Chélidoine

0 Commentaires | 13/08/2013

Chélidoine : Chelidonium Majus

Chélidoine – Chelidonium Majus

Papaveracées – Grande éclaire, Herbe à l’hirondelle, Falouque, Herbe des verrues, Célandine

Description

C’est une herbe avec une longue histoire : elle reçoit le nom d’hirondelle à naître quand les hirondelles viennent et à mourir quand elles partent. Autrefois, on croyait que c’était un bon remède contre la jaunisse et autres maux du foie, par la couleur jaune du latex. Même les alchimistes ont utilisé cette plante à la recherche de la pierre philosophale – ils disent que c’est de là que vient son nom, puisqu’ils l’appelaient « celi dorum », qui signifie don du ciel.

La médecine traditionnelle Européenne nous apporte une plante controversée. Depuis des siècles, les populations utilisent la chélidoine. La recherche moderne soutient certaines de ses utilisations, mais jette le doute sur d’autres. Cette plante peut combattre l’inflammation et le cancer et aider à relancer votre digestion. Cependant, elle a le potentiel de protéger et d’endommager le foie. Lisez la suite pour savoir pourquoi.

Qu’est-ce que la chélidoine ?

Le nom commun chélidoine fait référence à trois espèces de plantes :

  • Grande chélidoine (Chelidonium majus)
  • Pavot de chélidoine (Stylophorum diphyllum)
  • Chélidoine naine (Ficaria verna)

La grande chélidoine, aussi connue sous le nom de mamelle ou d’armoise, appartient à la famille des plantes appelées pavots (Papaveraceae). Bien qu’originaire d’Europe et d’Asie occidentale, cette herbe vivace pousse dans le monde entier. La grande chélidoine a des feuilles tendres et fleurit de minuscules fleurs jaunes. En cas de blessure, la tige libère une sève jaune-orange distincte appelée « lait du diable ».

Son nom latin – Chelidonium – vient en fait du grec ancien (chelidon) et signifie « hirondelle« . De façon anecdotique, l’éclosion de fleurs de chélidoine annoncerait le retour des oiseaux hirondelles du sud.

L’utilisation médicinale de la grande chélidoine remonte également à la Grèce antique, où le médecin et botaniste Dioscoride a décrit pour la première fois son potentiel désintoxiquant. De Pline l’Ancien (un célèbre naturaliste romain) aux herboristes modernes comme Maurice Mességué, les remèdes traditionnels à base de chélidoine ont une riche histoire.



Dans le monde occidental, les populations utilisent la grande chélidoine pour [1, 2, 3] :

  • Traiter les maladies pulmonaires et hépatiques
  • Stimuler la digestion et la sécrétion biliaire
  • Combattre les infections et soutenir l’immunité
  • Enlever les verrues et les ulcères cutanés

La médecine traditionnelle chinoise utilise le « bai-qu-cai » (grande chélidoine) pour stimuler la circulation, combattre les crampes et les douleurs menstruelles, traiter la jaunisse, et bien plus encore. Les Russes l’appellent « chistotel bolshoi », ce qui signifie « nettoyage fort »[4+].

Le pavot de chélidoine (Stylophorum diphyllum) est originaire d’Amérique du Nord, mais on le cultive partout dans le monde pour obtenir de grandes fleurs jaune vif.

La petite chélidoine (Ficaria verna, ex. Ranunculus ficaria) appartient à la famille des renoncule (Ranunculaceae). Elle a une courte histoire comme remède à base de plantes pour les hémorroïdes, mais de nos jours, les jardiniers l’utilisent surtout dans leur jardin.

Ces deux plantes n’ont pas de propriétés médicinales bien documentées, c’est pourquoi cet article se concentrera sur les bienfaits pour la santé de la grande chélidoine.

Habitat

La chélidoine est une plante vivace appartenant à la famille des papavéracées ; elle atteint généralement un mètre de haut et a des fleurs jaune intense et des pétales croisés. Si la tige ou la tige des feuilles est coupée, un jus d’orange s’écoule, qui peut être toxique au contact de l’épiderme ou des yeux. La plante se trouve facilement dans les endroits frais et ombragés, comme dans les ruines des maisons, les murs et les rochers.

Chélidoine (Chelidonium Majus)

Chélidoine (Chelidonium Majus)

Floraison

Il est recommandé de récolter la plante avant la floraison et d’attendre la racine jusqu’à l’automne, quand elle a plus de concentration en principes actifs. Il est pratique d’utiliser des gants pour retirer les parties aériennes, pour ce que nous avons commenté précédemment sur son jus. Ensuite, elle est mise à sécher en couches minces sur la canne ou dans le séchoir, à une température maximale de 35 grammes C.

Propriétés

Avant de décrire ses propriétés, il faut noter qu’il s’agit d’une plante très toxique, il faut donc l’utiliser avec une extrême prudence.

Des alcaloïdes ont été trouvés dans la racine, le latex, les feuilles et la tige ; ces alcaloïdes sont combinés avec divers acides organiques. Les graines sont très riches en huile, ce qui peut représenter jusqu’à 60% de leur poids. La médecine populaire a attribué tellement de propriétés à cette plante qu’il serait impossible de les énumérer toutes ; mais sa toxicité est connue depuis longtemps, de sorte qu’elle n’est recommandée que pour un usage externe.

La pratique la plus répandue – et apparemment celle qui donne les meilleurs résultats – est de l’utiliser pour cautériser les verrues grâce à ses propriétés caustiques et irritantes.

Elle est reconnue, en interne, sédatif, analgésique, antispasmodique et antitussif. Mais comme il s’agit d’une plante difficile à gérer en interne, il est recommandé de limiter son utilisation et d’utiliser le jus qui en est extrait pour brûler les verrues. On sait que parfois son pouvoir caustique dépasse celui de l’acide salicylique et de l’acide nitrique. Par voie interne, elle peut produire une narcose, une paralysie des terminaisons nerveuses et une respiration lente ; administré en continu, on dit qu’il peut être cancérigène. Par conséquent, seul son usage topique est décrit.

Latex : Avec du latex frais, appliquer 2 à 3 fois par jour sur les verrues, en prenant soin de protéger les zones environnantes avec de la Vaseline. Vous pouvez également appliquer de la poudre de latex et couvrir la verrue de gaze.

Aperçu thérapeutique de la Chélidoine

POUR

  • Possède des propriétés anticancéreuses
  • Soutient la vésicule biliaire et la santé digestive
  • Réduit l’inflammation et les réactions allergiques
  • Combat les infections et stimule l’immunité
  • Peut protéger le cerveau
  • Peut prévenir l’ostéoporose
  • Peut abaisser le taux de cholestérol et protéger les vaisseaux sanguins

CONTRE

  • Potentiellement toxique pour le foie
  • Peut provoquer des réactions allergiques
  • Peut perturber la fréquence cardiaque
  • Peu étudié chez l’homme

Composants bioactifs

Les parties aériennes de la grande chélidoine (Chelidonium majus) ont l’utilisation médicale la plus large. L’herbe séchée est utilisée pour les extraits solides et liquides, tandis que le jus et la sève proviennent de tiges et de feuilles fraîches. Certains herboristes d’Europe centrale et orientale utilisent également les racines [2].

La chélidoine contient un groupe d’alcaloïdes à structure unique (isoquinoléine) et aux propriétés médicinales diverses [5, 6, 7, 8] :

  • Chélidonine
  • Coptisine
  • Sanguinarine
  • Chélérythrine
  • Berbérine

La chélidonine est le principal alcaloïde de la chélidoine, du nom de cette plante (chélidonium). Dans les produits standardisés de chélidoine, la teneur totale en alcaloïdes est exprimée en pourcentage de chélidonine [9, 8].

La teneur en alcaloïdes de la chélidoine augmente pendant la journée, ce qui rend la soirée plus propice à la récolte. Dans les racines, elles atteignent 2 à 3% alors que les parties aériennes contiennent jusqu’à 1,5% d’alcaloïdes [10, 11].

  • La chélidoine  contient également [7, 5, 12, 13] :
  • Flavonoïdes (rutine, quercétine, lutéoline)
  • Acides organiques (chélidonique, caféique, malique)
  • Lectines
  • Acides gras (linoléique, oléique)
  • Minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, soufre, phosphore)

Comment fonctionne la chélidoine ?

Les effets bien documentés de la chélidoine sur la santé comprennent [2+, 1+, 5] :

  • Lutte contre les bactéries, les virus et les champignons
  • Renforce la réponse immunitaire
  • Favorise la digestion
  • Réduit l’inflammation
  • Renforce la défense antioxydante

Par leurs actions pharmacologiques complexes, les alcaloïdes célandins soutiennent le système cardiovasculaire, le système digestif, l’immunité et la santé des os [14, 15, 16, 17].

Cette herbe a également un goût légèrement amer, ce qui peut contribuer à son potentiel de relance de la digestion [4+].

Les glucides complexes, les enzymes et les lectines de la grande Chélidoine stimulent le système immunitaire et combattent les infections [18, 19, 20].

NOTE : Certaines personnes, en particulier celles qui souffrent de troubles inflammatoires et auto-immuns, peuvent vouloir éviter les lectines dans leur alimentation et leur supplémentation.

L’acide chélidonique peut bloquer l’inflammation, protéger le cerveau et favoriser la santé intestinale [21, 22, 23].

Les flavonoïdes de la grande Chélidoine, comme la rutine et la quercétine, sont connus pour leur puissante action antioxydante [24, 25].

Avantages pour la santé

1) Santé de la vésicule biliaire

La vésicule biliaire stocke les acides biliaires produits dans le foie et les libère dans l’intestin grêle, jouant un rôle vital dans la digestion et le métabolisme des graisses.

Une étude clinique portant sur 37 patients atteints de maladie hépatique a confirmé que la Chélidoine stimule la vésicule biliaire et améliore l’écoulement de la bile. Cette herbe a également eu un impact positif sur le pancréas en stimulant la production d’enzymes digestives [15].

Dans une étude clinique portant sur 76 patients souffrant de problèmes de vésicule biliaire, un mélange standardisé d’extraits secs de Chélidoine et de curcuma (Cholagogum F Nattermann) a soulagé les crampes sans effets secondaires. Cependant, il n’a pas réussi à réduire les autres plaintes, comme les ballonnements, les nausées et les vomissements [26].

Dans une autre étude clinique, 30 patients souffrant de crampes douloureuses de la vésicule biliaire ont reçu 6 comprimés d’extrait de Chélidoine par jour pendant 6 semaines. La Chélidoine a stimulé la vésicule biliaire et réduit leurs symptômes [27].

Deux études d’observation (plus de 800 patients) ont confirmé qu’une plus grande Chélidoine pouvait réduire les douleurs à l’estomac, les crampes à la vésicule biliaire, les ballonnements et autres problèmes [1].

Dans une étude sur le foie de rat isolé, l’extrait de Chélidoine a stimulé la sécrétion d’acides biliaires [28].

Les études ci-dessus justifient l’utilisation traditionnelle de cette plante pour les problèmes de vésicule biliaire. Cependant, des essais cliniques de plus grande envergure sont nécessaires pour confirmer qu’il s’agit d’un remède efficace.

2) Syndrome du côlon irritable (SCI)

Le traitement du syndrome du côlon irritable (SCI) vise à contrôler les selles et à corriger les symptômes, mais il y a place à l’amélioration.

Une revue a analysé les résultats de 75 essais cliniques (~8 000 patients) pour voir quelles préparations à base de plantes peuvent soulager le SII. Entre autres, un mélange d’herbes médicinales avec des amers et de la Chélidoine (Iberogast) a amélioré les symptômes du SCI [29].

Dans une étude clinique portant sur 208 patients atteints du SII, Iberogast (3 ml/jour pendant 4 semaines) a réduit la douleur à l’estomac et amélioré les autres symptômes du SCI [30].

Tous les ingrédients d’Iberogast, y compris la Chélidoine, ont des effets bénéfiques sur les intestins [31].

Des études sur des intestins grêles isolés ont confirmé que les alcaloïdes célandins pouvaient réduire les contractions intestinales causées par différents déclencheurs. Dans une étude, cependant, cet effet était faible [32, 33, 34].

3) Améliorer la digestion

En médecine populaire, les gens utilisent souvent la Chélidoine pour améliorer la digestion et se débarrasser des symptômes désagréables comme les ballonnements, les nausées et les crampes.

Une méta-analyse de 3 essais cliniques (273 patients) a confirmé qu’un mélange d’extraits liquides avec de la Chélidoine (Iberogast) pourrait améliorer les principaux symptômes d’indigestion. Au cours du traitement de 4 semaines (3 ml/jour), les patients n’ont rapporté aucun effet secondaire significatif [35+].

Une autre méta-analyse comprenait les données de 592 patients souffrant d’indigestion et recevant le même traitement. Selon les résultats, Iberogast peut soulager l’indigestion en toute sécurité [36].

Cela dit, l’extrait de Chélidoine ne représente que 10% du volume d’Iberogast. D’autres herbes de ce mélange ont dû contribuer aux effets observés [35].

Dans une étude plus ancienne, les capsules de Chélidoine ont amélioré les douleurs à l’estomac, les nausées, les flatulences et les ballonnements pendant 6 semaines chez 30 personnes [37].

4) Cancer

Les effets anticancéreux de la Chélidoine et de ses composants sont bien documentés dans la littérature scientifique. Grâce à ces découvertes, une équipe de scientifiques ukrainiens a mis au point un médicament à base d’alcaloïdes de Chélidoine.

Nommé d’après son pays d’origine, l’Ukraine a une longue histoire d’utilisation pour différents types de cancer. En raison des résultats controversés de son contenu et de ses effets sur la santé, la FDA n’a pas approuvé Ukrain.

Bien que commercialisé comme un médicament semi-synthétique, de multiples analyses n’ont pas permis de confirmer cette allégation. Au lieu de cela, ils ont détecté de la chélidonine et d’autres alcaloïdes de Chélidoine en Ukraine. Les auteurs suggèrent que les propriétés médicales proviennent de ces composés naturels [38, 39].

Études cliniques

Trois essais cliniques portant sur 163 patients ont porté sur les effets de l’Ukrain sur le cancer du pancréas. Dans le premier cas, Ukrain a doublé le temps de survie (10,4 contre 5,2 mois) lorsqu’il est ajouté à la chimiothérapie. L’Ukrain seul a donné de meilleurs résultats que la chimiothérapie avec des effets secondaires similaires [40].

L’Ukrain a augmenté les chances de survie à un an 8 fois (76 % vs 9,5 %) dans la deuxième étude et près de 6 fois dans la troisième (81 % vs 14 %) lorsqu’il est ajouté au traitement de soutien. L’Ukraine a également soulagé les symptômes et amélioré la qualité de vie [41, 42].

Deux études cliniques (144 patients) ont examiné les effets de l’Ukrain (par rapport à la chimio et aux radiations combinées) sur le cancer du côlon. Dans la première étude, le taux de survie à 21 mois était plus du double (79 % vs 33 %) avec le traitement Ukrain [43].

Dans la deuxième étude, le risque de récidive du cancer après une chirurgie était 3 fois moins élevé (8 % vs 25 %) chez les patients ayant reçu Ukrain. L’analyse clinique et tissulaire a également confirmé le potentiel de l’Ukraine à tuer les cellules cancéreuses et à soutenir l’immunité [44].

Deux essais ont testé Ukrain sur 27 patients atteints de différents types de cancer. Les résultats ont révélé [45] :

  • Augmentation de la production de cellules immunitaires anticancéreuses (lymphocytes T, lymphocytes T auxiliaires, lymphocytes NK)
  • Amélioration des symptômes et de la qualité de vie des patients
  • Aucun effet secondaire majeur

La petite taille de l’échantillon jette une ombre de doute sur les essais cliniques énumérés et leurs résultats.

Une revue de 7 études cliniques a confirmé les effets bénéfiques de l’Ukrain sur différents types de cancer, mais a également mis en évidence certaines lacunes cruciales dans ces études (voir ‘Limitations et mises en garde’) [46].

Rapports de cas

Les rapports de cas individuels suggèrent que l’Ukraine pourrait aider [47, 48, 49, 50, 51] :

  • Cancer du sein
  • Cancer du col de l’utérus
  • Cancer de l’ovaire
  • Mélanome (cancer de la peau)
  • Cancer du testicule

Études sur les animaux

Le cancer de l’estomac est le 4e cancer le plus fréquent et le 2e cancer le plus mortel chez l’homme, qui n’a toujours pas d’options thérapeutiques efficaces. Chez les rats atteints d’un cancer de l’estomac, l’extrait de Chélidoine (Chelidonium majus) prévient les mutations cellulaires et les lésions [52, 53].

Chez les souris atteintes d’un cancer du foie, l’extrait de Chélidoine a fonctionné pour [54] :

  • Ralentir la progression du cancer
  • Réduire les dommages causés par le matériel génétique
  • Protéger le foie

Chez les souris atteintes d’un cancer du pancréas avancé, l’extrait de Chélidoine a réduit le nombre de métastases mais n’a pas eu d’impact sur les tumeurs primaires (sur le pancréas). L’Ukraine, en revanche, n’a pas montré d’effets significatifs [55].

Études cellulaires

La Chélidoine et ses alcaloïdes peuvent tuer différents types de cellules cancéreuses et bloquer leur croissance. Ils ont montré les effets les plus puissants sur :

  • Cellules cancéreuses du sein [56, 57, 55, 58, 59]
  • Cellules leucémiques (cancer du sang) [60, 61, 25]
  • Cellules cancéreuses du côlon [55, 58, 62]
  • Mélanome (cancer de la peau) cellules [63, 59]

La chélidonine et la chélerythrine ont montré l’action anticancéreuse la plus forte.

Dans une étude, la chélidonine a provoqué la mort de cellules humaines cancéreuses du col de l’utérus et bloqué leur propagation. Cependant, une autre étude n’a montré aucun effet des extraits de Chélidoine sur les cellules cancéreuses de l’utérus [64, 55].

Les alcaloïdes de la Chélidoine sont sélectivement toxiques : ils peuvent cibler et tuer les cellules cancéreuses tout en épargnant les cellules saines des dommages [63, 20, 58].

La résistance des cellules cancéreuses à la chimiothérapie est en hausse, ce qui pose d’énormes défis au traitement du cancer. Les alcaloïdes de la Chélidoine peuvent combattre certaines cellules cancéreuses résistantes aux médicaments et stimuler les effets de la chimiothérapie [65, 66, 67, 62, 58].

5) Renforcement de l’immunité et protection contre les rayonnements

Le potentiel de la Chélidoine pour combattre le cancer et d’autres maladies provient en partie de ses effets bénéfiques sur le système immunitaire.

Une étude clinique russe a comparé différents remèdes pour soutenir le système immunitaire des enfants et réduire l’inflammation des amygdales. La teinture de Chélidoine (extrait liquide) a amélioré la fonction des amygdales et stimulé la réponse immunitaire, rendant les enfants plus résistants aux infections [68].

Comme cette étude ne révèle pas de détails essentiels comme la taille de l’échantillon, nous devrions prendre les résultats avec un grain de sel.

L’ukrain, un médicament à base d’alcaloïdes de Chélidoine, a également stimulé le système immunitaire dans des essais cliniques [45, 44, 69].

Le rayonnement est un traitement standard contre le cancer qui peut affaiblir le système immunitaire en tuant les cellules saines de la moelle osseuse et d’autres tissus [70].

Dans des études sur des rats et des souris, l’Ukraine a stimulé la production de cellules souches et de cellules immunitaires, protégeant les animaux contre les effets nocifs des rayonnements [71, 72].

Chez les souris exposées au rayonnement, un glucide complexe (CM-AIa) isolé de la Chélidoine a fonctionné pour [73] :

  • Stimuler la réponse immunitaire
  • Augmenter le nombre de cellules dans la moelle osseuse, la rate et le sang.
  • Induire la production de protéines de lutte contre le cancer et de protéines de récupération

De plus, 80 % des souris traitées avec CM-AIa ont survécu à une dose létale de radiation.

Dans une étude cellulaire, les cellules de la rate exposées au CM-AIa se sont multipliées 84 fois plus rapidement, mais l’effet sur les cellules souches était faible [19].

6) Réduire le cholestérol et protéger les vaisseaux sanguins

Le durcissement et l’obstruction des vaisseaux sanguins (athérosclérose) sont la principale cause de maladies cardiovasculaires et sont responsables de 50% des décès. L’accumulation de cholestérol et de calcium, l’inflammation et les dommages oxydatifs obstruent graduellement les vaisseaux et privent les organes vitaux de sang [74].

Différentes revues d’études cliniques et animales ont confirmé que la berbérine, un des alcaloïdes de la Chélidoine, peut [16, 75, 76] :

  • Protéger les vaisseaux sanguins contre l’inflammation et les dommages oxydatifs
  • Réduire les taux de cholestérol LDL et de lipides sanguins
  • Augmenter le taux de cholestérol HDL, qui joue un rôle protecteur
  • Stimuler le métabolisme des tissus adipeux et du glucose

Coptisine, un autre alcaloïde de Chélidoine, réduit le cholestérol LDL, les lipides sanguins et les principaux marqueurs d’inflammation (IL-6, IL-1β et TNF-α) chez la souris. Par conséquent, la coptisine a diminué de façon significative la plaque dans les artères [77].

Une étude sur les hamsters a révélé des résultats similaires : la coptisine a réduit les lipides sanguins (de 15%) et le cholestérol LDL (de 22%) tout en augmentant le « bon » cholestérol (HDL) de 42% [78].

Les puissants effets anti-inflammatoires et antioxydants de la Chélidoine et de ses composés peuvent contribuer à ces bienfaits et protéger les vaisseaux sanguins des dommages [79, 14, 24].

Les études ci-dessus ont utilisé des alcaloïdes purifiés, et non l’extrait végétal. Des essais cliniques à grande échelle devraient explorer ces effets de la Chélidoine et ouvrir la voie aux suppléments hypolipidémiants.

Études animales et cellulaires

Les études suivantes ont été menées sur des animaux et des cellules seulement.

7) Santé des os

Dans l’ostéoporose, les os deviennent faibles et fragiles. Lorsque les femmes entrent en ménopause et perdent les effets protecteurs de l’œstrogène, l’ostéoporose et les fractures deviennent leur principale menace pour la santé [80].

Ukrain, un médicament à base d’alcaloïdes célandins, peut prévenir l’ostéoporose. Chez les rats ménopausés, Ukrain [81, 82] :

  • Augmentation des niveaux d’œstrogènes
  • Prévention de la perte minérale osseuse
  • Formation osseuse stimulée

Sanguinarine, un alcaloïde de la Chélidoine, a montré des effets similaires chez le rat et la souris [17, 83].

8) Asthme

Dans l’asthme allergique, les voies respiratoires sont exposées à une inflammation massive causée par un déclencheur externe. Les mastocytes, l’histamine et les anticorps IgE jouent un rôle central dans cette maladie [84+, 85].

Dans une étude réalisée sur des cobayes asthmatiques, des alcaloïdes de Chélidoine (Chelidonium majus) [86] :

  • Augmentation du temps sans symptômes
  • Réduire le risque de crises d’asthme
  • Apaise les voies respiratoires et améliore leur fonction
  • Bloqué les effets de l’histamine

Dans une autre étude, la chélidonine a bloqué la production d’anticorps IgE et de protéines inflammatoires (IL-4, IL-13) dans les voies respiratoires des souris asthmatiques [87].

Chez le rat, l’acide chélidonique a bloqué les mastocytes et réduit le taux d’anticorps IgE. Ses effets étaient similaires à ceux d’un anti-inflammatoire et il diminuait le risque de décès dû à des réactions allergiques [21].

9) Rhinite allergique

Chez les souris souffrant de rhinite allergique (inflammation des voies respiratoires nasales), l’acide chélidonique et la coptisine ont fonctionné pour [88, 89] :

  • Réduire le taux d’anticorps IgE
  • Bloquer la production de protéines inflammatoires (IL-1bêta, IL-4, TNF-alpha)
  • Inhiber les enzymes inflammatoires (COX-2)
  • Arrêter la propagation des mastocytes
  • Réduire les symptômes typiques tels que le frottement du nez et des oreilles

10) Eczéma

La dermatite atopique est le type d’eczéma le plus courant. Les médecins sont toujours à la recherche de la cause exacte de cette maladie inflammatoire et ne parviennent souvent pas à gérer les symptômes [90].

Chez les souris atteintes de dermatite atopique, l’extrait de Chélidoine a réduit les taux d’anticorps IgE et d’autres marqueurs de l’inflammation. En conséquence, la Chélidoine a apaisé la peau et soulagé d’autres symptômes [91].

D’autres études animales et cellulaires confirment le potentiel de la Chélidoine et de ses composés pour contrôler l’inflammation et les réactions allergiques [79, 14, 92].

11) Ulcères d’estomac

La paroi de l’estomac possède des mécanismes complexes pour se protéger des acides digestifs forts. Lorsque ces mécanismes échouent et que l’acide brûle les cellules de l’estomac, des ulcères peuvent se former [93].

Dans une étude sur des rats, l’extrait de Chélidoine (C. majus) a pu protéger les animaux des ulcères d’estomac de [94] :

  • Réduire la sécrétion d’acide
  • Stimuler la sécrétion de mucus protecteur
  • Stimuler la production de molécules protectrices (prostaglandine E2)
  • Blocage des molécules inflammatoires (leucotriènes)

12) Maladies inflammatoires de l’intestin (MII)

Les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) s’accompagnent souvent de symptômes désagréables qui nuisent à la qualité de vie des patients. Les deux types de MICI les plus courants sont la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse [95].

Chez les souris atteintes de colite ulcéreuse (inflammation grave du côlon), l’acide chélidonique a des effets protecteurs et anti-inflammatoires. Il bloque les protéines de l’inflammation (IL-6, TNF-alpha) et les enzymes (COX-2), améliorant ainsi les symptômes tels que la perte de poids et le raccourcissement du côlon [23].

Une étude sur les cellules humaines a révélé que la Chélidoine peut soulager l’inflammation du côlon. L’extrait de Chélidoine était le seul composant du mélange (Iberogast) capable de réduire les niveaux de protéine IL-8 [96].

13) Maladies cardiaques

Des changements soudains dans la circulation du sang et de l’oxygène peuvent endommager les cellules et entraîner des maladies cardiaques.

Dans des études animales, des alcaloïdes de Chélidoine – coptisine et berbérine – ont été capables de protéger les cellules cardiaques de ces dommages en bloquant la mort cellulaire et l’inflammation. En conséquence, la fonction cardiaque des animaux s’est améliorée [97, 98].

Des études sur les cellules cardiaques ont confirmé ces effets de la coptisine et de la berbérine [99, 100].

14) Dépression

L’inflammation des neurones joue un rôle dans la dépression. Une étude menée sur des souris a cherché à savoir si l’acide chélidonique, connu pour sa forte action anti-inflammatoire, pouvait réduire les signes de dépression.

Chez les souris déprimées et stressées, l’acide chélidonique améliore le comportement et favorise la récupération. De plus, l’acide chélidonique [22]:

  • Stimulé les centres de la mémoire et des émotions dans leur cerveau (l’hippocampe)
  • Augmentation de la production de BDNF
  • Bloqué l’expression des gènes inflammatoires dans le cerveau
  • Augmentation des taux de dopamine, de noradrénaline et de sérotonine

15) Maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer attaque les neurones du cerveau. L’inflammation, les protéines déformées et le manque d’acétylcholine (ACh) tuent les neurones et brisent leurs connexions. Les scientifiques sont toujours à la recherche d’options de traitement efficaces et de remèdes à base de plantes médicinales [101].

Chez les souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, la coptisine a inhibé l’enzyme responsable des lésions cérébrales. En conséquence, cet alcaloïde Chélidoine protégeait les neurones et améliorait la cognition [102].

Certains médicaments contre la maladie d’Alzheimer augmentent le taux d’acétylcholine (ACh) en bloquant l’acétylcholinestérase (AChE) – une enzyme qui décompose l’ACh.

Des études cellulaires indiquent que la Chélidoine et son principal alcaloïde, la chélidonine, peuvent également bloquer l’AChE et servir de modèle pour le développement de médicaments contre la maladie d’Alzheimer [103, 104].

L’absence du neurotransmetteur GABA peut causer des lésions cérébrales et des maladies mentales [105].

L’acide chélidonique de la Chélidoine inhibe la glutamate décarboxylase – une enzyme qui coupe le GABA. Ainsi, l’acide chélidonique peut augmenter les niveaux de GABA et renforcer les effets protecteurs de la Chélidoine sur le cerveau. De plus, cela met en évidence son potentiel anti-anxiété ciblé, qui n’a pas encore fait l’objet de recherches [106].

16) Infections

Bactéries

Dans des études cellulaires sur des bactéries, l’extrait de Chélidoine et ses alcaloïdes ont empêché la croissance de [107, 108, 109] :

  • Bactéries pouvant attaquer la peau, les voies urinaires, les poumons et les tissus mous (E. coli, S. aureus, Bacillus).
  • SARM – S. aureus résistant aux antibiotiques courants
  • Pseudomonas aeruginosa – dangereuse bactérie hospitalière résistante à de nombreux antibiotiques
  • Streptococcus mutans, qui cause la carie dentaire

Les lectines et les enzymes de la sève de Chélidoine peuvent également combattre les bactéries [18, 20].

Virus

Dans une étude animale, la Chélidoine a bloqué le virus VIH-1, qui cause le SIDA. Les souris recevant l’extrait de Chélidoine présentaient des symptômes d’infection plus légers [110].

Dans une étude cellulaire, des alcaloïdes célandins ont été capables de combattre le VIH-1 en bloquant la transcriptase inverse, une enzyme vitale pour la survie de ce virus [111].

Dans une autre étude sur les cellules, la Chélidoine pourrait combattre le virus de l’herpès simplex (HSV), qui cause des verrues. Cet effet dépendait du type d’extrait utilisé [112].

Champignons

Les souches de fusarium – qui peuvent attaquer les yeux, la peau et les ongles – sont très résistantes aux médicaments conventionnels, mais un extrait liquide de Chélidoine a pu bloquer leur croissance [113].

Les alcaloïdes de la Chélidoine peuvent également combattre certaines levures résistantes aux médicaments et améliorer le traitement des infections fongiques [114, 115].

17) Douleur

Traditionnellement, les gens utilisaient la Chélidoine pour soulager les maux de dents et les crampes douloureuses.

Dans une étude sur des rats, 2 types d’extraits de Chélidoine ont agi comme analgésiques puissants. Les chercheurs ont décrit leurs effets comme semblables à ceux de la morphine [116].

Dans les études cellulaires, la Chélidoine et les alcaloïdes individuels bloquaient les signaux de douleur dans les cellules du cerveau [117, 118].

18) Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune dans laquelle les cellules immunitaires attaquent le cartilage. Cela entraîne une inflammation des articulations, les rendant gonflées et douloureuses [119].

Chez les souris atteintes de polyarthrite rhumatoïde, extrait de Chélidoine [120] :

  • Protéines d’inflammation bloquées (TNF-alpha, IL-6)
  • Protège le cartilage contre les dommages
  • Réduction du niveau d’anticorps nocifs

D’autres études animales et cellulaires ont confirmé les effets anti-inflammatoires de cette herbe [79, 14, 92].

Preuves contradictoires

19) Effets sur le foie

Protection

Selon des études animales, la Chélidoine pourrait protéger le foie contre les produits chimiques toxiques. D’autre part, elle a causé des dommages au foie chez certaines personnes.

Chez les rats et les souris exposés à des produits chimiques nocifs pour le foie, l’extrait de Chélidoine a marché pour [121, 122, 54] :

  • Prévenir la mort des cellules hépatiques
  • Réduire la cicatrisation du foie
  • Réduction de l’accumulation de graisse dans le foie
  • Prévenir le cancer du foie

Chez la souris, une nano-formulation (particules minuscules) de chélidonine, un alcaloïde Chélidoine, protège le foie des dommages oxydatifs (par le cadmium) et rétablit les niveaux d’enzymes, de graisses et de cholestérol [123].

Dommages

La littérature médicale révèle plus de 20 rapports de cas de lésions hépatiques causées par la Chélidoine. Selon ces rapports, l’ingestion de Chélidoine a causé [124, 125, 126] :

  • Jaunisse
  • Augmentation des enzymes hépatiques
  • Dommages aux tissus et inflammation

Les auteurs n’ont pas trouvé la cause de cet effet néfaste, mais, chez la plupart des patients, cela ne s’est produit qu’après une utilisation à long terme [124, 127].

Aucun essai clinique n’a confirmé les effets hépatiques nocifs de la Chélidoine et de ses composants.

Dans une étude sur des rats, l’extrait de Chélidoine n’a pas endommagé le foie à des doses 50 à 100 fois plus élevées que celles administrées aux humains (1,5 à 3 g/kg). Cependant, il a provoqué une baisse du glutathion (GSH) et des enzymes hépatiques protectrices [128].

Chélidoine en homéopathie

La Chélidoine s’est également retrouvée dans différents remèdes homéopathiques pour les maladies du foie, les indigestions, les infections, et plus encore. Cependant, les remèdes homéopathiques sont extrêmement dilués et ne reposent pas sur l’action pharmacologique prouvée de leurs ingrédients.

La Chélidoine homéopathique a montré des bénéfices potentiels pour la santé, mais nous ne pouvons pas tirer de conclusions fiables de ces résultats.

Hépatite virale

Selon un rapport de 2 cas, la Chélidoine homéopathique (Chelidonium majus 6X) en combinaison avec d’autres pilules homéopathiques a contribué à de graves infections hépatiques [129].

Protection du foie

Des études animales et cellulaires indiquent que la Chélidoine homéopathique protège le foie. Chez les souris atteintes d’un cancer du foie, deux dilutions de Chélidoine homéopathique (CH-30 et CH-200) ont protégé le foie par [130, 131] :

  • Blocage des enzymes toxiques
  • Protéger l’ADN
  • Prévention de la croissance des tumeurs

Les chercheurs ont testé un autre remède homéopathique à base de Chélidoine sur des cellules hépatiques humaines. Elle a protégé les cellules du cadmium toxique et rétabli leur fonction [132].

Le principe homéopathique central – « comme guérit comme » – présume qu’une substance fortement diluée peut guérir une maladie qu’elle aurait autrement causée. Il est intéressant de noter que ce principe peut expliquer les preuves contradictoires des effets de la Chélidoine sur le foie.

Effets secondaires et précautions

La Chélidoine et ses composants n’ont montré aucun effet secondaire majeur dans les essais cliniques [30, 26, 133, 16].

L’ukrain, un médicament anticancéreux contenant des alcaloïdes de Chélidoine, a également été bien toléré dans les essais cliniques. Les effets secondaires signalés comprennent [45, 40, 46] :

  • Augmentation de la température corporelle (26 patients)
  • Sensations de brûlure (3 patients)
  • Saignements (4 patients)

Les rapports faisant état de lésions hépatiques causées par la Chélidoine, cependant, soulignent son côté dangereux et suggèrent la prudence. Les personnes ayant des problèmes de foie devraient éviter la Chélidoine [124, 125, 126, 127].

Les femmes enceintes, les femmes qui allaitent et les enfants devraient éviter le célandin en raison du manque de preuves d’innocuité.

Les personnes allergiques au célandin ou à d’autres plantes de la famille du pavot (Papaveraceae) devraient éviter le célandin sous toutes ses formes.

Une étude a révélé que les alcaloïdes célandins peuvent altérer la fréquence cardiaque chez les chiens. Bien qu’aucune autre étude n’ait confirmé cet effet, les personnes ayant des problèmes de fréquence cardiaque peuvent vouloir éviter la Chélidoine [134].

Interactions médicamenteuses

L’extrait de Chélidoine peut inhiber un groupe essentiel d’enzymes hépatiques (CYP) qui décomposent les médicaments et autres produits chimiques. Les médicaments suivants affectent également ces enzymes et peuvent donc interagir avec la Chélidoine [135, 136, 137]:

  • Médicaments antiviraux
  • Médicaments antifongiques (azole)
  • Hypolipidémiants (statines)
  • Antiépileptiques (médicaments contre les convulsions)
  • Antidépresseurs (ISRS)

En raison de ses propriétés immunitaires, la Chélidoine peut bloquer les effets des médicaments qui suppriment l’immunité, comme les corticostéroïdes [138, 45, 44, 69].

La Chélidoine et ses alcaloïdes peuvent réduire le cholestérol et les lipides sanguins et ainsi interagir avec les hypolipidémiants, comme les statines [16, 75, 76, 78].

Limites et mises en garde

  • Les essais cliniques n’ont pas confirmé la majorité des bienfaits du céladon pour la santé.
  • Les essais cliniques sur les bienfaits digestifs de la Chélidoine incluaient d’autres plantes qui ont probablement contribué aux résultats [133, 139, 26].
  • De nombreuses études ont utilisé des alcaloïdes isolés et de l’acide chélidonique, et non un extrait de Chélidoine.

La plupart des essais cliniques avec des patients atteints de cancer présentaient des défauts de conception importants comme [46] :

  • L’absence de groupes témoins
  • Petite taille de l’échantillon
  • Randomisation suspecte (séparation des patients en différents groupes)
  • L’absence de randomisation
  • Conflit d’intérêts (participation des fabricants ukrainiens)

Génétique

La Chélidoine a des effets positifs sur la santé au niveau de l’expression génique et de la protection de l’ADN.

Différents composants de la Chélidoine peuvent inhiber la NF-κB, un complexe protéique qui régule les gènes d’inflammation et d’immunité [140, 92, 77].

La chélidonine, un alcaloïde important de la Chélidoine, peut également inhiber la télomérase, une enzyme qui contrôle la longueur de l’ADN et régule le cycle biologique de chaque cellule. La Chélidoine raccourcit les télomères, les structures spécialisées que les cellules cancéreuses activent pour croître et se diviser de façon incontrôlable. Cela peut expliquer en partie son activité unique de lutte contre le cancer [141, 57].

Suppléments et posologie

Les teintures de Chélidoine (extrait liquide) fabriquées à partir des parties aériennes de la plante sont le produit le plus courant sur le marché. Celandine est aussi disponible en :

  • Herbe séchée
  • Extrait sec sous forme de comprimés, souvent combiné avec d’autres herbes (p. ex. Cholagogum F Nattermann)
  • Extrait liquide dans les kits d’élimination des verrues
  • Extrait liquide faisant partie d’un mélange d’herbes médicinales (p. ex., Iberogast)
  • Savons et crèmes à l’extrait de Chélidoine

Cholagogum F Nattermann contient un extrait sec de Chélidoine, standardisé à 4 mg d’alcaloïdes totaux (exprimés en chélidonine). D’autres produits ne révèlent pas les détails de la normalisation.

La Chélidoine homéopathique est disponible en comprimés et en gouttes. Les dilutions les plus courantes sont 6C, 30C et 200C (dilution 1/100 répétée 6, 30 ou 200 fois).

En résumé, le marché offre une grande variété de produits à base de plantes médicinales et homéopathiques à base de Chélidoine. Cependant, vous devriez consulter votre médecin avant d’utiliser une herbe aussi puissante.

Posologie

Dans les essais cliniques, la Chélidoine s’est révélée sûre et efficace aux doses suivantes :

Troubles de la vésicule biliaire : Extrait sec (4 mg d’alcaloïdes), 3 à 6 comprimés par jour, 3 à 6 semaines [26, 27]
Indigestion : Iberogast – 3×1 ml/jour, contenant 0.3 ml de teinture de Chélidoine [133, 139, 96]

Dans une vaste étude d’observation, les patients ont pris 375 à 500 mg d’une teinture de Chélidoine (9 à 12 mg d’alcaloïdes totaux) par jour pendant 3 semaines[1+].

L’Agence européenne des médicaments (EMA) suggère les doses suivantes de Chélidoine [142] :

  • Herbes séchées : 1,2 – 3,6 g par jour, en infusion (thé)
  • Teinture : 2 – 4 ml par jour (dilution 1:5) ou 6 – 12 ml par jour (dilution 1:10)

Lors d’essais cliniques avec des patients atteints de cancer, Ukrain (un médicament à base d’alcaloïdes de Chélidoine) a été injecté sous surveillance médicale stricte.

Expériences d’utilisation

Les utilisateurs rapportent des expériences mitigées avec les suppléments et les produits de Chélidoine.

La plupart d’entre eux ont réussi à apaiser la peau et à soulager l’indigestion, tandis que les résultats pour l’enlèvement de verrue sont mitigés. Certains utilisateurs ont également fait état d’une absence totale d’effets.

Une femme l’utilisait pour prévenir les migraines, mais une autre utilisatrice a signalé un mal de tête après les doses recommandées. Il était satisfait des résultats obtenus après avoir réduit la dose, avertissant les autres utilisateurs d’aller lentement avec la Chélidoine.

Conclusion

Des trois plantes nommées Chélidoine, seule la plus grande Chélidoine (Chelidonium majus) a des effets bénéfiques bien documentés sur la santé. En médecine traditionnelle, les personnes l’utilisent pour désintoxiquer, améliorer la digestion, enlever les verrues, stimuler la circulation, et plus encore.

Les alcaloïdes (chélidonine, coptisine, coptisine, sanguinarine, berbérine) et autres composés de la Chélidoine ont de puissantes propriétés anti-inflammatoires, antimicrobiennes, immunostimulantes et anticancéreuses.

Grâce à ce mélange unique, la Chélidoine peut combattre les problèmes digestifs, les infections, les allergies, les maladies cardiovasculaires, et même aider à la prévention du cancer. Bien que la Chélidoine ait des effets prometteurs sur la santé, la plupart d’entre eux ont été testés uniquement sur des animaux et des cellules.

Dans les essais cliniques, le Chélidoine était sûr et bien toléré. Cependant, les cas de dommages au foie causés par la Chélidoine révèlent le côté dangereux de cette plante. Les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et les personnes souffrant de problèmes hépatiques devraient éviter la Chélidoine, tandis que les autres devraient l’utiliser avec prudence.

De vastes essais cliniques bien conçus devraient examiner les bienfaits pour la santé et l’innocuité de cette herbe controversée.

Attention

  • Plante très toxique à n’utiliser seul qu’en topique et sous avis médical

Références : Bibliographie

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile (de 1 à 5) pour voter

Note Moyenne / 5. Nbre de Votes :

Nous sommes désolés que cet article ne vous ait pas été utile !

Donnez-nous la chance de nous améliorer !


Ne Ratez Pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.