Pariétaire

0 Commentaires | 16/01/2014

Pariétaire - Pariétaria officinalis

Pariétaire – Pariétaria officinalis

Urticées – Perce-muraille, Aumure, Casse-pierre, Herbe de Notre-Dame.

Pariétaire (Pariétaria officinales)

Pariétaire (Pariétaria officinales)

 

Description

C’est une plante dont l’habitat le plus favorable est formé par les murs auxquels elle se joint par les fissures que ceux-ci présentent. Dans des terrains appropriés, elle peut atteindre deux mètres de haut, avec un sol bien tassé et dans des zones ombragées.

Mais lorsque les conditions ne sont pas aussi favorables qu’elles le devraient, sa hauteur est réduite à cinquante centimètres. Ses feuilles sont ovoïdes, vert vif dans la zone de la poutre et mat ou vert mat dans la zone de l’enveloppe ; elles sont attachées à la tige par une tige de longueur moyenne, qui fait la moitié de la taille de la feuille elle-même. Les nervures de celui-ci s’observent visiblement, tant dans la poutre que dans les extrémités.

Floraison

Elle fleurit pendant la majeure partie de l’année, selon la région où elle se développe. Les fleurs, en tout cas, sont de petite taille, avec une couleur légèrement rougeâtre. Elles naissent attachés aux aisselles des feuilles supérieures. Les fruits sont petits, avec une seule graine à l’intérieur.

Propriétés

La pariétaire contient des sels de potassium et des flavonoïdes tels que le kampférol, qui exerce une action diurétique très marquée. On trouve également des substances amères et des tanins, qui confèrent une action émolliente, cholagogue, vulnérable et anti-rhumatismale, de sorte qu’elle est utilisée en externe pour soulager les brûlures et contusions. Administrée par voie orale, elle aide dans les affections des voies urinaires les plus fréquentes, comme la lithiase, la cystite, la pyélonéphrite et l’oligurie. Elle est également utilisée pour son action cholagogue dans les dyskinésies biliaires et la cholélithiase.



Infusion : Vingt grammes des parties aériennes de cette plante sont ajoutés à un litre d’eau bouillie, en la laissant en contact pendant douze minutes ; après ce temps, le tout est filtré, obtenant ainsi un liquide dans lequel on peut boire une tasse après les repas principaux du jour.

Jus de la plante fraîche : Obtenu par l’expression des parties aériennes de la pariétaire dans un mortier de porcelaine, auquel on ajoute un cinquième du poids de la plante aquatique, améliorant ainsi son extraction. Le liquide obtenu après cette opération peut être dilué dans une proportion de cinq grammes avec 200 millilitres d’eau, à appliquer sous forme de lavages et de compresses sur brûlures et contusions.

Sirop : On prépare un sirop simple auquel on ajoute 10% d’extrait de cette plante. Ce sirop peut être administré avec une cuillère à soupe après les repas principaux de la journée.

Références : Bibliographie


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.