avec succès, essayez vous aussi 😉

Certes, au vu des résultats obtenus, il serait dans l’intérêt de tous que la Médecine s’occupe des bains dérivatifs, tout comme elle s’intéresse de plus en plus à l’allaitement maternel qui, comme les bains dérivatifs, est efficace, facile – il est le plus répandu dans le monde – et gratuit.

Nous devons apprendre à lire les signaux, à écouter les appels de notre corps. Ne plus considérer les signes du vieillissement qui semblaient trop précoces comme des décès dus à l’âge. Parce que ce n’est pas l’âge qui fait grossir, ce n’est pas l’âge qui fait blanchir les cheveux trop tôt, ce n’est pas l’âge qui fait vieillir prématurément la peau, ce n’est pas l’âge qui fait mal au dos…

Ce sont simplement les surcharges stockées dans notre corps qui ralentissent notre activité, qui vous empêchent de profiter correctement de notre alimentation.

Après avoir consulté le médecin, après qu’il vous ait examiné et analysé en profondeur et vous ait dit que vous n’avez rien de spécial, que “c’est l’âge”, prenez votre gant en éponge et consacrez-vous au bain dérivatif. Plus il y a de gens qui pratiquent ces bains, plus ils sont susceptibles de voir un médecin faire sa thèse sur le sujet. Déjà certains médecins observent, sont intéressés et parfois savent. Certaines personnes acceptent immédiatement de l’essayer sur elles-mêmes, mais croient qu’il n’y a “personne parmi leurs patients à qui elles oseraient parler du bain dérivatif”.

On peut espérer que dans quelques années les bains dérivatifs seront largement étudiés par la Médecine. Et peut-être qu’un jour le docteur pourra nous guider.

Références :

  • Le Bain Dérivatif Cent Ans Après Louis Kuhne – Ed. du Rocher, Mars 2000
  • Les Bains dérivatifs. La méthode – France Guillain. Ed. du Rocher 2015.
  • Le Bain dérivatif ou D-CoolinWay. Éd. du Rocher 2000, mis à jour en 2009. Le Bain dérivatif, cent ans après Louis Kuhne. Les découvertes faites sur le Bain dérivatif depuis 20 ans, d’autres témoignages actuels.

Ne ratez plus un seul remède !

Recevez directement dans votre boite aux lettre, les derniers remèdes de grand-mère ou les remèdes de saison. Remplissez ce (petit) formulaire et c'est parti !

Tous les Remèdes :
Ce remède est noté

(4.7 / 5)

4.7 5 3
Votez pour ce Remède

3 personne(s) ont Voté

Remèdes Relatifs :
  • jus de chou vert pour guérir les ulcères à l'estomac

    Comment traiter naturellement un ulcère duodénal ?

  • bronches

    Comment purifier les poumons et les bronches

  • intertrigo soins naturels

    Soins naturels pour stopper l’intertrigo

  • spectre des TROUBLES DE L'AUTISME

    Traiter les troubles du spectre de l’autisme (TSA) avec les germes de broccoli

  • ventre gonflé par l'ascite

    6 façons naturelles de gérer les symptômes de l’ascite



Ces Remèdes Pourraient vous Intéresser…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.