Armoise

0 Commentaires | 01/08/2013

Armoise :Artemisia vulgaris

Armoise – Artemisia vulgaris

Composée – Herbe de St-jean, Couronne de St-jean, Remise, Artémise, Herbe de feu, Tabac de St-Pierre, Herbe Royale, Ormoise, Herbe à cent goûts.

Armoise (Artemisia vulgaris) By Francisco Manuel Blanco (O.S.A.) [Public domain], via Wikimedia Commons

Armoise (Artemisia vulgaris)

Description

L’armoise est une plante tubuliflore, considérée comme une espèce d’absinthe, non seulement morphologiquement mais aussi pour ses propriétés médicinales. Elle a une couche épaisse et un pédoncule roulé, angulaire, avec des stries, avec ou sans poils et plutôt roux. Les feuilles sont vert foncé sur la face supérieure et blanchâtres sur le dos. La plante est cultivée sur les haies et les pentes ; elle aime pousser dans les décombres et comme les mauvaises herbes sur les pelouses. Elle est considérée comme l’une des plus anciennes plantes médicinales au monde.

Propriétés

L’armoise fleurit en été. D’intérêt pharmacologique sont les extrémités florales, ainsi que les feuilles. Une fois les pièces utiles recueillies, elles sont séchées à l’air ou dans un séchoir.

Selon plusieurs études, la plante est particulièrement riche en une huile essentielle composée principalement d’eucalyptol et de thuyone. On trouve aussi des résines, du mucilage et de petites quantités d’adénine et de choline dans les parties herbacées. Les feuilles contiennent également des vitamines A, B et C. En général, la plante a des propriétés toniques et apéritives, semblables à celles de l’absinthe ; elle a aussi la faculté de provoquer et de réguler les règles.

Les femmes de la Grèce antique connaissaient bien les vertus de cette herbe et son utilisation était largement répandue en tant qu’activateur de menstruation, pendant de nombreuses années lui a été attribué des propriétés abortives. Cette plante est particulièrement indiquée dans les cas d’anorexie, de digestions lentes et de menstruations abondantes et irrégulières ou d’absence de menstruations.

Son action est un peu plus faible que celle d’autres plantes de la famille, mais ce n’est pas une plante continue et à des doses supérieures à celles indiquées peut provoquer des troubles nerveux et même des convulsions, surtout chez les enfants. Ces effets indésirables sont dus à la thuyone, une substance présente dans l’essence.



Elle doit également être évitée chez les femmes enceintes, car bien qu’il ne soit pas clair qu’elle puisse provoquer un avortement, elle peut interférer négativement dans le développement du nouvel être.

Enfin, il faut mentionner son action désinfectante du tube digestif, ainsi que son action antiparasitaire en général, bien que ce ne soit pas l’action principale de la plante, il faut se rappeler que la plante est toxique à fortes doses. Le pollen d’armoise peut provoquer des allergies et son utilisation n’est pas recommandée chez les femmes enceintes.

Infusion : 30 g de feuilles et de fleurs séchées sont ajoutés à 1 litre d’eau bouillante ; sucrer avec du sucre ou du miel et boire une tasse de l’infusion le matin. Cette forme d’administration est particulièrement recommandée pour les femmes ayant des menstruations difficiles, car elle doit commencer son administration 5-6 jours avant le début des règles.

Poudre : Une petite quantité de poudre est mélangée de la plante en double quantité de sucre. A prendre 4 fois par jour.

En pharmacie, vous pouvez trouver, en plus de la plante coupée, des comprimés transformés, des extraits de plantes et des présentations composites ainsi que d’autres plantes.

Utilisations principales

Règles douloureuses ou insuffisantes : Infusion : 10 à 15 g de fleurs séchées par litre. Infuser 15 minutes. 3 tasses par jour, entre les repas. Commencer 10 jours avant le début des règles.

Vers : Vin : 50 g de sommités fleuries macérées pendant 30 jours dans 1 litre de vin, filtrer. Prendre un petit verre avant chaque repas.

PRÉCAUTIONS

  • A dose élevée, peut provoquer de graves intoxications, parfois mortelles.
  • Vivement déconseillée chez la femme enceinte, allaitante ou pendant la grossesse (sous avis médical).

Sources :

 


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.