Origan

0 Commentaires | 14/01/2014

Origan - Origanum Vulgare

Origan – Origanum Vulgare

Labiées – Marjolaine sauvage

Origan (Origanum Vulgare)

Origan (Origanum Vulgare)

 

Description

Il est très semblable à la marjolaine, bien que, contrairement à la marjolaine, il ait tendance à pousser à l’état sauvage. Originaire du Moyen-Orient, il a été introduit en Europe au XVIe siècle. C’est une plante vivace de la famille des Labiées, dont les tiges dressées atteignent jusqu’à 60 cm de haut. Les feuilles sont petites et poussent à chaque noeud de la tige, l’une en face de l’autre. Ses fleurs sont petites, rose pourpre.

Habitat

Disséminé dans toute l’Europe, sur des terrains moyennement élevés, ensoleillés, secs et rocheux. Naturalisé sur le continent américain.

Pièces utilisées

Bouquets de fleurs.

Propriétés et indications

Toute la plante est riche en une huile essentielle contenant du thymol et du carvacrol, sédatif, antispasmodique et carminatif. Il contient également des flavonoïdes et de l’acide ursolique, auxquels ses propriétés anti-rhumatismales sont attribuées. Son utilisation est indiquée dans les cas suivants :



Troubles digestifs : dyspepsie (mauvaise digestion) d’origine nerveuse, flatulences, spasmes ou choliques des organes digestifs. Grâce à son action carminative (il combat les gaz intestinaux), c’est un bon condiment pour les légumineuses, les ragoûts et les pizzas.

Affections respiratoires entraînant une toux sèche ou irritante, comme la laryngite (mal de gorge) ou la coqueluche. L’origan a également une action expectorante, bequique et antitusigène, tant en usage interne qu’externe.

Douleurs musculaires, torticolis et lombalgies, appliquées à l’extérieur en cataplasmes et en frictions sur la peau.

Utilisation

Comme condiment, ses feuilles séchées sont saupoudrées sur diverses préparations culinaires.

En infusion avec environ 15 ou 20 grammes par litre d’eau, dont une tasse est ingérée après chaque repas. Essentiellement, 3 doses quotidiennes de 4 à 6 gouttes chacune.

En utilisation topique, les vapeurs sont utilisées dans les conditions respiratoires, ajoutant une poignée de plantes à l’eau.

Aussi en cataplasme de la plante broyée qui est chauffée dans la poêle à frire et appliquée enveloppée dans un tissu sur la zone douloureuse ou enflammée. Le frottement peut se faire avec plusieurs gouttes d’essence appliquées directement sur la zone affectée. Pour les frictions, l’essence peut également être dissoute dans l’alcool.

Références : bibliographie

 

 


Ne Ratez Pas…
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.