Pariétaire - Pariétaria officinalis

Pariétaire – Pariétaria officinalis

Urticées – Perce-muraille, Aumure, Casse-pierre, Herbe de Notre-Dame.

PUBLICITÉ

Description

C’est une plante dont l’habitat le plus favorable est formé par les murs auxquels elle se joint par les fissures que ceux-ci présentent. Dans des terrains appropriés, elle peut atteindre deux mètres de haut, avec un sol bien tassé et dans des zones ombragées.

Mais lorsque les conditions ne sont pas aussi favorables qu’elles le devraient, sa hauteur est réduite à cinquante centimètres. Ses feuilles sont ovoïdes, vert vif dans la zone de la poutre et mat ou vert mat dans la zone de l’enveloppe ; elles sont attachées à la tige par une tige de longueur moyenne, qui fait la moitié de la taille de la feuille elle-même. Les nervures de celui-ci s’observent visiblement, tant dans la poutre que dans les extrémités.

Floraison

Elle fleurit pendant la majeure partie de l’année, selon la région où elle se développe. Les fleurs, en tout cas, sont de petite taille, avec une couleur légèrement rougeâtre. Elles naissent attachés aux aisselles des feuilles supérieures. Les fruits sont petits, avec une seule graine à l’intérieur.

PUBLICITÉ
Pariétaire (Pariétaria officinales)
Pariétaire (Pariétaria officinales)

Propriétés

La pariétaire contient des sels de potassium et des flavonoïdes tels que le kampférol, qui exerce une action diurétique très marquée. On trouve également des substances amères et des tanins, qui confèrent une action émolliente, cholagogue, vulnérable et anti-rhumatismale, de sorte qu’elle est utilisée en externe pour soulager les brûlures et contusions. Administrée par voie orale, elle aide dans les affections des voies urinaires les plus fréquentes, comme la lithiase, la cystite, la pyélonéphrite et l’oligurie. Elle est également utilisée pour son action cholagogue dans les dyskinésies biliaires et la cholélithiase.

Composition : Composants actifs de la pariétaire

  • Glycosides
  • Flavonoïdes – Kaempférol.
  • Acides : glicoliques, glicériques.
  • Mucilages
  • Oxalate de calcium
  • Tannins

PROPRIÉTÉS MÉDICINALES DE LA PARIÉTAIRE VERTICALE

REMÈDES À USAGE INTERNE AVEC LA PARIÉTAIRE

Propriétés diurétiques de la pariétaire

Cette plante constitue un diurétique très efficace, idéal pour augmenter la miction. Une des meilleures ressources quand il est nécessaire d’augmenter la production d’urine. Il semble que les flavonoïdes lui confèrent cette propriété en plus de sa richesse en potassium.

Deux ou trois infusions par jour de 2 cuillères à soupe de feuilles sèches pour un litre d’eau peuvent être utilisées dans les affections suivantes lorsqu’il est utile d’éliminer le liquide du corps (ce remède peut être remplacé par une teinture à base de plantes. Dans ce cas, il faut prendre 40 gouttes par jour diluées dans de l’eau divisée en trois doses quotidiennes) Demandez toujours conseil à votre médecin :

PUBLICITÉ
  • Maladies métaboliques dans lesquelles l’élimination des liquides corporels est fondamentale, comme l’obésité ou le diabète, également dans le traitement de la cellulite.
  • Maladies rhumatismales, comme la goutte, l’arthrite ou l’acide urique. En éliminant l’eau, on expulse avec elle toutes les substances indésirables accumulées dans les articulations, en les dégonflant et en améliorant les symptômes douloureux associés à ces plaintes. La plante apparaît dans ce sens comme un dépuratif fantastique.
  • Maladies des voies urinaires, comme les calculs biliaires ou rénaux. La pariétaire est très efficace dans le traitement des calculs rénaux car, en augmentant l’urine, elle empêche la rétention des minéraux et la formation possible d’une pierre. Egalement utile pour traiter les inflammations rénales (néphrite) ou celles de la vessie (cystite) car les valeurs émollientes des mucilages que contient cette plante exercent une propriété lissante sur les tissus du corps.
  • Maladies de l’appareil circulatoire. Co-assiste dans le traitement de ces affections lorsqu’elles sont liées à la rétention d’eau, comme dans la formation d’œdèmes, la mauvaise circulation, l’hypertension artérielle, etc.
  • Acné : Des propriétés diurétiques et dépuratives sont parfois utilisées pour améliorer les symptômes d’acné.

Propriétés pectorales de la pariétaire

Outre ses propriétés diurétiques, émollientes et dépuratives, il faut mentionner ses propriétés pectorales, très utiles pour le traitement des affections bronchiques, comme la bronchite et l’asthme. Dans ce cas, une demi cuillerée de la poudre des feuilles sèches doit être prise trois fois par jour.

PRÉPARATIONS À USAGE EXTERNE AVEC PARIÉTAIRE

Utilisé en usage externe on peut profiter de ses propriétés émollientes et vulnérables pour la peau pour guérir les plaies, améliorer les cicatrices et les empêcher d’être infectées.

Sa teneur élevée en mucilages et en tanins joue ce rôle efficace. La pariétaire est idéale pour diminuer les inflammations et soulager la douleur dans les traumatismes qui affectent les tendons ou les ligamentstendinites ou bursites (Appliquer une compresse humide avec le liquide résultant d’une infusion d’une poignée de feuilles séchées dans un litre d’eau)

Propriétés comestibles de la pariétaire

Les feuilles de cette plante, en particulier les jeunes bourgeons, peuvent être consommés comme un légume ordinaire et elles sont très riches et rentables, apportant de nombreux minéraux et toutes leurs propriétés médicinales.

Les soupes mixtes de pariétaire et d’ortie (Urtica dioica) sont particulièrement utiles, comme excellent diurétique. Étant des plantes aux propriétés similaires, elles augmentent leur puissance lorsqu’elles sont utilisées en synergie.

Autres utilisations de la pariéllerie

La pariétaire peut être utilisée pour nettoyer les verres. De même, en le frottant sur des récipients en cuivre, elle est capable d’extraire l’oxyde.

Toxicité de la pariétaire

Aucun cas de toxicité lors de l’utilisation de cette plante n’a été enregistré, à l’exception de quelques cas très rares avec des personnes sensibles à ses composants. Cependant, il ne faut pas oublier que c’est l’une des plantes dont le pollen est responsable de la plupart des cas d’allergie respiratoire dans les villes et villages.

Elle a également été considérée comme étant liée à de nombreux cas de rhume des foins. Il faut donc s’abstenir d’entrer en contact avec elle, on soupçonne une réaction allergique respiratoire ou indésirable à cette plante.

Recettes d’utilisations possibles

Infusion : Vingt grammes des parties aériennes de cette plante sont ajoutés à un litre d’eau bouillie, en la laissant en contact pendant douze minutes ; après ce temps, le tout est filtré, obtenant ainsi un liquide dans lequel on peut boire une tasse après les repas principaux du jour.

Jus de la plante fraîche : Obtenu par l’expression des parties aériennes de la pariétaire dans un mortier de porcelaine, auquel on ajoute un cinquième du poids de la plante aquatique, améliorant ainsi son extraction. Le liquide obtenu après cette opération peut être dilué dans une proportion de cinq grammes avec 200 millilitres d’eau, à appliquer sous forme de lavages et de compresses sur brûlures et contusions.

Sirop : On prépare un sirop simple auquel on ajoute 10% d’extrait de cette plante. Ce sirop peut être administré avec une cuillère à soupe après les repas principaux de la journée.

Références :

  • Bibliographie

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chargement…

0