Maïs

0 Commentaires | 23/09/2013

Maïs - Zea mays

Maïs – Zea mays

Graminées – Blé de Turquie, Blé de Rome

Maïs (Zea mays)

Maïs (Zea mays)

 

Description

Le maïs était la nourriture de base de nombreux colons précolombiens du continent américain. Il était cultivé, du sud de ce qui est aujourd’hui les États-Unis, au Pérou et en Bolivie, par des peaux rouges, des Aztèques, des Mayas et des Incas. Au Mexique, des restes de maïs ont été trouvés dans des sites préhistoriques il y a plus de 4 000 ans.

Plante annuelle de la famille des Graminées, avec des fleurs mâles et femelles séparées. Ces derniers sont regroupés en pointes, qui finissent par se transformer en épi. De chacune des fleurs femelles en épi, un style d’environ 20 cm de long émerge. Tous les styles forment ensemble les cheveux ou la barbe du maïs. Les fruits sont les grains de maïs.

Habitat

Originaire du Mexique et d’Amérique centrale, mais cultivé dans le monde entier comme nourriture et fourrage. Elle n’existe plus en tant que plante sauvage.

Parties utilisées

Fruits, et styles, mal appelés stigmates.



Propriétés et indications

Le grain de maïs contient des glucides ou des glucides (70-77%), des protéines (7’%-10%) et des graisses (3%-5%), ainsi que des minéraux et oligo-éléments (surtout du fluor). Sa protéine est plus complète qu’on ne le pensait auparavant, bien qu’un peu plus faible que celle du blé et beaucoup moins complète que celle du soja. Cependant, comme le riz, il se distingue par son manque de gluten, une substance protéique qui peut provoquer une réaction inflammatoire dans la muqueuse intestinale, une maladie connue sous le nom de maladie coeliaque. Ce sont les applications du grain de maïs :

Emollient et protecteur de la muqueuse intestinale : le maïs et sa farine, grâce à leur absence totale de gluten, sont très utiles pour les personnes souffrant de la maladie coeliaque, et en général, pour les enfants qui souffrent de malabsorption intestinale ou de diarrhées chroniques. Actuellement, dans le cas des nourrissons, il est recommandé de commencer le régime de transition, du lait seul à celui qui contient de la farine de céréales, avec du porridge de maïs ou de riz qui, en l’absence de gluten, sont mieux tolérés que le blé, l’orge ou le seigle, s’ils le contiennent.

Ralentissement du métabolisme : le maïs ralentit l’activité de la glande thyroïde, et donc le métabolisme. Il est recommandé à l’hyperthyroïdie et à la convalescence, à l’anémie et à la malnutrition, comme réparateur. Il est utile dans les régimes d’engraissement.

Cependant, il faut noter que la protéine de maïs, appelée zéine, est pauvre en lysine et en tryptophane, deux acides aminés essentiels, ainsi qu’en niacine, un facteur vitaminique. Par conséquent, les personnes qui ne mangent que du maïs ont tendance à souffrir de carences nutritionnelles, ce qui peut causer des maladies comme la pellagre. D’autre part, le maïs associé à d’autres céréales, aux légumineuses ou au lait, c’est-à-dire comme composant supplémentaire d’une alimentation variée, est un aliment très nutritif qui contribue à satisfaire les besoins en protéines de l’alimentation.

Réduction du cholestérol : l’huile extraite du germe de maïs est très riche en acides gras insaturés, elle convient donc à ceux qui ont un excès de cholestérol dans le sang.

En externe, la farine de maïs est appliquée en cataplasmes chauds sur les reins en cas de colique néphrétique, ainsi que sur la vessie en cas de cystite. Leur effet est renforcé si elles sont utilisées en conjonction avec l’infusion de styles.

Les styles ou stigmates du maïs, qui forment ses beaux cheveux, sont en fait de fins conduits qui se déversent dans l’ovaire de ses fleurs. A travers eux, les grains de pollen qui les fertilisent pénètrent. Ils sont riches en potassium et en flavonoïdes, qui leur confèrent une action diurétique, contiennent de l’allantoïne, qui en fait des sédatifs et des anti-inflammatoires, mais aussi des tanins et des stéroïdes. Son action diurétique et dépurative est intense et très bien tolérée, sans irriter les reins ni provoquer de décompensation dans l’équilibre électrolytique du sang. Ils peuvent être pris sur de longues périodes de temps. Ils sont très indiqués dans les cas suivants :

Troubles circulatoires : œdème (rétention d’eau), jambes enflées (même pendant la grossesse), problèmes cardiaques, hypertension artérielle, excès de sel dans l’alimentation.

La lithiase rénale, qu’elle soit due à des calculs uriques, de phosphate ou d’oxalate ; les choliques rénaux, pour son action sédative et anti-inflammatoire.

Inflammation des reins (néphrite), vessie (cystite), albumine dans l’urine (néphrose).

La goutte (excès d’acide urique), l’arthrite, l’œdème sous-palpébral (poches sous les yeux) et chaque fois que vous voulez éliminer les toxines excédentaires accumulées dans le sang (par exemple, après avoir passé une grippe).

Utilisation

Le maïs et sa farine sont pris sous une multitude de formes et de plats comme un aliment de plus. En infusion de styles, 30 grammes par litre d’eau ; il se prend chaud ou froid, le matin ou l’après-midi, mais pas le soir, à raison de 3 à 5 tasses par jour. L’huile est obtenue à partir du germe du grain de maïs ; elle est utilisée comme toute autre huile de cuisson, de préférence brute.
À l’extérieur, dans les cataplasmes de farine de maïs qui sont appliqués à chaud sur les reins ou la vessie.

Emploi

Infusion à la dose de 20 g de stigmates par litre d’eau, comme diurétique dans le catarrhe vésical. Sirop de maïs : 30 g d’extrait pour 1 kilo de sirop de sucre. Prendre 8 cuillères par jour.

Références : Bibliographie

 


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.