Nénuphar blanc

0 Commentaires | 07/01/2014

Nénuphar blanc - Nymphea alba

Nénuphar blanc – Nymphea alba

Nympheacées – Lis des étangs.

Nénuphar (Nymphea alba)

Nénuphar (Nymphea alba)

 

Description

Plante vivace qui vit dans des zones où il y a assez d’eau, mais pas très profonde ; il est également important pour son développement que cette eau soit immobile ou se déplace très lentement, comme c’est le cas dans les étangs et les eaux calmes.

Il possède un rhizome rampant qui maintient la plante ancrée dans le sol, d’où l’impossibilité de son développement en eau profonde, car la tige doit être suffisamment longue pour que ses grandes feuilles et fleurs restent au-dessus de la surface de l’eau.

Nous pouvons trouver les organes reproducteurs de cette plante à partir du mois de juin, quand elle donne naissance à de grandes fleurs qui peuvent atteindre douze centimètres de diamètre, présente une couleur entre le blanc et le rose, a un calice de quatre sépales de forme allongée et de couleur verte, la corolle a environ vingt pétales, les extérieurs sont plus longs et plus larges que le calice, devenant plus étroit quand on entre dans le noyau de la fleur, où on trouve les étamines – en grande quantité – et le pistil. Le fruit est arrondi, de trois centimètres de diamètre. Dans sa partie interne, on peut observer les signes laissés par les étamines et les pétales quand ils se détachent. La racine peut être récoltée à l’automne en la tirant vers le haut et en l’asséchant à la lumière.

Propriétés

Il a une substance appelée nymphaline qui fournit une certaine activité numérique, mais qui n’a pas été étudiée de manière exhaustive parce qu’elle a été utilisée comme plante ornementale, les seules données disponibles aujourd’hui sont celles qui nous viennent des coutumes et traditions populaires. Il a été utilisé principalement comme un antiaphrodisiaque – données qui aujourd’hui ne sont pas prouvées – pouvant produire cet effet tant par la propre activité de la plante en elle-même que par un comportement assez commun lors de la prise de tout produit de type prétendument médicinal, dit effet placebo. La racine a été utilisée pour prévenir l’écoulement cœliaque et dysentérique, agissant comme un anti-inflammatoire de la rate. En application topique, son activité est bonne pour la teigne.



Infusion : Cinq grammes de fleurs nenufar séchées sont ajoutés à un litre d’eau, ce qui leur permet d’infuser pendant dix minutes ; on peut les prendre tout au long de la journée en une quantité de trois tasses et ajouter une certaine quantité de sucre si désiré pour améliorer le goût.

Poudre de racine : Son utilisation est efficace pour préparer des lotions et onguents à appliquer sur les zones affectées par la teigne.

Références : Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.